Littérature – Christophe Royer et ses « liaisons » intimes avec Montceau

Quand vous rencontrez Michel Houellebecq, il correspond à ses bouquins. Un écrivain talentueux au demeurant mais ses romans écoeurent et émeuvent à la fois. Il est l’enfant terrible français de la littérature.

Face à lui, Christophe Royer est en enfant de coeur, à la mine encore juvénile et qui semble encore perdu dans son Projet Sapience. Pourtant, le natif du Creusot est descendu de sa soucoupe volante. Peut-être à cause d’E.T., désormais planté au premier étage de la médiathèque à Montceau-les-Mines, qui l’a fait revenir à la maison.

Sa maison à Christophe Royer, c’est maintenant le thriller, le polar, dont le roman Lésions intimes aux éditions Taurnada, vient de sortir ce jeudi 12 septembre 2019. Mieux vaut éviter un vendredi 13 et ses superstitions.

Montceau-les-Mines pour assurer le lancement de son troisième livre, le choix ne pouvait pas être plus pertinent. « L’histoire se déroule pour beaucoup à Paris et à Montceau » révèle l’auteur.

En voici la quatrième de couverture :

Nathalie Lesage, capitaine au caractère bien trempé, travaille au sein d’une brigade spéciale de la BRP. Elle aura fort à faire pour démanteler la branche proxénétisme «Gorgona», spécialisée dans l’organisation de soirées parisiennes.

Elle devra côtoyer un milieu où règnent la perversion et les pratiques extrêmes.

Victime d’un banal accident, l’enquête va prendre une tournure inédite et le décès de son frère l’obligera à renouer avec son passé et sa Bourgogne natale, à Montceau les Mines.

Tout va alors se mélanger pour Nathalie et l’entraîner vers l’inimaginable…

Quand on pense à Dodo la Saumure

Qu’à Paris, le proxénétisme ne surprenne personne, à Montceau-les-Mines, sans être une révélation, va faire causer dans les chaumières. « Les soirées chaudes à Montceau existent » prévient Christophe Royer. « Je me suis documenté » dit-il. « Des passages du livre ont même été censurés » ajoute-t-il. Quel dommage. Dodo la Saumure aurait-il un équivalent montcellien ?

C’est donc à la médiathèque, en présence de madame le maire, Marie-Claude Jarrot à qui Christophe Royer est venu demander un soutien _ « on y parle de Montceau dans son thriller, alors je ne pouvais qu’être favorable à sa démarche » souligne-t-elle _ , que Lésions intimes a eu ses liaisons intimes avec les Montcelliens.

La suite est déjà en route et s’intitule Une arête dans la gorge. Nathalie Lesage débarque cette fois-ci à Lyon pour une autre enquête. C’est précisément la ville où travaille Christophe Royer.

A quand une intrigue politico-policière aux Gautherets à Saint-Vallier où il habite ?

Jean Bernard

2 commentaires

  1. Un vrai signe des temps quand la mairie vend aux enchères l’ancien bâtiment de la maison close ! (voir article plus loin)….

  2. Je ne comprenais pas votre commentaire, jusqu’à ce que je tombe sur la page « https://linformateurdebourgogne.com/montceau-des-bureaux-aux-encheres-par-internet/ » !
    (Remarque : toujours citer les liens auxquels vous faites allusion, ça évite aux autres de chercher)
    .
    Par contre, pour : « Des passages du livre ont même été censurés », d’où vient la censure ?

    De l’éditeur, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *