Montceau – Emmaüs, un double enjeu

« 2019, c’est le 70e anniversaire de la naissance du mouvement Emmaüs. En ce 70e anniversaire, nos compagnons ont renoué avec les premiers compagnons de 1949 qui étaient, à l’origine, des bâtisseurs. Ce n’est que quelques années après qu’ils sont devenus ce qu’on a appelé les chiffonniers d’Emmaüs en s’intéressant à la récupération et au recyclage ».

Ainsi parle Maurice Genet, président de la communauté d’Emmaüs Autun, Etang et Montceau à l’heure de l’inauguration des nouveaux locaux qui, fut un temps, abritait l’entreprise Serib. De cette friche industrielle, les compagnons ont bâti, déblayé, démoli certaines parties, réaménagé, nettoyé, rangé ce qui aujourd’hui est devenu un espace de vente.

« 70 ans après, nos compagnons, nos salariés, nos bénévoles perpétuent la belle idée de l’abbé Pierre : faire ensemble dans notre diversité, des précaires aux plus aisés, hommes et femmes, français et étrangers » rappelle Maurice Genet.

« Faire ensemble; c’est tout le contraire de l’assistanat, c’est permettre de retrouver une place dans la société », ajoute-t-il. Un message de justice sociale où chacun est libre dans sa dignité de s’ouvrir aux autres.

La solidarité, un point commun

Une communauté qui aujourd’hui connaît de la concurrence dans la récupération et le recyclage mais qui avec ce nouvel espace de vente, va non seulement pérenniser Emmaüs mais augmenter sa capacité d’accueil. « C’est lutter contre la pauvreté pour construire une société fondée sur la justice sociale sans hiérarchie de culture, de sexe, de groupe ethnique » souligne le président.

Marie-Claude Jarrot y voit comme une ressemblance à sa ville où la solidarité est un axe fort, « qui se décline et se conjugue au quotidien » s’empresse-t-elle de noter. « L’inauguration de ces nouveaux locaux, c’est tellement ressemblant à notre territoire », dit-elle encore.

Ici, entre la rue de Gueugnon, l’avenue Salengro et la rue de La Lande, tout le monde est le bienvenu. « Que les Montcelliens viennent. Ils contribueront à la pérennité  la communauté et nous permette d’accueillir des compagnons, des compagnes et des familles » lance Maurice Genet.

Et en plus, ils participent à la protection de l’environnement et « vont faire de bonnes affaires ». Il garde aussi les pieds sur terre le président.

Jean Bernard

 

Montceau – Emmaüs, les compagnons de la libération de la misère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *