Manufacture Perrin à Montceau – Du boulot en moins des masques en plus

La manufacture Perrin relance la fabrication de masques pour enfants, des masques bio en coton et made in France. Le port du masque est obligatoire à l’école à partir de 6 ans.

La filière textile à Montceau comme dans son ensemble sur le territoire français n’est pas au mieux de sa forme en raison de la conjoncture actuelle, principalement à cause de l’épidémie de la covid.

La manufacture Perrin à Montceau tente néanmoins de maintenir son activité de fabrication et même en cette période de confinement, ouvre son magasin d’usine. Parce que son code NAF (Nomenclature d’activités française, code attribué par l’Insee à chacun des secteurs d’activités économiques. Son but : faciliter l’organisation de l’information économique et sociale) le lui permet. « Nous sommes commerce de détail de textiles en magasin spécialisé » précise Constance Nicaise, à la tête de l’entreprise montcellienne avec son associé, Damien Schneider depuis octobre 2018. Deux autres boutiques, à Cluny et Nantes sont également ouvertes au public, « elles sont rattachées au code NAF de l’usine » ajoute-t-elle.

Les temps ont bien changé depuis la création de la manufacture bonneterie par un certain Francis Perrin en 1924. Elle est devenue un fabriquant de chaussettes et de collants de haute qualité. Et puis est arrivé le premier confinement, la France manquait de masques, « alors nous en avons fabriqués et vendus 35 000 aux communautés urbaines, aux revendeurs et dans nos boutiques » explique la directrice générale. Des masques qui sont nés d’une chaussette.

Perrin peut produire 1 500 masques par jour

Aujourd’hui, la demande est différente. Car depuis la rentrée scolaire ce lundi, les masques sont obligatoires chez les enfants à partir de 6 ans. « Nous avons eu des demandes alors nous relançons la fabrication des masques pour enfants » souligne Constance Nicaise. « Nous pouvons en produire jusqu’à 1 500 par jour ».

Des masques très agréables au toucher et à porter. Ils sont en coton bio avec des élastiques intégrés au tissu et un bec devant la bouche pour mieux respirer. Son coût, 5 € TTC l’unité en magasin, pour les collectivités et organismes, il est à 3.30 € HT (tva à 5.5%). Ces masques pour enfants sont certifiés et lavables 10 fois.

Toutefois, produire des masques ne masque pas le manque à gagner avec l’arrêt de la fabrication des marques propres à la manufacture que sont,  Perrin, La Chaussette Française, Berthe aux Grands Pieds, Dagobert à l’envers. « En revanche, nous produisons pour Le Slip Français, Comme des Garçons et des chaussettes bios » énonce la directrice générale.

Forcément, si les commandes baissent, le personnel également. De 90 personnes, la manufacture est passée à 20, les autres sont en chômage partiel.

Pour tout le monde, la vie n’est pas rose, elle n’est pas noire non plus mais il vrai que le moral en ce moment, est plutôt dans les chaussettes.

Jean Bernard

2 commentaires :

  1. Oui, eh bien! nous en avons acheté (masques enfant), les élastiques ne tiennent pas le coup, dés la première utilisation. Notre fille à été obligé de tous les reprendre. Déçu d’acheter du Made in France et de ne pas avoir de la qualité!

  2. J en ai acheté deux il y a quelques temps. Très contente de mon achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.