Montceau – Perrin et Monnet, les deux font la paire… de chaussettes

Perrin, n’est le nom d’un ancien joueur de football du FC Gueugnon et Monnet n’est pas non plus le titre d’un célèbre tube des Pink Floyd. En réalité, les manufactures Perrin et Monnet font la fierté de Montceau-les-Mines, c’est du 100% made in France et une notoriété désormais bien ancrée chez ceux qui cherchent à la fois le haut de gamme et l’originalité dans la chaussette. Forcément, quand un préfet va la découverte de ces « boîtes » qui « marchent » dans le département, l’attrait de ces entreprises locales ne laisse pas indifférent.

Jérôme Gutton a du goût et ne boude pas son plaisir de venir (lundi à l’école de la deuxième chance) et revenir dans la cité minière pour y découvrir deux des têtes de pont de la bonneterie, Perrin et Monnet.

Toujours accompagné de son fidèle sous-préfet d’Autun, Eric Boucourt et de madame le maire Marie-Claude Jarrot, toujours aussi enjouée à revoir les fleurons de l’industrie textile montcelliens, le préfet a donc découvert Berthe aux grands pieds, Dagobert à l’envers, La chaussette française et Perrin, les quatre marques phares de la manufacture Perrin.

Un préfet très attentif aux explications de Franck Couturier, vice-président du directoire et de comprendre que le made in France est gage de succès et de réussite. « Nous tirons vers le haut, c’est capital » soulignait Franck Couturier. Les grandes marques de luxe ont reçu le message tout comme les clients qui cherchent le confort et la qualité d’une paire de chaussettes ou de collants.

Chez Monnet, là encore on ne badine pas avec la qualité et l’innovation. La chaussette de sport surtout pour le ski, atteint « des sommets de technicité, le très haut de gamme » expliquaient le PDG Daniel Porte et le directeur Thierry Grzeskowiak. « La bio-céramique qui entre dans la composition _ de certaines chaussettes _  permet d’avoir une finesse du produit et de garder les pieds au chaud ».

Martin Fourcade, trois médailles d’or aux derniers Jeux Olympiques a gagné avec la chaussette bio-céramique. « Monnet est partenaire de la Fédération de ski nordique », indiquait sans fanfaronner pour autant, le directeur. Les Norvégiens, les Suisses, les Autrichiens, les Anglais ont d’ailleurs un goût immodéré à la chaussette Monnet. Et que dire de la chaussette de ski avec une protection gel intégrée et de la chevillière toujours avec un gel qui protège la malléole, que ce sont des premières mondiales. « Nous sommes les seuls au monde à les produire » précisait Daniel Porte.

Jérôme Gutton est désormais incollable sur la chaussette made in France produite à Montceau-les-Mines. Perrin – Monnet, les deux font la paire et le préfet un ambassadeur de choix.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *