Montceau – Au BDV, ne parlez plus de cantine mais de restaurant

« Si ces jeunes filles et ces jeunes garçons veulent bien se donner la peine d’entrer »…

C’est sans doute un peu exagéré mais en avril 2020, quand la cantine, pardon, le restaurant accueillera les enfants des écoles du Bois du Verne, ils entreront dans une nouvelle dimension. Car le principe de nouveau bâtiment, « c’est de sortir de l’école pour aller au restaurant » souligne Marie-Thérèse Frizot, adjointe à l’éducation à Montceau-les-Mines.

Aujourd’hui, le restaurant est hors d’eau hors d’air, autant dire que le gros oeuvre est achevé, que les entreprises s’affairent désormais à donner son aspect définitif à l’intérieur.

Pas de retard sur le planning comme a pu le constater madame le maire au cours d’une visite du chantier pour des travaux qui ont débuté fin août dernier.

Sur 525 m2, le enfants des primaires et maternelles disposeront chacun de leur salle. Les primaires auront la primeur d’un self-service, comme les grands. Le sol, les murs, le plafond, tout est pensé pour diminuer le bruit, apporter un confort acoustique d’une grande qualité. Le chauffage, même si l’isolation est très performante, est au gaz avec une chaudière à condensation. « C’est un projet environnemental à énergie positive » précise Marie-Thérèse Frizot, « avec une circulation d’air à double flux ». Le top.

Les enseignants auront leur coin, le personnel également.

Des panneaux photovoltaïques sur 30 m2 seront installés sur le toit et assureront la consommation de l’éclairage basse consommation à led.

A l’extérieur, un préau assure une surface de 85 m2 et une coursive de 115 m2 protège les enfants des intempéries aux abords du bâtiment.

Si tout va pour le mieux, c’est grâce notamment au pilotage du chantier par Stéphane Boivin. Il coordonne et s’assure du bon déroulement du chantier.

A l’extérieur, outre les plantations qui viendront apporter du cachet à l’ensemble, un jardin pédagogique pour les enfants est à l’étude. Déjà en place, le récupérateur d’eau pluviale. Immense, il est prévu pour recueillir l’eau des prochaines constructions puisque ce coin de quartier va faire l’objet d’une réhabilitation totale.

Le coût de ce restaurant scolaire s’élève à 1 427 496 € dont 677 000 € de subventions.

J.B.

6 commentaires

  1. Que des subventions

  2. On dirait un monument historique

  3. Voilà un bel écrin !
    Mais est-ce que la qualité des repas sera au rendez-vous ? Avec des légumes bios et locaux, par exemple… Et des vrais repas, préparés sur place par une vraie cantinière ?
    Ou est-ce que ce sera encore le monopole de la Sogeres, avec ses repas formatés et réchauffés ?

  4. On parle du bâtiment , mais que vont manger les enfants ? des plateaux repas préparé je ne sais où avec je ne sais quoi .

  5. « Ne parlez plus de cantine mais de restaurant » excusez moi, mais temps que SOGERES ou autre chaine de cuisine rapide assurera les repas, on ne peut honnêtement pas parler de restaurant… Encore un concept à la Mac Do : clinquant pour attirer le chaland, mais sur le fond, on se moque de lui ! Belle esbroufe encore une fois !

  6. Attendez faites tout de même la différence entre un restaurant et une cantine scolaire . Le prix ne sera pas le même et si vous voulez des cantinières il faudra aussi les rénumerer en fonction de leur travail. De plus n oubliez pas que les enfants sont a l ecole pour apprendre et pas pour autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *