On va tous mourir du manque de ressources naturelles… certains plus que d’autres…

« La maison brûle et nous regardons ailleurs, nous vivons à crédit… etc. », vous connaissez par cœur, mais connaissez vous le sablier des ressources naturelles ?

Aujourd’hui il est vide, ce 1er août, c’est la catastrophe, la future fin du monde. On va tous mourir du manque de ressources naturelles… enfin certains plus que d’autres…

Oui parce que nous les occidentaux puisons toujours dans la gamelle des autres à ce niveau… Alors va falloir faire gaffe mais moins que le restant de la population mondiale.

À partir de ce mercredi 1er août, la population mondiale vit à crédit.

C’est ce que l’on appelle le jour du dépassement, autrement dit le moment où l’on grignote les ressources naturelles de la Terre plus vite qu’elles ne sont régénérées.

Pour beaucoup cela ne veut rien dire, pour ceux qui ont un jardin qui produit malgré la canicule et qui peuvent remplir leur chariot au supermarché, cela reste totalement abstrait.

Connaissez vous le « Global Footprint Network »? Non ? ça manque à votre culture.

Le Global Footprint Network est une association écologique qui entend marquer les esprits par une évidence et un slogan péremptoires. Les scientifiques et militants qui la composent calculent l’overshoot day « jour de dépassement ». Pour 2017 il s’agissait du 2 août, en 2018 nous avons grignoté un jour.

Depuis les années 70 des calculs de la masse de production/consommation/régénération se font et permettent de savoir à partir de quand l’équilibre est rompu.

Sont en cause autant notre manière de fonctionner, rouler, produire, se chauffer que les process industriels, le pillage des ressources minérales, le fait que les 3 plus grands pollueurs de la terre, USA, Inde et Chine n’entendent pas changer leurs modèles économiques.

Pour nous français, qui ne représentons qu’à peine 1% de la population mondiale, tous nos efforts sont valeureux, il ne faut surtout pas faiblir, mais si 50% de la population mondiale provoque le pire nous ne serons que de bons élèves.

Il y a fort à parier que l’an prochain le 31 juillet nous soyons en l’overshoot day.

Le discours habituel consiste à dire qu’auparavant, la Terre était capable de répondre aux besoins de l’humanité, les terres agricoles suffisaient à nourrir l’humanité… on oublie les famines à répétition et le fait que l’autosuffisance a été atteinte très tard dans le monde occidental grâce aux colonies et leurs productions. Mais baste, il est certain que l’on surconsomme, que l’on détruit plus que l’on crée. Et puis l’occident met en coupe réglée le tiers monde, avec la complicité des potentats locaux, à cause de la monoculture qui détruit les cultures vivrières synonymes d’autosuffisance locale.

De tout manière, date de péremption ou pas, nous allons tous mourir… surtout certains.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *