Mines de talent – Bruno Samora : son « Elec Trott », une trottinette new age

En France, on n’a peut-être pas de pétrole mais on a des idées et celle de Bruno Samora, ce Montcellien d’adoption, est particulièrement audacieuse. Elle a pris naissance sur le bords du lac d’Annecy quand dans sa voiture et les bouchons, il voyait les trottinettes le dépasser allègrement.

Mais la trottinette n’est pas réputée pour sa stabilité, elle est pratique dans les déplacements mais dangereuse au moindre trou dans la chaussée. L’ébauche d’un engin nettement plus sophistiqué lui trotte alors dans la tête.

Le natif de Toulouse est calé dans le domaine. Il présente une carte de visite à la hauteur de ses ambitions : BEP, CAP mécanicien, très porté sur le deux roues, fait une école de styslisme prototypiste chez Sbarro et pendant trois ans, travaille chez Lazareth Auto-Moto à Annecy-le-Vieux où prennent naissance des engins aussi innovants qu’improbables.

Bruno Samora a donc toutes les cartes en main pour imaginer « sa » trottinette électrique de luxe. Elle naît avec des roues de vélo de beach cruiser, des pneus ballons, une suspension à l’avant, des freins à disque, avant et arrière et lance sa société SMA Concept comme auto-entrepreneur.

Il présente ainsi deux prototypes de sa « Elec Trott » au Salon du deux roues à Lyon en janvier 2020. Il fait un tabac. Des pros du deux roues s’intéressent à lui, sa trottinette entièrement personnalisable à souhait fait tourner les têtes. Des loueurs à Paris, Monaco, Biarritz, les hôtels de luxe, sont prêts à lancer la mode de l’Elec Trott. C’était sans compter sur le premier confinement. Premier coup de frein.

Le temps de remettre l’électricité à tous les étages, « arrive une législation européenne draconienne sur la trottinette qui oblige de posséder un certificat de conformité CE, sans quoi, je ne peux pas commercialiser mon engin » explique-t-il. Second coup de frein. Les derniers réglages administratifs sont désormais derrière lui et Bruno Samora envisage une commercialisation de l’Elec Trott en 2022. C’est demain.

Il planche donc sur une production à grande échelle, « calculer l’industrialisation du véhicule et le distribuer » avance-t-il avec l’espoir de produire à Montceau-les-Mines.

Le prix d’une Elec Trott est à la hauteur de l’ambitieux projet, « autour des 5000 € » annonce le Géo trouvetou.

Robuste, fiable, au look je-n’ai-jamais-vu-ça,j’en-veux-une-comme-ça, dotée d’une autonomie d’environ 40 km, la trottinette by Bruno Samora est aussi belle que rebelle qu’un véhicule urbain du XXIe siècle. C’est new age.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.