Saint-Vallier – Elles écrivent leur souvenirs, elles en font un livre

Ecrire, voilà une belle occupation. Ce devrait même être un plaisir. Ecrire pour soi, écrire une lettre. On peut faire appel à un écrivain public qui remettra de l’ordre dans votre récit avant de lui donner une âme.

A la résidence l’Envolée à Saint-Vallier, les dynamiques retraités sont toujours à la recherche de nouvelles sensations pour occuper quelques heures de la journée.

Est arrivé Yves Lefranc, un coach de vie qui habite Saint-Vallier depuis deux ans. « Dans le cadre de mes accompagnements, j’ai animé un groupe de parole mais ça manquait de liant » dit-il.

On parle, on parle sans consistance, de tout et de rien. Une heure après, tout est oublié. L’idée a donc été de se focaliser sur un sujet que les dix membres du groupe ont choisi » ajoute-t-il.

Leur présent est sans doute très intéressant mais leur passé est en revanche très enrichissant car selon la célèbre citation, le présent sans passé n’a pas de futur.

Ensemble, c’est l’école d’autrefois qui a retenu leur attention. Ils ont donc écrit, recherché des photos, fouiller leurs souvenirs et pas seulement en présence d’Yves Lefranc. Comme à l’école, ils ont dû travailler chez eux. « Ensemble, ils échangeaient ce qui a favorisé le lien et le liant, ils ont appris à se connaître » indique le coach de vie. C’était surtout le but recherché avant que ces heures à palabrer ne débouchent sur un livre, autre finalité de l’opération. Dans cet atelier, Yves Lefranc a été secondé par Cécile Barrard, de Saint-Vallier également et accompagnatrice à domicile pour l’association Les clés du bien-être. On n’est jamais assez de deux dans tous les cas.

A raison de 10 € par séance et d’une dizaine en tout, les résidents ont donc compiler leurs souvenirs d’école et sont parvenus à éditer un livre. « Nous avons fait ça sérieusement mais dans la bonne humeur » disent-ils.

A peine la collecte de récits de vie a-t-elle été éditée que déjà le groupe de réflexion souhaite poursuivre son aventure littéraire. Les résidents y ont pris goût. Et pourquoi pas vos premières amours ? Il y aurait tellement de choses à dire » rétorque une résidente.

Voici une très belle initiative qu’Yves Lefranc est amené à développer en d’autres lieux.

Jean Bernard

Un commentaire :

  1. Merci pour l’article !
    Il y a eu quand même deux hommes qui ont participé à cet atelier collecte de récits de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.