Législatives 2022 – Richard Béninger (NUPES) est pied au plancher sur la 3e

En ce samedi très ensoleillé, à la maison des associations au Creusot, à La France Insoumise, le sourire est naturel depuis que Jean-Luc Mélenchon a su booster ses troupes avec ce tour de force de réunir la gauche sous son nom. Ce n’est pas une histoire de NUPES mais bien une coalition qui rassemble les Insoumis, les communistes, Europe Ecologie Les Verts et les socialistes. Qui l’aurait cru ?

Dans la troisième circonscription (Autun – le Creusot), NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) a présenté son duo aux législatives, Richard Béninger, titulaire et Margaux Febvre, remplaçante et non plus suppléante.

Ceci dit, le message est clair pour tout le monde, il est d’envoyer Jean-Luc Mélenchon à Matignon. En plus ça rime ! « Si NUPES obtient la majorité à l’assemblée nationale au soir du 19 juin 2022, le président de la République devra nommer Mélenchon, Premier ministre » soutient Richard Béninger.

C’est sans doute un peu gonflé mais « c’est écrit dans la constitution » rappelle-t-il. Il lui faudra néanmoins rassembler toute la gauche et même si Sonia Liénard, secrétaire de la section PS au Creusot se trouvait au lancement de la campagne de NUPES ce samedi, « nous avons aussi le soutien du sénateur Jérôme Durain » souligne le candidat aux législatives, ou encore celui de Dominique Cornet, secrétaire départemental EELV, d’autres voix comme David Marti, maire du Creusot qui a soutenu Anne Hidalgo à la présidentielle, ne souhaite pas ajouter de la confusion à la confusion.

Ancien directeur général de L’Humanité

D’autres encore ne disent rien mais n’en pensent pas moins. « C’est un problème interne avec la secrétaire du PS du Creusot » avance Richard Béninger. « Car il ne s’agit pas d’un simple accord électoral, c’est un accord pour gouverner alors que Marti dise qu’il rallie Macron ou comprenne que l’extrême droite est un danger et que nous sommes les mieux placés pour s’y opposer. Ici comme en France, il existe une forte demande d’union ».

Il sait de quoi il parle Richard Béninger, lui qui a été directeur général du journal L’Humanité jusqu’en 2001 ou encore élu secrétaire national du Secours Populaire de  2012 à 2019. Il a rejoint LFI en 2019 alors qu’il a été le plus jeune conseiller municipal en 1977 (à 24 ans) à Chalon. A 68 ans, il est élu à Chagny (DG).

Pour lui, le second tour de la présidentielle « n’a rien réglé, il n’y a pas eu de choix, Macron a été élu par défaut. Alors le débat politique doit se poursuivre et les législatives sont le troisième tour de scrutin ». Les inquiétudes du pouvoir d’achat, de l’écologie et toutes ces questions que se posent les jeunes, « c’est tout de suite qu’il faut les résoudre. Qu’est-ce qu’on attend pour bloquer les prix. L’Espagne et le Portugal le font sans demander à l’Europe. Nous pouvons le faire ».

Margaux Febvre, sa remplaçante est Creusotine pure souche. A 36 ans, elle assistante sociale et s’est engagée chez les Insoumis en 2017.

En attendant, sur la 3e circonscription, quand bien même l’adhésion du PS et des Verts à NUPES ne fait pas l’unanimité, « pendant quatre semaines nous allons rencontrer les électeurs et les abstentionnistes », indique Richard Béninger. Il s’en réjouit.

Jean Bernard

Un commentaire :

  1. A part le gaz , quels autres prix ont étés bloqués en Espagne et au Portugal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.