•  

Saint-Vallier – Conseil municipal : Taiclet: « Arrêtez nous de nous prendre pour des imbéciles »

Richard Taiclet.

Thierry Mallot.

L’hôpital de Montceau sur la commune de Saint-Vallier est le théâtre depuis des années de soubresauts pratiquement incessants. Au final, l’établissement hospitalier a perdu sa maternité, sa chirurgie sans que personne ne puisse s’y opposer même si le CODEF et les élus du Bassin minier ont sorti leurs griffes, sans résultats.

L’hôpital est devenu le leitmotiv de Thierry Mallot, le conseiller PS de l’opposition avec son idée de mettre en place une commission de santé qui traiterait du CH de Montceau. Sauf qu’en face, la majorité municipale n’y trouve aucun intérêt et soutient essentiellement le CODEF.

En résumé, malgré la forte implication de Thierry Mallot sur le dossier de la commission, il se heurte à un mur. « J’avais envoyé un message » rappelle Richard Taiclet, premier adjoint, « nous n’y souscrivons pas. Nous portons notre confiance au CODEF pour faire revenir la chirurgie ambulatoire et la maternité et certainement pas grâce à une réflexion interne ». Le maire Alain Philibert partage le même point de vue.

L’idée de Thierry Mallot n’est pas de passer outre le CODEF mais bien que les élus apportent leur contribution à défendre l’hôpital. Et quand bien même reçoit-il l’appui de Denis Beaudot (opposition LR) et Martine Durix (opposition sans étiquette), la majorité reste insensible à tous les arguments. « Vous pensez que le directeur de l’ARS (agence régionale de santé) va être impressionné par votre mandat d’élue municipale » balance Richard Taiclet à Martine Durix. « Et la population aux manifestations, elle est où ? L’hôpital, on y pense quand on en a besoin ».

« C’est au conseil municipal de décider » (Alain Philibert)

Le conseiller PS n’en démord pas et déclare sans prendre garde:  » Vous méconnaissez le dossier ».

La remarque de trop pour Richard Taiclet, celle qui déclenche la foudre en pleine salle du conseil. « Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles. Vous avez le droit de le penser, pas de le dire ».

La réaction de l’offensé est timide, déstabilisé même par l’ire soudaine du premier adjoint. Alors il a beau mentionner le courrier du sous-préfet d’Autun, qu’il est le pilote de cette commission, qu’elle aurait déjà dû être mise en place depuis six mois,  Thierry Mallot la joue à l’esbrouffe et déclare: « Merci d’accepter cette commission ». Gonflé l’élu PS.

Le maire, Alain Philibert joue sur du velours. « C’est le conseil municipal qui décide. Avez-vous sollicité un rendez-vous avec le maire ? Vous êtes le pilote, oui mais du groupe de travail. Et combien étiez vous à votre première réunion de travail ? »

L’étau se resserre sur Mallot. « Ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité (…). Nous étions deux ».

« Je ne suis pas contre un groupe de travail » lui renvoie le maire. « A deux, c’est déjà un groupe » ironise Richard Taiclet.

Quant à mise en place de la commission santé, ils sont six (de l’opposition) à voter pour. Le rêve de Thierry Mallot vire au cauchemar. Il ne comprend pas. « Je ne compte pas en rester-là ».

Jean Bernard

LA DETTE DE L’HOPITAL, ELLE PROGRESSE ENCORE

C’est le maire, Alain Philibert, membre du conseil de surveillance de l’hôpital qui en fait l’annonce. « En supprimant la chirurgie, l’hôpital avait annoncé faire des économies. Avant la fermeture, la dette s’élevait à 6 M€, depuis sa disparition (de la chirurgie), elle se monte à 8 M€ ». Bonne nouvelle, n’est-ce pas !

2 commentaires

  1. Juste une précision : ne pas confondre dette et résultat comptable annuel. En fermant la chirurgie le directeur de l’ARS annonçait le retour à l’équilibre voire plus puisqu’il chiffrait un résultat annuel de 800.000€. Les faits viennent de lui apporter un démenti cruel : le résultat de l’année 2018 est de -8,1M€ contre -6M€ en 2016. Annoncée par l’ARS comme une mesure salvatrice la fermeture de la chirurgie a gravement fragilisé notre hôpital. Le retour de la chirurgie ambulatoire est plus que jamais un objectif à atteindre. Le Codef va s’y employer avec tous les acteurs concernés.
    Le président du Codef
    M. Prieur

  2. Etant particulièrement concerné par cet article, il faut bien reconnaître que le conseil municipal de Saint-Vallier est extraordinaire.
    Je vous y avais convié, dommage pour ceux qui ne sont pas venus, vous avez raté quelque chose.
    Je m’exprimerai plus précisément dans les tous prochains jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *