Montceau – Qui se soucie du peuple birman ?

Les informations en provenance de Birmanie existent mais elles sont rares depuis le putsch de l’armée le 1er février dernier et l’arrestation de l’ex-dirigeante Aung San Suu Kyi, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991.

Depuis, les militaires font régner la terreur dans le pays, on compte des centaines de morts. Le conseil de sécurité de l’ONU n ‘a aucune prise sur le généraux birmans et leurs alliés, la Russie et la Chine sont d’une grande discrétion.

Dans le monde et en France, la communauté birmane se fait entendre, elle appelle à l’aide internationale pour mettre fin au coup d’état et au retour de la liberté du peuple birman.

Ce samedi après-midi, devant l’hôtel de ville à Montceau-les-Mines, Stéphane Vilpoux, le Valloirien, est à l’origine du rassemblement. Il a vécu six ans en Birmanie pour son travail (il était pilote d’hélicoptère) où il a rencontré sa compagne, Ahna Zarchi. « Nous sommes là pour témoigner notre soutien au peuple birman car la junte militaire a choisi la violence », dit-il.

Des Birmans sont venus de Paris, Lyon, Langres, Dijon, Pau à Montceau-les-Mines. Sur leurs visages, se lisait une grande détresse. « Dans mon village, les habitants sont cloîtré dans leur maison. Ils ont peur des militaires » raconte Ahna Zarchi.

Personne ne peut ignorer la souffrance d’un peuple face à l’oppression militaire.

Les trois doigts en l’air ont une signification, ils symbolisent la liberté, la démocratie et les droits de l’homme. Tout ce dont est privée la Birmanie aujourd’hui.

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Christine Schraner Burgener ment car la situation n’est pas alarmante ni plus mauvaise qu’avant le coup d’État militaire de Février. Les militaires font rétablir l’ordre républicain et pour s’y faire il faut éduquer tout un peuple à la dérive ; de la sorcellerie, corruption, des spycaméras chez les dissidents politiques civile et militaires ,…ce peuple birman comme tous les autres peuple du ‘’tiers monde’’ et en particulier le peuple arabe et plus particulièrement le peuple marocain ,algérien, égyptien ; les gens n’ont aucune retenue et encore moins une conscience , on dirait qu’ils sont neutralisés par une force abstraite , que rien ne se fait dans le sens d’une évolution sociétale mais tout le monde attendent une guerre civile et au Maroc Algérie des groupes se préparent à une telle éventualité qui sont des berbères et donc arabes vs berbères de Souss Massa à Tizi Ouzou à Adrar à Ourzazatte à Adrar à Tilmim…et donc le régime militaire en Birmanie est ce qui correspond et redresse la barre d’un peuple à la dérive afin de rétablir une véritable démocratie où un peuple est contenu dans sa diversité et donc annuler la politique des bergagues et de ne pas donner la priorité à des pauvres gens au lieu de les éduquer, car une dictature bouffe l’argent de l’État et donc bouffe l’argent des pauvres citoyens et il y va de soi , que ces petits dictateurs et donc le système politique qui se base sur le bergague respecte les bergagues et les pauvres gens zélées en s’adressant à eux ‘’s’il vous plaît et s’il ne vous plaît pas tant pis vous êtes les meilleurs …’’ car ces pauvres sont volés ,spoliés, …l’objectif d’un tel pouvoir est que tout le monde soit des simples esclaves et donc même pas un État au sens propre du terme… d’où l’armée qui travaille avec comme leitmotiv ‘’la chasse aux bergagues’’car ce peuple n’est pas encore prêt pour une démocratie il faut d’abord l’éduquer à s’occuper de ses ognons ,à évoluer, car l’armée suppose et juste qu’il faut créer de l’emploi productif et non comme les bergagues qui ne font que favoriser un colonisateur car ils relèvent de la psychiatrie lâchés dans une société saine; c’est le loup à la bergerie. Voilà ce que devrait dire l’envoyée de l’ONU et non de donner à tort une raison au gouvernement qui avait favorisé la décadence de tout un peuple qui avait encouragé la corruption … ici comme dans tous les pays arabes et plus généralement dans les pays dits du tiers monde , l’armée est la solution à ce mal que la police encourage et se baigne dans le monde des bergagues , l’armée birman dit non à ces faux prophètes à cette politique de bergague qui détruit tout un peuple en dehors de l’armée c’est le colonisateur car et me semble-t-il , même les pouvoirs dictatoriaux y compris les membres de l’État profond sont esclave de leur propre système, d’où la vindicte populaire

    • Jean-François LEFEVRE

      Cher Monsieur ELAIDI.
      Je se sais pas s’il est nécessaire de répondre à votre commentaire incompréhensible, qui mélange et amalgame tout :
      Problèmes, idées, religions, pays. Il y a visiblement un grand désordre dans votre cerveau, et je vous suggérerais, vous qui parlez de psychiatrie, de consulter au plus vite.
      Visiblement, vous ne connaissez rien à la Birmanie.
      1. la situation de la Birmanie n’a rien à voir avec celles des pays arabes : elle est sous l’emprise d’une junte, qui n’a que pour objectif de s’enrichir personnellement : toute l’économie a été mise sous coupe réglée. Résultats : pays sous développé, pas d’électricité plus de 8 heures par jour pour les habitants, pas de téléphone, système de santé déplorable. les université ont même été fermées pendant plus de 5 ans pour éviter la contestation étudiante (1997-2002).
      2. A partir de 2012, les militaires on rendu une partie du pouvoir et en 2015 un gouvernement démocratique a été élu. Ce gouvernement ne contrôlait cependant ni l’armé, ni la police, ni les frontières intérieures et extérieures.
      3. Durant cette période, la croissance et l’amélioration de la vie des Birmans a été exceptionnelles (santé, accès à l’électricité, téléphone portables, niveau de vie en forte augmentation)
      4. Les dernières élections de novembre le parti démocratique d’Aung San Suu Kyi a eu plus de 80 % des voix.
      5. Min Augn Hlaing, le chef de l’armée, qui n’a pu s’enrichir autant que ses prédécesseurs a pris le pouvoir. Ce général est à l’origine de l’épuration ethnique et du massacre des musulmans rohingas dans l’ARAKAN. Le résultat est catastrophique : terreur sur les populations, tirs à balles réelles sur des civils et des enfants ne manifestant pas, arrestation d’opposants, dont les corps sont souvent rendus aux familles sans les organes…
      Si ce régime militaire a un intérêt quelconque pour la Birmanie et son peuple, je serais intéressé de connaître lequel. Quand aux restes de vos propos sur les pays arabes, je ne les commente pas ne connaissant pas la situation.
      En conséquence, je vous suggère de commenter sur d’autres sites, et de ne pas polluer les discussions sur le martyr du peuple birman.

  2. Le 1er février 2021
    « Le PCF condamne avec la plus grande fermeté le coup d’Etat militaire qui vient de se dérouler en Birmanie. Le PCF affirme sa solidarité avec les forces démocratiques et le peuple birman »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *