Saint-Vallier – Vente de logements Habellis, le conseil municipal se rebiffe

Le 17 septembre dernier, les membres de la commission 1 (finances), émettent un avis favorable à la vente de 5 logements aux Gautherets par le bailleur Habellis sur la commune de Saint-Vallier.

Finalement, ce ne sont pas 5 mais 6, précise jeudi soir, le maire Alain Philibert au conseil municipal. Un de plus, n’est pas la question, c’est surtout qu’entre temps, la ville de Saint-Vallier a reçu un courrier du préfet car la commune ne respecte pas la loi SRU dont l’obligation est d’atteindre un minimum de 20% de logements sociaux sur son territoire d’ici 2025, soit 857 logements. Le taux actuel est de 19.30% et 826 logements. Avec la vente de 6 supplémentaires et déjà un déficit de 31 logements, le fossé se creuse et les amendes pourraient tomber. « Le Breuil, l’an passé a payé 27 000 € » indique le premier magistrat.

« Nous n’allons pas payer les errances de la société d’HLM » souligne-t-il encore.

Dans ces conditions, Richard Taiclet, le grand argentier de la commune, allume pour commencer Habellis, « Nous avons le pire bailleur social du Bassin minier ». Puis ajoute, « Et même si jusqu’à maintenant nous n’avons pas eu à payer d’amendes, cela ne va pas durer, alors je propose de revenir sur la décision de la commission ».

« Les panneaux de vente sont déjà en place » (Catherine Matrat)

Six logements aujourd’hui et jusqu’à 27 au total, annoncé au conseil d’administration d’Habellis. Il est vrai que le bailleur jouit d’une très mauvaise réputation dans la gestion de son parc immobilier.

Pour Saint-Vallier, c’est un dilemme. « C’est embêtant de laisser des logements vacants mais qu’Habellis fasse le nécessaire pour les réhabiliter et les louer » suggère Alain Philibert.

Déjà l’an dernier, le conseil municipal et pour les mêmes raisons s’était opposé à la vente de logements. « Mais Habellis les a vendus quand même » apprend-on par Denis Beaudot (opposition). D’ailleurs, pour les six logements à l’ordre jour, « les panneaux de vente sont déjà en place » affirme Catherine Matrat (majorité), sans attendre la décision du conseil municipal. « Il serait sans doute utile de rencontrer Habellis »  avance-t-elle.

Des logements vendus malgré l’opposition de la municipalité, « nous allons prévenir le préfet » reprend le maire.

A l’unanimité, le conseil municipal s’oppose à la vente des six logements par Habellis. « Quand c’est à l’unanimité, on est plus forts » affirme Alain Philibert.

C’est Habellis qu’il faut convaincre.

Jean Bernard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.