Sanvignes – Une collecte alimentaire pour les familles dans le besoin

Pour répondre aux besoins alimentaires des familles les plus démunies, la commune met en place des actions d’aide.
Une collecte prochainement…
Chaque année, le Centre communal d’actions sociales organise des collectes alimentaires pour aider les familles Sanvignardes dans le besoin. La prochaine aura lieu du vendredi 26 au dimanche 28 novembre à Maximarché. Deux bénévoles accueilleront vos dons à l’entrée du magasin.
Pour compléter les produits données par la banque alimentaire, chaque mois nous avons surtout besoin de :
– Gâteaux (choco, …)
– Tablettes de chocolat
– Sucre
– Confiture
– Légumes en conserve type haricot vert, petit pois carotte
– Conserve de plat cuisiné : cassoulet, …)
– Conserve de fruits : compote ou fruits au sirop
– Produits d’hygiène : dentifrice, brosse à dent, bain douche, couches
Les inscriptions au dispositif d’aide alimentaire du CCAS restent ouvertes. Les dossiers sont à constituer sur rendez-vous au CCAS en mairie

Un commentaire

  1. Perso j’y viendrai mais pas le Dimanche (chacun à droit à son jour de repos pour se consacrer à sa famille). J’amènerai en plus quelques légumes frais de mon jardin bio pour ceux qui cuisinent. Je ferai ce que je pourrai pour participer à remplir les caddies.
    Cependant, il y a une question qui me taraude : Comment est-il possible que dans la 6ème puissance économique mondiale on en soit arrivé là ?
    Je m’interroge même sur l’action des bénévoles associatifs (Secours populaire, catholique, restaus et jardins du cœur etc.). Certes, je leur tire un grand coup de chapeau pour leur investissement altruiste mais ne participent-ils pas malgré eux à un statu-quo ? Ne permettent-ils pas en se substituant à L’État à déresponsabiliser celui-ci ?
    Oui, la charité a toujours existé mais autrefois, elle était l’apanage des Nobles et des plus riches Bourgeois. Aujourd’hui ce sont parfois (comme moi) les classes moyennes qui donnent mais le plus souvent ce sont les moins pauvres des pauvres qui font preuve de solidarité.
    Cette situation est inacceptable.
    Dans un pays aussi riche que le nôtre nos gouvernants doivent prendre leurs responsabilités, se remettre en cause et cesser cette politique d’austérité qui depuis 30 ans ne fait qu’aggraver la fracture sociale dénoncée fort justement par Mr Jacques Chirac il y a des décennies.

    Malgré toutes mes interrogations, je vous invite toutes et tous à participer, comme moi, à cette action humaniste.
    J’ai connu une seule fois la faim dans ma vie (gare de Lyon à Paris il y a 1/2 siècle) mais cette expérience m’a marqué au fer rouge. Je ne la souhaite à personne.
    N’oubliez non plus jamais lorsque vous donnez à celle où celui qui fait la manche au sortir d’un Super Marché qu’il n’a pas seulement besoin de pain mais aussi de dialogue et de réconfort.
    Vous pouvez aussi, comme je l’ai fait quelques fois (mais pas assez souvent sans doute et je le regrette) si, comme moi, vous en avez les moyens, lui offrir une nuit dans un hôtel modeste.
    Se laver et dormir dans un vrai lit pour la majorité d’entre nous est banal. Pour un SDF, c’est une aubaine croyez moi.

    Je pourrais aussi vous parler de la condition des femmes SDF encore plus difficile que pour les hommes.
    Assez récemment à MACON, j’ai proposé à une Jeune femme (de l’âge de mes enfants) de rejoindre un Centre d’hébergement ou même de régler pour elle une nuit d’Hôtel. Le problème c’est qu’elle avait subi une tentative de viol et que depuis elle s’était adjointe la compagnie d’un molosse. Avec un gros chien, selon elle, nulle structure ne l’acceptait.
    Décidément, ce monde où nous vivons, dans un premier temps me donne envie de gerber puis toute réflexion faite me donne envie de le changer.

    Les élections se profilent. J’ai cherché et trouvé un programme qui veut éradiquer la pauvreté source de tous nos maux.
    Aux urnes citoyens ! Faisons que demain se lève un nouveau jour. Moins de fric, plus d’Amour !
    Le meilleur pour vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *