Municipales 2020 – Saint-Vallier : Martine Durix, l’électron libre, entre désir et réalité

A la question : « Pourquoi organisez-vous une rencontre citoyenne mardi 10 décembre 2019 au centre René Rousseau à Saint-Vallier ? » La réponse de Martine Durix est à l’image du personnage : « A votre avis ? ».

Il est clair que la conseillère municipale de l’opposition, sans étiquette, qui fut un temps au parti socialiste avant de claquer la porte, a une idée derrière la tête.

Martine Durix qui depuis près de trois ans au conseil municipal est constamment raillée par la majorité municipale et ses paroles blessantes, en particulier de Richard Taiclet, premier adjoint, bien secondé par le maire Alain Philibert, ne supporte plus ce genre d’ignominie.

Ainsi à l’approche des élections municipales, l’opposante y voit une opportunité à saisir mais avant de se lancer ouvertement dans la campagne, elle convie celles et ceux qui comme elle, s’interrogent sur trois points :

  • quelles sont les exigences des citoyens ?
  • établir une démocratie locale réelle
  • vivre dans une commune plus éthique

« Je me suis appuyée sur un outil trouvé sur le site d’Anticor,  sur les 30 propositions de cette association fondée en 2002 , pour des communes plus éthiques » explique-t-elle.

Martine Durix n’y va pas par quatre chemins. Déjà elle considère qu’un élu, notamment le maire, ne doit pas cumuler sa fonction avec un autre mandat, « c’est un manque de disponibilité évident du maire pour la commune et ses habitants ».

Elle souhaite aussi faire respecter le code de déontologie quant à l’attribution des marchés publics qui va de paire avec la lutte contre la corruption, même si, indique-t-elle, « la corruption n’existe pas à Saint-Vallier alors pas besoin de chercher un moyen de lutter ni même de prévenir ». Est-ce du lard ou du cochon ?

Qui pour soutenir Martine Durix ?

En fait, Martine Durix dénonce ce dont elle a été victime durant son mandat. C’est le manque de reconnaissance des élus minoritaires, « A Saint-Vallier, nous ne sommes pas respectés et l’information reste a minima ou uniquement destinée à la majorité ».

Elle s’interroge sur les choix politiques, « sont-ils cohérents avec les attentes de la population, une cour d’école aux Gautherets pour 350 000 € «  alors qu’aux Bois Francs, la structure qui accueille la petite enfance,  le Chalet des Canailles n’est ni plus ni moins qu’un algéco d’une trentaine d’années qui est en fin de vie et a connu d’importants problèmes de toiture au printemps. La priorité absolue est d’avoir des locaux dignes de ce nom pour accueillir des enfants ».

C’est aussi « l’échec des conseils d’habitants et la participation des citoyens aux décisions prises localement.  C’est un beau zéro pointé pour la majorité communiste actuelle », affirme Martine Durix. « Et sans l’injonction du préfet, jamais le quartier du Bey aux Gautherets, n’aurait été aménagé ».

Il est évident que Martine Durix ne compte pas quitter la vie politique valloirienne à moins que la politique ne veuille plus d’elle. Un temps, « j’ai été en discussion avec Denis Beaudot » dit-elle. « Mais Martine avait trop d’exigences » précise l’élu LR.

Sur qui Martine Durix compte-t-elle s’appuyer dans une éventuelle candidature aux municipales ? Du soutien des anti-linky, de gilets jaunes, « de ceux qui ont soif d’une vraie démocratie au plan local ».

Martine Durix, l’élection libre ne veut plus le rester.

Jean Bernard

Débat public mardi 10 décembre , à partir de 18H30 salle René Rousseau à Saint-Vallier.

10 commentaires

  1. Ha,ha ! « ils » vont pas aimer du tout ces vérités !!!

  2. Une fois à gauche, une fois sans étiquette, une fois à droite, j ai l impression que personne ne veut de vous.

  3. Vous avez le culot de parler de respect, Madame DURIX, quand on sait que vous avez fait preuve de violence physique envers votre seul Co-listier lors d une élection régionale dans la salle du conseil municipal, qui plus est, dite salle de la République. Vous êtes bien mal placée pour donner de telles leçons.

  4. Elle m’a l’air sympa cette dame, et puis vivre en minoritaire dans un monde post-communiste qui a tout gardé des vieilles méthodes, faut du cran. Soutenons-la…

  5. Comment une ex enseignante et une élue peut elle critiquer l aménagement d une cour d école? . Cela dénote une méconnaissance des mesures réglementaires pour l accessibilité.

  6. D accord avec vous Delphine, et j ai le sentiment que cette dame a la critique facile, peu d idées et de propositions constructives, ce qui est très insuffisant pour espérer rassembler et faire évoluer une commune.

  7. Cette personne n’aspire qu’à être maire, elle l’a d’ailleurs clairement dit il y a un temps lointain… trop d »exigences d’après Denis Beaudot, cela veut tout dire !!! elle démolit tout sur son passage pour se frayer son chemin, mais pour être élu maire, il ne faut pas être seul !!!

  8. D’accord avec vous Delphine et Daniel, comment une ex-enseignante peut elle juger inopportun la réfection d’une cours d’école ?
    Se positionner de cette façon ne laisse présager rien de bon.
    Dans tous les cas ce n’est pas une démarche constructive.

  9. Mr L’BENOIT,

    Avoir « l’air sympa » ne suffit pas, surtout si la chanson est absente, donc pour moi ce sera NON.

  10. J ai l impression que Mme DURIX, est déboussolée, perdue et isolée.
    Comment a-t-elle pu tenter une approche avec MR Beaudot, L. R. B. M, l éternel « perdant » aux différentes élections sur St Vallier?
    Ce n est pas son Air « sympa » de façade qui favorisera le rassemblement et le succès de cette dame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *