•  

Montceau – Au Magny, les gilets jaunes sont toujours là avec les mêmes revendications

Ils n’ont pas changé, peut-être ont-ils pris une ride supplémentaire, un cheveu gris par-ci par-là mais ils sont toujours habités par ce même sentiment d’injustice qui un jour de nombre 2018, le 17 très précisément, les a poussés à se rassembler du côté de l’échangeur de la RCEA au Magny.

Une époque pas si lointaine qui pourtant, aujourd’hui, semble d’un autre temps. Les gilets jaunes ont ébranlé le pouvoir et le Magny a été l’une des places fortes du département les premiers mois où, chaque samedi, ils venaient manifester leur colère.

Au Magny justement, ils sont encore une grosse poignée à venir tous les jours, vers 16 heures, partager le café et disserter sur les mêmes sujets qu’en novembre 2018, principalement le pouvoir d’achat. « Nous avons toujours les mêmes revendications » disent-ils en choeur.

Irréductibles, ils furent, gilets jaunes ils sont toujours. « On gueule, ça ne sert peut-être à rien mais nous, on est là », glisse un gilet jaune de la première heure.

« Et qu’on arrête de nous prendre pour des kassos. Nous avons tous travaillé, certains travaillent toujours, beaucoup sont à la retraite, alors quand on revendique pour davantage de pouvoir d’achat, de meilleurs salaires, une retraite digne, nous savons de quoi nous parlons ».

Ramener les gilets jaunes égarés

Au camp du Magny, les premiers froids arrivent. Un barnum démontable les protège de la pluie et la discussion mène les gilets jaunes sur l’appel au rassemblement lancé par Eric Drouet, Jérôme Rodrigues et Priscillia Ludosky, les trois figures du mouvement populaire. L’heure est de ramener les gilets jaunes égarés car depuis plusieurs mois, « nous assistons à des divisions comme l’émergence du Conseil National de la Nouvelle Résistance (CNNR) » soulignent plusieurs voix du Magny. « Diviser pour mieux régner ».

Le deuxième anniversaire du 17 novembre 2018 approche. C’est peut-être l’heure aux gilets jaunes de retrouver des couleurs. Déjà le 12 septembre dernier, il avait été demandé de reprendre position sur les anciens camps. Au Magny, symboliquement, les gilets jaunes sont revenus là où des cabanes servaient de point de ralliement. Une action passée presque inaperçue.

Ils n’ont pas oublié mais n’iront plus envahir la RCEA. « Et que constatons-nous aujourd’hui, que les inégalités se creusent, que les riches sont de plus en plus riches » lâchent-ils. Un constat qui les rend furibards.

Les gilets jaunes du Magny sont toujours là. Chaque jour, ils sont une trentaine à passer au camp. L’actualité est commenté mais la solidarité surtout respectée et appréciée. Ils s’entraident pour des travaux de couture, partager des oeufs, des légumes, etc.

« Nous ne sommes pas tous du même bord politique mais nous sommes tous copains et cela n’a pas de prix ».

Les revendications sont là mais ils crient juste moins fort.

Qui les entend encore ?

Jean Bernard

20 commentaires

  1. ils n’ont plus rien à voir avec ceux de novembre 2018, c’est même leur antithèse, si ceux ci ne sont pas du même bord politique, probablement, tant de différences entre communistes mélenchonistes trotkystes maoistes staliniens

  2. La bonne blague
    Pas mal il y a un mélange au magny,droite ,gauche extreme
    Mais le but c est nos prémieres revendications
    La polique les politiques(tous les mêmes)
    On est gj point

  3. Je suis Cyrille, gilet jaune chalonnais depuis le début aussi. Tout ceux qui continuent le combat sont des héros défenseurs de nos droits. Ce sont des visionnaires qui ne peuvent se résoudre à lâcher nos destins à ces gouvernements qui n ont plus rien de commun avec notre histoire. Les copains du Magny, je suis très fier de vous. On lâche rien 👍✊✊

    • photos très parlantes on voit bien votre vision……des pieds et on lit sur vos visages une belle inspiration. Belle représentation de la france!!!!!je suis mort de rire……

      il est vrai que c’est plus tranquille que de chercher un boulot……mais il est vrais aussi que vos exigences…..travailler moins pour gagner plus sont perdues d’avance…

      au fait vous ne voules plus de Macron….plus de politiciens….vous proposez quoi? Vivre sous un barnum!!!!!

      • Épicurien Commencer par lire l’article au lieu de regarder uniquement les photos .
        À part se fout de la figure des GJ vous avez fait quoi d’autre?
        eux ont du courage de se battre vous (…)

  4. Pfffuuiiiii un mouvement social qui a ébranlé le pays n’a pas besoin de se trouver de tels dirigeants…. Pas plus que de vieilles allégeances approximatives, car c’est lui qui fait l’histoire.
    Comme dit la chanson, il n’est pas de sauveur suprême….
    Courage et honneur à vous, les bonnets rouges et les gilets jaunes…

    • C’est sur car en novembre 2018 il y avait un programme commun mais il ne fallait pas faire de l’ombre et la machine minoritaire politico-syndical est venue casser le mouvement par petites touches mesquines.
      Vous êtes pas simples (les GJ) mais vous restez une lueur dans la nuit.

  5. Faut arrêter les bêtises maintenant non ?

    Alors là ça sent les gens motivés pour travailler ! Coulez de paisibles jours messieurs dames !

    • Moi je travaille encore et je soutien le mouvement,les gj sont des citoyens de tout bord sans decrimination c est juste les gens qui on rien compris,attendez encore un peu,vous allez pleurer, soyez vigilant,le vent va tourner

  6. On voit encore que pour certains les Gilets Jaunes dérangent .Oui nous sommes au Magny,des hommes et des femmes qui se sont rencontrés le 17 novembre 2018 ,avec toutes nos différences,pour dire non à toutes ces injustices sociales (pouvoir d’achat,accès aux soins, la dignité au travail,dire non à la course à la richesse…….)On est loin d’être une antithèse,puisque nous sommes même l’origine de ce mouvement.Nous portons encore à la vue de tout le monde notre gilet,il existe encore des millions de personnes qui l ‘ ont à l’intérieur d’eux mêmes,tant la société française va mal .Pas besoin non plus de créer un conseil national de la nouvelle résistance(CNNR),il existe déjà sans le terme « NOUVEL »,ce qui a justifié pour la plupart de ses membres de s’afficher en photos devant le commissariat de Police,après avoir dénoncé leurs anciens camarades pour des soi disant incivilités commises sur le camp,en l’occurrence un morceau de bois dans le feu.Personne n’a pu accepter cette image qui rappelle les jours sombres de notre histoire,entre autre la période de Vichy. A MÉDITER
    ces quelques lignes.
    Quand la vérité surgit,le mensonge ne gouverne plus.
    Quand la vérité s’étend,elle devient l’armée du Peuple.
    Partageons là et on sera libre.

    • Vous vous permettez de calomnier et diffamer des gens qui n’ont dénoncé personne. Cette « affaire du commissariat » est un malentendu sur lequel on s’est expliqué avec les autres du camp. Personne n’a dénoncer personne. Savez-vous au moins ce qu’il s’est passé ? Etes-vous un GJ au moins ? Je me demande pourquoi il y a des gens comme toi (se cachant derrière un pseudo) qui continuent de remuer le couteau dans le plaie, d’entretenir cette division, de refuser de voir la réalité des faits : le mouvement évolue. Et seul des intégristes comme toi le refuse. Le CNNR tout comme d’autres collectifs (Se fédérer, Changeons de cap,…), partis et mouvements (Extinction Rébellion, etc…) sont la suite logique et naturelle des GJ. Tout comme les GJ étaient la suite logique et naturelle des Nuits Debouts, Bonnets Rouges, etc….
      On aura beau porter les revendications que l’on veut. Si on ne change pas la société, ce sera vain. C’est le système dans son ensemble qu’il faut combattre.
      D’ailleurs qui est-tu caché derrière ton pseudo ? Moi au moins j’ai l’audace et l’honnêteté de signer de mon nom (pour l’instant). Que craint-tu ?
      Oui les GJ dérangent encore le pouvoir. Mais uniquement les GJ qui s’investissent pleinement dans la résistance et qui luttent au quotidien dans chacun de leurs actes. Et vous « Virgil » (si c’est bien votre prénom), que faites-vous au quotidien pour résister ? Pour mon exemple, je lis, je m’informe, je milite (dans différents mouvements, associations, collectifs,….), je fais attention à mon mode de consommation (étant végétarien, je ne nourri pas l’industrie de la viande), je suis investi pleinement, chaque jour, dans ce que je fais. Et vous ? J’attends votre réponse et vos arguments (si vous en avez).

  7. la bonne blague et bien vrai ont raison

    Il s’est passé au Magny ce qui s’est passé partout en France ; (inutile de développer ici comment les GJ se sont tous fait berner par la complicité de l’extrême gauche avec la police les élus les RG les médias et la préfecture) le 1er décembre les derniers gilets jaunes de droite sont partis, ensuite le 8 décembre les centristes et les apolitiques : le 15 décembre ne restaient plus que les amis de Mélenchon et Besancenot qui ont défilé avec les gilets « plus jaunes du tout » sur les champs élysées avec de superbes drapeaux rouges CGT ou PCF, vous retrouverez facilement les vidéos sur youtube.

  8. Nous au magný
    On n.est apartisan,nous sommes une trentaine,à resister,par tout les temps,et des anciens nous rejoignent
    Force à nous

  9. Tiens les revoilà ; après une « ENORME » manif le 12 Septembre (8500 sur toute la France ) et puis plus rien car les Français ne vous soutiennent plus depuis très longtemps. ,vous n’allez pas encore nous faire croire que vous êtes apolitique . CGT, PC , RN et consorts vous ont infiltrés et vous n’avez rien vu venir.

    • Tout le monde fait de la politique ,nous avons chacun des idées,mais quand nous avons enfiĺé nos gilets, nous sommes citoyens,des gens qui veulent vivre ,non survivre

  10. Au moins, en voici un qui ne peut pas être taxé « d’extrêmiste » : Thomas Piketty, https://www.youtube.com/watch?v=9PiLMJxJftU . J’ai le sentiment tenace qu’il raconte la même chose….

  11. Qui a dit que les gilets jaunes ne travaillaient pas? Venez donc nous rencontrer, alors vous pourrez critiquer !

  12. Si monsieur Kennedy
    Aujourd’hui revenait
    Ou si monsieur Gandhy
    Soudain ressuscitait
    Ils seraient étonnés
    Quand on leur apprendrait
    Que pour changer le monde
    Il suffit de chanter

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Et surtout, avant tout
    D’avoir les cheveux longs

    Crier dans un micro
    Je veux la liberté
    Assis sur son derrière
    Avec les bras croisés
    Nos pères et nos grands-pères
    N’y avaient pas pensé
    Sinon combien de larmes
    Et de sang évités

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Mais bien sûr leurs cheveux
    N’étaient pas assez longs

    Écrire sur son blouson
    La guerre doit s’arrêter
    Assis sur son derrière
    Avec les bras croisés
    Les bonzes du Vietnam
    N’y ont jamais pensé
    Tout ce qu’ils ont trouvé
    C’est partir en fumée

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Mais bien sûr leurs cheveux
    Ne sont pas assez longs

    Crier c’est une honte
    Des hommes meurent de faim
    Assis sur son derrière
    Avec les bras croisés
    Est-ce la solution
    Est-ce le bon moyen
    En tout cas les hindous
    Devront s’en contenter

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Avant de trouver mieux
    Leurs cheveux seront longs

    Si les mots suffisaient
    Pour tout réaliser
    Tout en restant assis
    Avec les bras croisés
    Je sais que dans une cage
    Je serai enfermé
    Mais c’est une autre histoire
    Que de m’y faire entrer

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Car il ne suffit pas
    D’avoir les cheveux longs

    Fait-on pousser du blé
    En faisant des discours
    Faut-il un uniforme
    Pour détester la guerre
    Faut-il pour être un homme
    Ne plus chanter l’amour
    Faut-il mendier sont pain
    Et ne plus être fier

    Da-da-da-da-dam
    Da-da-da-da-dam
    Faut-il pour être libre
    Avoir les cheveux longs, longs, longs

  13. En fait, un très très très petit malentendu, disent certains ! Alors allons au fait. où et quand est paru dans la presse un article succinct et compréhensible par tout à chacun, ou bien s’agissait-il de mettre fin à notre incapacité à saisir une méprise à peine perceptible ? Tout compte fait, à méditer ou plutôt à réfléchir… collectivement au point de rencontre, selon bien entendu, la petitesse des capacités intellectuelles de chacun d’entre nous.
    Joseph

    • Commentaire incompréhensible. Veuillez si possible reformuler vos propos de manière claire et précise avec des mots qui forment une phrase correct permettant de comprendre le sens de celle-ci. (…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *