Législatives 2022 – Charles Landre (DV) ne veut pas être un député godillot

Sur le Creusot, il est l’opposant numéro 1 au maire, David Marti et bien seul également à s’opposer à la politique menée à la communauté urbaine Creusot Montceau.

Charles Landre, se distingue toujours par sa faculté à engager le dialogue par de longs monologues dont lui seul a le secret. C’est un politique littéraire qui ne saute pas sur tous ls scrutins qui bougent. Il privilégie les municipales et les législatives, des élections qui ont du sens à ses yeux.

Le voici donc de retour pour briguer le poste de député sur la 3e circonscription où il retrouve sur sa route, Rémy Rebeyrotte qui remet son mandat en jeu pour le compte de la REM. En 2017, les deux hommes s’affrontèrent au second tour et l’ancien maire d’Autun l’emporta avec un peu plus de 55% des voix.

A cette époque, Charles Landre, se présentait en tant que dissident LR, sans investiture, « je suis toujours divers droite et je le revendique ». Lui et Gilles Platret ont bien du mal à cohabiter. On ne tente pas de ravir la place de président des Républicains en Saône-et-Loire sans en payer les pots cassés. Or cette fois-ci, « le vilain petit canard » a obtenu l’investiture LR. « J’ai la faiblesse de penser qu’ils reconnaissent le travail effectué » dit-il sans flagornerie. « Ma ligne politique n’a jamais varié ».

Il est de ceux qui pensent parti unique, loin de l’alliance NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) ou d’un Rémy Rebeyrotte au parcours politique sans idées. Sa candidature, Charles Landre veut la construire autour de ses convictions, « porter la voix des petites villes et des campagnes oubliées depuis cinq ans, de cette France qui travaille, une France méprisée envers laquelle Rebeyrotte n’a pas fait avancer un dossier, pas plus sur la santé, la sécurité publique ». Il cite alors le trafic de drogue au Creusot, une police en sous-effectif et évoque le problème passé sous silence des travailleurs bulgares à Autun.

Toquer à toutes les portes

Charles Landre est un homme de terrain en raison de son activité politique et professionnel avec ses différentes activités. « J’ai trois sociétés, l’une de conseil en stratégie aux dirigeants d’entreprises, une autre, avec un associé, de conseil en image des industries et, enfin, une entreprise de transport d’oeuvres d’art ». La 3e circonscription, il la connaît bien, il la sillonne et va partir à la rencontre des électeurs. « Nous allons _ avec son suppléant ou suppléante dont il divulguera le nom très prochainement _ , toquer à toutes portes et organiser des réunions dans les anciens cantons ».

Ses idées, il veut les défendre à l’Assemblée Nationale, sur le revenu agricole, « que les produits de nos agriculteurs soient vendus au-dessus du prix de revient, que le service public soit partout et pour tous, valoriser le travail, mettre en place une TVA différenciée sur les produits de première nécessité, que la retraite soit au minimum au niveau du SMIC, inscrire dans la loi les critères de pénibilité à revoir tous les cinq ans, préconiser une caisse unique pour une redistribution unique ».

Le candidat LR ne veut pas ressembler à « un député godillot comme l’a été Rebeyrotte car quand ont voit la classe politique, ça donne plutôt envie de renoncer. Mais je ne suis pas un homme de renoncement. Je suis jeune (34 ans) et j’ai le goût de m’engager. Il faut presque tout changer ». Il met aussi en garde contre ceux comme NUPES qui « sont sur Mars » et le Rassemblement National qualifié de « pathétique ».

Jean Bernard

 

3 commentaires :

  1. Sincères félicitations Mr Landre.
    Bien que venant d’un Mélenchoniste avant Mélenchon, elles sont vraiment fondées et ce pour plusieurs raisons :

    1) Comme Michel Barnier, Vous ne faites pas partie de ceux qui ont quitté le navire LR pour y revenir opportunément au moment des élections et vous dites fort et haut que vous restez fidèle à vos convictions. En cela, vous ressemblez beaucoup au futur premier Ministre (J-L Mélenchon) mandaté par la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (la NUPES).
    Certes Jean-Luc Mélenchon a quitté le PS alors qu’il aurait pu pantoufler et redevenir Ministre, par exemple, sous la Présidence de Mr Hollande. Cependant, lui aussi,comme vous, fidèle à ses idées et face à la dérive droitière des socialistes (ceux qui ont rejoint La REM) a préféré repartir de zéro en fondant le P.G. avec le résultat remarquable que l’on sait aux Présidentielles. Les 22 % recueillis ont ensuite permis une vraie réunion des forces de Gauche autour d’un programme écologique et social et de ne pas assister à la tambouille habituelle (que détestent les électeurs) pour avoir une place au soleil.

    2) Je me réjouis quand vous rejoignez la position de la France Insoumise au sujet de l’abandon des provinciaux par nos élites urbaines.
    Je vous cite :
    a) « porter la voix des petites villes et des campagnes oubliées depuis cinq ans, de cette France qui travaille, une France méprisée ». Pour LFI, la commune reste le dénominateur commun avec les associations qui résident sur son territoire pour collecter les doléances et répondre aux attentes de tous ceux qui vivent sur notre territoire.
    b)  » que les produits de nos agriculteurs soient vendus au-dessus du prix de revient, que le service public soit partout ». Bravo, vous nous rejoignez encore. Ceci est clairement exposé, en ce qui concerne ces paysans qui nous nourrissent, page 56 de notre programme l’avenir en commun. Pour ce qui est de la défense des services publics, permettez moi de vous dire que sur ce point, la droite (et je mets dans le même sac, messieurs Vals, Hollande, Macron qui ne sont ni de gauche, ni de gauche) a vraiment failli.
    Je prendrai comme exemple les désert médicaux et la défense de l’hôpital de Montceau qui n’est plus qu’une coquille vide.Je me réjouis qu’à ce sujet vous vous engagiez, comme nous, à préserver l’ensemble des services publics.
    c) La suite est du même tonneau je vous cite encore :
    « valoriser le travail, mettre en place une TVA différenciée sur les produits de première nécessité, que la retraite soit au minimum au niveau du SMIC ». A part le sujet de la TVA, c’est exactement ce que nous proposons dans notre programme « l’avenir en commun ».
    Nous proposons pour valoriser le travail de revaloriser les salaires le SMIC à 1500€/net et de titulariser les précaires. Idem pour les retraites.
    En ce qui concerne les produits de 1ère nécessité, il y a déjà une TVA à 5,5 % sur l’alimentaire. Nous proposons un blocage des prix sur bien d’autres produits, par exemple sur les couches (et il n’y a pas que les bébés qui en usent) ou par exemple l’essence. Revenir à 1€40/Litre (au moins pour un temps) soulagerait mes voisins qui font le trajet aller et retour Montceau Dijon tous les jours pour aller bosser.

    3) Dernière citation de votre part :
    « Je ne veux pas ressembler à un député godillot comme l’a été Rebeyrotte ». C’est tout à votre honneur et je vous souhaite qu’au fil des ans vous restiez dans les mêmes dispositions d’esprit.

    Cependant, vous avez 34 ans et Rémy du haut de ses 18 ans s’est opposé en son temps au Sénateur Maire de l’époque Mr marcel Lucotte pour créer, avec moi et quelques autres, les restos du cœur.
    Ce Rémi là méritera toujours mon respect et ma sympathie. Par contre, en ce qui concerne le Député actuel Mr Rebeyrotte, franchement, je le plains. Je suis vraiment désolé pour lui en voyant ce que la politique a fait de lui..
    Vous risquez la même chose. Permettez moi, à la veille de mes 70 ans, de vous mettre en garde.

    Au demeurant, je constate que pour l’essentiel de vos déclarations, vous êtes très proche des thèses développées dans le programme des Insoumis. L’Union Populaire a donc déjà gagné, en partie, la bataille des idées.
    Grand merci, par cet article de l’avoir confirmé.

    Vous ne vous étonnerez donc pas, vous qui êtes de droite, que les divers mouvements de gauche nous aient rejoints.
    Ne vous reste plus qu’à vous poser cette question fondamentale qui est :
    Pourquoi alors que Mr Jacques Chirac regrettait (fort justement) en son temps la fracture sociale, le bilan de la gouvernance des partis traditionnels n’a fait que l’aggraver au fil des décennies ? Et surtout, pourquoi persistez vous à ne pas dénoncer ce système ultra libéral qui enrichit les riches et appauvrit les pauvres depuis des décennies ?

    Je vous laisse réfléchir à ce sujet ainsi que vos électeurs étant entendu que la NUPES sera présente au second tour des législatives et que nous espérons bien gagner cette circonscription . Notre cause est juste !

    Cordialement,

    J.B

  2. Beau parleur mais ça s’arrete là . Que du blabla qui n’ aucun interet . je pense meme que vous devriez vous présenter à la députation , comme ça avec le résultat des urnes en votre faveur , vous pourriez constater la valeur de vos idées ..

    • Merci pour votre commentaire. C’est un grand honneur que vous me faites en me suggérant de me présenter à la Députation.
      Cependant, considérant mon âge avancé ainsi que la baisse de mes capacités et en dépit de vos conseils éclairés, je m’ abstiendrai bien entendu de le faire.
      Je vous rappelle que la Nouvelle Union Populaire Ecologiste et Sociale (la Nupes) a fait de la retraite à 60 ans une mesure phare de son programme. Il faut rester cohérent. Je connais mes limites.
      Peu de gens conservent les extraordinaires capacités physiques et intellectuelles de mon conscrit J.Luc Mélenchon…
      D’ailleurs, comme l’écrivait Corneille (l’auteur pas le chanteur).
      « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années ».
      Il ne manque ni de jeunes têtes bien pleines ni de belles âmes que ce soit à LFI, au PC, au PS, chez les verts où dans les Associations, dans les syndicats. Alors, si vous me le permettez, je laisserai donc la place aux nouvelles générations (Lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.