Saint-Vallier – Vendredi 22 avril, rendons hommage aux déportés

Communiqué de l’ARAC Section Saint-Vallier :

 

L’Association républicaine des Anciens Combattants, des Combattants pour l’Amitié, la Solidarité, la Mémoire, l’Antifascisme et la Paix vous invite à participer à la Journée nationale du souvenir des Victimes et des Héros de la déportation :

 

Rassemblement Mairie Saint-Vallier : VENDREDI 22 AVRIL 2022 à 18h pour se rendre au Monument aux morts de la commune.



Message de l’ARAC

 

Pour la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la déportation

 

Au début de l’année 1945, les camps de concentration d’extermination nazis étaient libérés par les armées alliées, soviétiques, américaines, anglaises :

 

Struthof : le 25 janvier

Auschwitz : le 27 janvier

Buchenwald et Dora : le 11 avril par la résistance intérieure du camp

Dachau et Ravensbrück : les 28 et 29 avril

Mauthausen : le 5 mai

Terezin : le 8 mai

 

Pour conquérir le pouvoir en 1933, Hitler a besoin d’une majorité. Pour cela, il fait arrêter les 80 députés communistes qui furent ensuite transférés dans les camps de concentration.

1933 : création du camp de Dachau

1937 : camp de Buchenwald

Ce sont les allemands opposants au nazisme qui en seront les premiers internés.

 

Dès 1939-1940, avec l’entrée en guerre et l’occupation nazie en Europe, les camps se sont multipliés et ce sont des millions de familles, d’hommes, de femmes, d’enfants, qui se sont retrouvés enfermés, massacrés, assassinés.

 

A ce moment, l’humanité a été atteinte dans ce qu’elle a de plus sacré : le respect humain.

 

Ces millions d’êtres humains avaient le tort d’être opposants, résistants, juifs, tziganes, russes, etc….. C’est le nazisme qui a porté à son paroxysme la conception concentrationnaire et d’assassinat de masse.

 

Dans ces camps, se sont développés, malgré la terreur et la mort, une résistance intérieure, un esprit de solidarité, un exemple d’engagements qui, aujourd’hui, doivent nous faire réfléchir pour faire face à la montée du fascisme, du racisme qui détruisent par la terreur la liberté et la démocratie.

 

Rendre hommage aux déportés aujourd’hui, honorer leur mémoire, c’est faire nôtre l’appel solennel lancé par les rescapés de Buchenwald le 19 avril 1945, de Mauthausen, à la libération du camp, le 16 mai 1945.

 

 

Serment de Buchenwald

19 avril 1945

 

« De cette « Appelplatz », en ce lieu de crimes fascistes, nous jurons devant le monde entier.

Nous n’abandonnerons la lutte que lorsque le dernier des coupables sera traduit devant le tribunal des peuples.

L’écrasement définitif du nazisme est notre tâche.

Notre idéal est la construction d’un monde nouveau dans la paix et la liberté. Nous le devons à nos camarades tués et à leurs familles.

Nous le jurons. »

 

Serment de Mauthausen

 

« Nous faisons le serment solidaire et d’un commun accord, de continuer la lutte contre l’impérialisme et les excitations nationalistes. Ainsi par l’effort commun de tous les peuples, le monde fut libéré de la menace de la suprématie hitlérienne, ainsi il nous faut considérer cette liberté reconquise, comme un bien commun à tous les peuples. La paix et la liberté sont la garantie du bonheur des peuples et l’édification du monde, sur de nouvelles bases de justice sociale et nationale, est le seul chemin pour la collaboration pacifique des Etats et des peuples.

Nous nous souviendrons toujours des immenses sacrifices sanglants de toutes les nations qui ont permis de gagner ce monde nouveau. En souvenir de tout le sang répandu par tous les peuples, en souvenir des millions de nos frères assassinés par le fascisme nazi, nous jurons de ne jamais quitter ce chemin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.