Montceau – Joseph, la silhouette aux béquilles jaunes

Il est aussi aimable qu’il peut être agaçant, aussi serviable qu’entêté et, le plus souvent, pas simple à comprendre dans ses élucubrations. Fait mine parfois de ne pas entendre mais écoute très bien et hausse la voix quand l’idée qui le travaille ne trouve pas écho à sa pensée.

Joseph Broton, ce nom ne vous dit peut-être rien mais sa silhouette sans doute davantage. C’est l’homme aux béquilles jaunes, casquette sur la tête, sac au dos et désormais une écharpe jaune en guise de gilet jaune.

Qui est-il réellement ? Dans l’ombre, il se dit qu’il a été dentiste, qu’il a mal tourné et a trouvé refuge en novembre dernier chez les gilets jaunes du Magny. Personne ne l’affirme, on suppute. On m’a dit que…

Les Minguettes, l’Espagne, Montceau-les-Mines

Effectivement, Joseph Broton a exercé la profession de chirurgien dentiste. Il est né à Lyon, a habité aux Minguettes, fait cinq ans d’études, a effectué son service national à l’hôpital militaire de Bordeaux et a commencé par des remplacements dans des cabinets dentaires avant, par amour, quitter Lyon pour de Sud Ouest et même vivre en Espagne de 2002 à 2008. Sa spécialité, l’odontonlogie, étude des tissus dentaires, des os des mâchoires et des tissus attenants (cutanés, muqueux et autres).

« Et j’ai vu une annonce d’emploi, la CARMI à Montceau-les-Mines recrutait un chirurgien dentiste » explique-t-il clairement. la CARMI se trouvait à côté du Prado. Joseph signe son contrat en 2009 et « en 2013, je suis licencié car je serais un dentiste à comportement hypocondriaque ». Pas bon signe pour un homme de médecine.

« Mais il faut savoir que je suis déficitaire en alpha-1 antitrypsine (AAT) qui est une maladie génétique transmise des parents et que cette pathologie peut entraîner de graves maladies pulmonaires et/ou du foie à différents âges de vie » prend il le soin de commenter.

Et ce n’est pas tout, en 2011, surviennent des problèmes d’ordre osseux et tendineux, d’où les béquilles et même pendant un temps le fauteuil roulant. « Depuis mon licenciement, j’ai fait deux ans au chômage, trois ans au RSA et désormais, reconnu adulte handicapé, depuis un an je touche 930 €. J’ai doublé mon salaire », sourit-il.

Les mathématiques politiques, une nouvelle rage de dent ?

Son licenciement, Joseph Broton ne l’a toujours pas accepté et encore moins digéré. Il a même postulé à FILIERIS, aux Equipages (en fait la CARMI) pour un poste de chirurgien dentiste. « Sur trois cabinets dentaires, un seul est occupé. Bien sûr, j’aurais besoin d’un poste aménagé et même si c’est la même boîte, il doit y avoir un malentendu, je ne suis pas hypocondriaque ou alors je suis handicapé physique et mental ».

En attendant, Joseph est gilet jaune du Magny. Au camp, il vient tous les jours, en bus et quand bien même participe-t-il aux rassemblements à Paris, Dijon, Chalon, Lyon et Montceau, il s’intéresse aux mathématiques politiques et surtout aux systèmes de vote. « Nous sommes trois en Saône-et-Loire à travailler dessus » indique-t-il.

Et là, ça se complique, à devenir hypocondriaque des mathématiques politiques. On y parle de la méthode Markus Schulze _ un parent peut-être à Papa Schulze ? _  qui s’est inspiré de la méthode de Condorcet. « Comme nous continuons à nous organiser sans chefs, sans hiérarchies ni centralisation, nous devons trouver un vote plus démocratique qui n’existe pas sans faire l’amalgame entre rien et le néant. Etre créatif mais le problème, c’est d’expliquer les mathématiques politiques » admet Joseph.

Peut-être plus simple de soigner une dent…

Jean Bernard

 

6 commentaires

  1. Merci Joseph, incroyable votre récit de vie… Merci de dire si bien qui sont les Gilets Jaunes, en particulier à quelques lecteurs rétif de ce site… s’organiser sans chef, sans hiérarchie ni centralisation, c’est bien la grande création de votre mouvement, qui est en train de diffuser parmi tous les autres….
    Salut et Fraternité.

    • Je ne parlerais pas de ce monsieur que je ne connais qu’au travers de ce reportage mais pour répondre simplement à L’Benoît ;  » sans chef , sans hiérarchie ni centralisation  » cela correspond à l’anarchie (Désordre résultant d’une absence ou d’une carence d’autorité) ,c’est bien ce que les Français ressentent de votre mouvement et cela n’est pas une création des GJ.

  2. l’informateur n’a donc pas de sujet plus interessant ? il ne se passe rien dans le bassin minier

    • Ce sujets est très intéressant n’en déplaise à certain lecteur de l’informateur de Bourgogne. Continue comme sa jean Bernard. La galoche si vous aimez pas l’article ne l’ouvrez pas tout simplement.

  3. On pourra dire qu’il a trouvé un nouvel os à ronger. En espérant qu’il a de bonnes dents

  4. Oui, joseph est un personnage, sans nul doute, et n’en déplaise à certains, sa vie est un sujet intéressant, en tout cas pour moi.
    C’est lors des réunions préparatoires à la 3e assemblée des assemblées du mois de juin que nous avons fait plus ample connaissance et que j’ai sympathisé avec lui.
    Bien sûr, il a abordé avec moi les mathématiques politiques, en évoquant la théorie des ensembles, les systèmes de vote….
    Il aime faire entendre sa voix, ce qui est une qualité quand, comme lui, on a quelque chose à dire.
    Je lui envoie mon salut solidaire et fraternel.

    Au rédacteur :
    J’ignore si votre jeu de mot est volontaire, mais à la fin de votre article vous dites : « sans faire l’amalgame » ; c’est amusant lorsque l’on sait que ce que le commun des mortels appelle un plombage est en réalité un amalgame dentaire qui d’ailleurs ne contient pas de plomb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *