•  

Rencontre – Lise Laprey, à 23 ans, tous les feux sont au vert

Gendarme ? Oui, peut-être. Notaire ? Faut voir. A 23 ans, Lise Laprey a pris une voie qui lui correspond. Elle est chef d’entreprise du Club Vert à Montceau-les-Mines. Si jeune ! Pourquoi attendre ? « Combien à bac + 5 sont sans travail ? » interroge-t-elle. « Le plus dur à 23 ans, c’est de montrer qu’on est capable. Je suis allée voir huit banques, toutes m’ont dit: vous êtes jeune, vous êtes une femme de 23 ans ». Pas assez mature, sans expérience, comment vous faire confiance. Et puis la Caisse d’Epargne n’a pas tergiversé. Mademoiselle, banco, on vous accompagne.

Premier poste à grosses responsabilités. Lise Laprey n ‘a peur de rien, ses épaules sont larges, son ambition de jeune femme inébranlable. Elle aurait pu être gendarme, « être à l’école à Montluçon mais j’ai préféré valider ma troisième année de fac à Dijon » et décrocher sa licence AES (administration, économique et sociale).

Dijon. C’est là qu’une copine lui fait découvrir le fitness chez Amazonia. Parfait, il en existe un à Montceau. Elle y prend goût. En février 2018, le gérant lui propose un poste de salarié. Elle accepte. Puis le gérant de Montceau lui annonce : je vends, ça t »intéresse ?

« J’avais bien dans l’idée d’ouvrir une salle de sport mais je ne pensais pas aussi vite » admet Lise Laprey. Avantage, à Montceau, elle connaît le club, les adhérents, le fonctionnement, l’opportunité est belle.

Un joli cadeau d’anniversaire 

Au diable vauvert, Lise saute sur l’occasion. Elle signe le 29 juillet, elle a eu 23 ans la veille. Joli cadeau d’anniversaire. Sauf qu’  Amazonia a le nez dans le guidon et l’enseigne est reprise par une autre qui est déjà présente à Montceau-les-Mines. Amazonia devient donc Club Vert, une licence de marque créée en 2001 à Nevers. En vert et contre tous, Lise Laprey est désormais chez elle au 23 rue Jules Guesde.

De suite elle s’atèle à mettre la salle aux couleurs. Le vert domine, une couleur riche de significations à l’image de Lise, le naturel, l’équilibre, la neutralité, la liberté, l’indépendance et l’autonomie.

« J’ai conservé la clientèle d’Amazonia et de nouveaux clients adhèrent. Ici, c’est familial, on ne cherche pas la performance, on s’entretient » souligne la jeune chef d’entreprise. Les tarifs sont attractifs et « bientôt, un coach dispensera des cours ». Elle-même va passer les diplômes. Une jeune femme complète sur toute la ligne.

Montceau, c’est fait. Déjà, Lise Laprey pense à l’avenir et faire carrière dans le fitness. Autun la tente bien. Elle a tout l’avenir devant elle. Le vert est également la couleur de l’espoir. Très rafraîchissant surtout à 23 ans.

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Bravo la miss.
    Cela dit, d’un point de vue global, voilà donc un cas qui illustre l’idéal macroniste… Pour combien de milliers qui resteront en bas ? Le modèle individualiste « entrepreneur » n’est qu’un petit créneau, beaucoup s’y casseront les dents, comme ma jeune voisine qui croyait pouvoir faire vivre une activité de coiffeuse à domicile, etc.. La majorité n’a ni les moyens, ni l’occasion d’une activité de ce type avec la formation suivie. Ne reste le plus souvent que la galère, et les Gilets Jaunes pour les plus conscients…

    • Gilet jaunééééeeeeeee

      Jalousie ? Échec de l’un de vos projets ? Haine ? Au lieu de critiquer le travail mérité d’une personne avec de grand(s) projet(s) il serait fort préférable de vous occuper de vos propres affaires et de ne pas aboyer à tous les coins de rues sur des informations fausses. Avez vous une preuve réel des « milliers qui resteront en bas » ? Connaissez vous ces engagements et les actions de son parcours ? D’autre part , l’heure à laquelle vous avez posté ce commentaire en dit long sur votre vie ne trouvez-vous pas ? Enfin non, après réflexion je serais comme vous en critiquant de cette manière sans connaissance personnelle. Sûr ce , je vous souhaite une bonne manifestation avec les gilets jaunes qui de plus , n’ont aucuns rapports avec le parcours professionnelle de Lise Laprey

      Bonne continuation et garde la pêche

  2. Merci de laisser les gens réussir sans avoir toujours des reproches. Je ne savais pas que votre voisine représentait toute la population. Si tout le monde pensait comme vous, notre pays serait bien triste. Peut-être que son activité n’était pas bien choisie. Peut-être qu’elle n’a pas fait les choses correctement. Il y a beaucoup de raisons pour lesquels des gens ne réussissent pas à maintenant leur activité mais forte heureusement , il y en a également plusieurs qui permettent aux gens de réussir et pérenniser leur activité. De plus, son cas n’a rien à voir avec celui de Lise qui reprend une salle de sport. Cet article est fait pour parler du parcours de Lise et de sa motivation pour faire ce qu’elle a toujours voulu faire et non pour parler de politique et de gilets jaunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *