Montceau – Skate park : dans la joie et la bonne hauteur

Tout le monde ou presque connaît les termes en football. Rien de bien compliqué. En revanche, maintenant que le skate park à Montceau-les-Mines est officiellement ouvert, il va falloir se mettre au jardon des skateurs qui utilisent un vocabulaire bien particulier.

Ce samedi, du matin jusqu’à minuit, tout autour de la piste avec des modules dédiés à la pratique du skate, du roller voire du BMX, les oreilles durent se familiariser avec le curb, marches, rail, le bowl (les courbes), slider, les grinds, le jump, le 3.6 (figure) ou encore les contests, compétitions non officielles comme celles qui ont eu lieu sur le skate park de Montceau.

Ce skate park avant de connaître ce rassemblement festif, a connu bien des vicissitudes avant de voir le jour. Il a fallu quand même cinq ans pour mener le projet au bout, un projet initié par le conseil municipal jeune. « Nous voulions le meilleur et nous l’avons » souligne madame le maire entourée de tous les protagonistes qui ont oeuvré à la réussite de cet espace de glisse.

C’est un lieu principalement destiné aux utilisateurs de skate, roller et trottinette qui n’a pas les spécificités pour le BMX. « Nous verrons plus tard dans les Grands Parcs » annonce Marie-Claude Jarrot.

En attendant le BMX version « Grands Parcs », le skate park, lui,  a trouvé sa place dans un environnement accueillant, cet espace de culture urbaine situé au coeur de la ville. « C’est une vitrine pour Montceau » avance-t-elle. Comme devrait l’être le futur cinéma prévu à proximité de l’Embarcadère et du skate park. Un cinéma qui se fait attendre depuis plus de trois ans.

Faire de skate, aller au cinéma, se rendre au spectacle, « voilà l’évolution du quartier ».

L’inauguration du skate park s’est prolongée à la nuit tombée avec un show animé par DJ Dan Wayo aux platines et un éclairage du plus bel effet.

Une journée qui s’est déroulée dans la joie et la bonne hauteur à l’image des figures réalisées par les rois de la glisse, Lucas Di Meglio, Anthony Michlik et Maxime Plaa.

Jean Bernard

 

Un commentaire

  1. C’était un événement sympas avec contrôle sanitaire à l’entrée où le masque n’était pas obligatoire mais avec une ouverture des barrières au fond du skatepark !! Un contrôle sanitaire à demi mesure, j’ai dit aux organisateurs que des gens rentraient par le fond et que leur contrôle ne servait à rien ; ils m’ont répondu qu’ils savaient… Les gens rentraient sans masque, sans contrôle, sous les yeux de la police municipale… Un vrai cinéma !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *