Le Rousset-Marizy – « bulle tropicale » versus ZNIEFF*

Le mardi 18 juillet, le tribunal administratif de Dijon a rejeté le recours intenté par l’association Savoir comprendre agir et le Comité départemental de protection de la nature de Saône-et-Loire contre le Plan local d’urbanisme (PLU) adopté en 2015 par la commune du Rousset.

Les deux associations fondaient leur recours sur des insuffisances en matière de protection environnementale, en particulier concernant l’étang du Rousset situé à proximité et classé Natura 2000.

Le TA explique dans ses motivations que «Le PLU contient « des prescriptions destinées à autoriser l’implantation d’un ensemble d’hébergement et d’équipements de loisirs (…) tout en préservant les zones naturelles environnantes, notamment le site Natura 2000, en maintenant la biodiversité et en limitant l’impact des construction sur le paysage [La zone dédiée au projet] ne sera pas urbanisée et (…) le boisement détruit ne génère pas de destruction d’un habitat protégé dès lors qu’il s’agit d’une exploitation forestière composée de résineux ».

Ce jugement ne présage en rien de l’avenir car les deux associations peuvent faire appel. De plus la nouvelle commune fusionnée de Le Rousset-Marizy doit adopter un nouveau PLU commun d’ici fin 2019. Cela offrira de nouvelles opportunités aux associations.

Le maire, Emmanuel Rey, défend le projet en précisant qu’il « représente 300 emplois directs, 700 indirects », il permet « de régénérer des territoires qui se meurent, qui connaissent une désertification, une population vieillissante »

Bien entendu, en face et depuis le début du marathon anti Center-Parc, on reste très attentif, suspicieux et fortement dubitatif sur les buts, les intentions et les finalités réelles. Pour les opposants il s’agit là d’un mode dépassé de tourisme de masse, bien loin du tourisme naturel qui devrait prévaloir dans la région.

L’arlésienne, ou la Charollaise de l’étape, Pierre et Vacances, reste muette pour le moment. Ses projets étant suspendus à l’issue des procédures judiciaires, qui ne sont encore en rien purgées, la société ne s’autorise aucun commentaire.

Patience et longueur de temps font plus que force et que rage car la bataille judiciaire s’apparente plus à un marathon qu’à un sprint.

A suivre

Gilles DESNOIX

* ZNIEFF : zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *