Saint-Vallier – Rue Philippon, une nouvelle voie innovante

Rue Philippon à Saint-Vallier.

Communiqué de presse

Saint-Vallier : un aménagement innovant

pour sécuriser les déplacements et favoriser les mobilités douces

En lien avec la commune de Saint-Vallier, la communauté urbaine Creusot Montceau a défini un projet de réaménagement de la rue Jean-Baptiste Philippon, avec la création d’une chaussée à voie centrale banalisée.

Premier aménagement de ce type réalisé au sein de la communauté urbaine, les voies centrales à chaussée banalisée permettent notamment de partager la voirie entre les usagers, de réduire la vitesse des véhicules et de donner la priorité aux vélos. Cet aménagement sans travaux lourds de voirie, réalisé sur une largeur de 3,10 mètres, rue Jean-Baptiste Philippon, à Saint-Vallier, s’intègre donc parfaitement dans l’objectif de favoriser les mobilités douces sur le territoire.

Une chaussée à voie centrale banalisée est une voie à double sens avec deux accotements larges. La chaussée est réduite afin de libérer les accotements sur lesquels peuvent circuler les vélos.

Lors de la circulation sur cette voie, pour les véhicules, trois cas de figure peuvent se présenter :

  • Aucun véhicule ne se présente en face et la route est dégagée : je peux donc circuler sur la partie centrale de la chaussée.

  • Un véhicule se présente en sens opposé : je vérifie qu’il n’y a pas de piéton ou de cycliste sur l’accotement et je me déporte sur la droite pour croiser le véhicule. L’automobiliste en sens opposé procède de même.

  • Un cycliste circule à droite de la chaussée et un véhicule se présente en sens opposé : je me déporte sur la droite, derrière le cycliste, en maintenant une distance de sécurité adaptée. Une fois l’autre véhicule croisé, je dépasse le cycliste.

Le coût total des travaux s’élève à 66 545 €. Ceux-ci ont été réalisés cet été, pour une mise en circulation dès la rentrée.

NDLR: Ce vendredi matin s’est déroulée une réunion de chantier à Sanvignes, rue Brossolette dans la perspective de réaliser dès la semaine prochaine le même genre d’aménagement qu’à Saint-Vallier, rue Jean-Baptiste Philippon, à la différence que la chaussée rue Brossolette disposera, entre autres, d’un enrobé coulé à froid. Evidemment le coût est tout autre, il se monte à 150 000 €.  Nous y reviendrons.

5 commentaires

  1. Il me semble intéressant de faire un petit historique concernant les aménagements réalisés dans la rue JB Philippon. Petite précision : j’y habite.
    Il y a un peu plus de deux ans une réunion publique a été organisée par la municipalité de Saint-Vallier. Notre rue nous a été présentée comme une rue dangereuse pour les piétons. Il est vrai que de nombreux marcheurs l’empruntent, surtout les soirs d’été. D’autre part, du fait de la présence de deux écoles (primaire et maternelle) et du collège Copernic à proximité (des classes entières d’élèves se rendent à pied à l’ECLA), cette rue est très fréquentée par les enfants.
    L’objectif étant de sécuriser les piétons, la première solution proposée alors avait été de mettre cette rue en sens unique avec un accotement réservé aux piétons, matérialisé seulement par une bande de peinture. Cette solution avait été vivement rejetée par les riverains avec comme argument : les voitures rouleront encore plus vite et ce n’est pas une bande de peinture qui protège les piétons.
    Pour réduire la vitesse nous avons ensuite vu fleurir un ralentisseur (gigantesque dos d’âne) puis des stops. Solution vite abandonnée.
    L’aménagement mis en œuvre récemment est présenté comme une solution qui donne priorité aux cyclistes avec deux accotements larges.
    Et du coup… que deviennent les piétons puisqu’il n’y a aucun trottoir dans cette rue… à moins qu’ils ne doivent marcher dans les fossés ! Et oui nous avons encore des fossés ! Les piétons sont-ils plus en sécurité maintenant ?
    Je voudrais revenir sur la notion d’accotements larges ! A de nombreux endroits la bande réservée aux cyclistes ne mesure que 20 cm de large et présente de nombreux trous !
    Depuis près d’une semaine que cet aménagement est mis en place (sans aucune explication ni communication), je vois toujours quelques motos et scooters passer devant chez moi à vive allure !
    Il faudrait aussi définir un sens prioritaire au niveau des passages pour piétons (impossible de se croiser en se déportant sur la voie cyclistes). Se retrouver face à un véhicule venant en sens inverse et ne pas savoir qui doit passer est quelque peu stressant !
    Seulement 3 cas de figure nous sont présentés en n’intégrant comme acteurs que voitures et cyclistes.
    Imaginons que des piétons se promènent sur les accotements. Que doit faire un cycliste arrivant par derrière ? Tout simplement se déporter sur la voie réservée aux véhicules, avec tous les risques de collision induits. Je me permettrai dans les jours et semaines à venir de questionner les cyclistes et piétons qui passeront devant chez moi et je ne manquerai pas de vous faire un petit bilan concernant leur ressenti.
    J’invite aussi les personnes ayant pondu cette solution à venir de temps en temps utiliser en vélo les accotements soi-disant « larges » et tester ces nouvelles règles de partage de la chaussée!
    Comme me l’a fait remarquer une amie cycliste empruntant souvent la rue : ces personnes ont-ils notion de ce que c’est que de faire du vélo ?
    Affaire à suivre

  2. Petit oubli:
    J’ai oublié de préciser que beaucoup de personnes garent leurs véhicules devant chez eux et donc… sur les voies réservées aux cyclistes!

  3. mouveau code de la route je pense pour moi il y aura plus d,accident dans cet rue a voire

  4. Dans cette rue, il n’y a pas de solution miracle
    Il faut reprendre la voierie et mettre des trottoirs… Cela implique de prendre de la place là où il y en a : Casser les entrées et exproprier des terrains trop proches de la chaussée… Les mêmes riverains qui pleurent seront il d’accord et, au passage, perdre leurs précises places de parking devant leurs maisons avec terrain… On en reparle…

  5. Bonjour Pascal,
    je prends régulièrement cette rue en vélo pour venir travailler (moins fréquentée que la rue Jean-Jaurès). Si nous voulons partager la route en toute sécurité, étant donné son étroitesse, je crains qu’il n’y ait que trop peu de solution. Personnellement, je ne suis pas certain de me sentir plus en sécurité dans la configuration actuelle, les conducteurs de voiture seront-ils suffisamment tous patients derrière un vélo en côte avant un virage?). Mais, a-t-on la possibilité technique, dans cette rue, de réaliser une voie à sens unique (déjà à double sens seulement voiture, je la trouve dangereuse à certains endroits : autour du croisement de la rue Kellermann par exemple) + deux couloirs pour cyclistes + un trottoir pour les piétons? Bien compliqué tout ça….. une conséquence/héritage du tout voiture des années 70!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *