Montceau – Deux sénateurs, un projet de loi et des maires parfois désorientés mais passionnés

Ils sont douze maires, treize avec Marie-Claude Jarrot, qui mercredi soir à l’hôtel de ville de Montceau-les-Mines, ont répondu au courrier de Marie Mercier et Jean-Paul Emorine, sénateurs de Saône-et-Loire afin de mettre à jour les risques auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leurs fonctions. Une consultation lancée par la commission des lois du Sénat dont Marie Mercier est secrétaire (consultation qui prendra fin le 15 septembre).

Le débat a donc porté sur les quatre titres que contient le projet de loi : conforter chaque maire dans son intercommunalité, renforcer les pouvoirs de police du maire, simplifier le quotidien du maire, renforcer et reconnaître les droits des élus. ce à quoi, madame le maire de Montceau a ajouté, à titre personnel, « le mauvais fonctionnement de la communauté urbaine, notamment en matière de sécurité, voirie et propreté. Une intervention diversement appréciée par les élus présents et en particulier de Paulette Ackermann, maire de Marigny, une petite commune rurale. « La communauté urbaine est un soutien pour nous » a-t-elle répondu.

Trop de plaintes classées sans suite

Les élus locaux ont globalement le sentiment d’un fossé qui s’est creusé entre le pouvoir central et les collectivités territoriales. Les maires sont unanimes pour souligner le peu de contenu du texte. Par exemple, le renforcement des pouvoirs du maire, à travers deux seules mesures concernant les arrêtés de fermeture des établissements recevant du public et les débits de boisson, est très loin des véritables problématiques des maires confrontés à des incivilités grandissantes et à un manque d’accompagnement des services de l’Etat. Les conclusions de la grande consultation lancée par la commission des lois du Sénat sur les risques qu’encourent les élus au quotidien, sont attendues afin d’abonder le débat. Les maires demandent à être épaulés par la gendarmerie, la police, la justice, et de fait à rendre crédibles leurs interventions pour faire respecter la réglementation. Bien trop de leurs plaintes sont classées sans suite.

Globalement d’ailleurs, le recul des services de l’Etat pose difficultés aux maires, donnant l’exemple des Voies Navigables de France. Les maires se sentent isolés, et sont plongés dans une vraie incompréhension face à la complexification des normes et à l’éloignement des services de l’Etat.

Effectivement les réactions des maires vont dans ce sens. « Tout est de plus en plus compliqué avec l’administration. Un maire est responsable de tout même de ce qui ne nous appartient pas » relatait le premier magistrat de Saint-Eusèbe, Alain Ballot.

Les maires témoignent

« Nous sommes toujours obligés de nous justifier auprès de l’administration et des concitoyens » précisait à son tour Paulette Ackermann.

« On ne nous passe rien, nous sommes toujours sous le feu des critiques. Le lien entre nous et les administrés est teigneux et fragile » analysait le maire de Blanzy, Hervé Mazurek qui néanmoins précisait : « La tâche est intense mais passionnante ». Un avis unanime. Enfin presque…

Car à Perrecy-les-Forges, Claudius Michel, n’ira pas aux élections en 2020. « Je vais arrêter. Le deuxième mandat, c’est une catastrophe. Les gens sont méchants, jamais contents. C’est de plus en plus dur ».

Marie Mercier et Jean Paul Emorine, qui ont tous deux une longue expérience de maire derrière eux, ont pris note des différentes remarques, bien décidés à porter la voix des élus locaux et à permettre au Sénat de poursuivre son travail au service des collectivités territoriales, premier échelon de notre démocratie.

« C’est la société du zapping, on change d’élu comme on change de chaîne » ironisait Marie Mercier. Elle rappelait, « en permanence, il faut faire plus avec moins. Petites ou grandes communes, les soucis sont les mêmes ».

« Nous avons besoin d’être libres sur certaines décisions. Notre bon sens prévaut souvent un règlement abscons » concluait Marie-Claude Jarrot.

La venue de Gérard Larcher, président du Sénat, à l’assemblée générale de l’Association des Maires de Saône-et-Loire le 13 septembre à Montceau-les-Mines, viendra ponctuer cette série de rencontres dans le département.

J.B.

Liste de propositions (cliquez ci-contre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *