•  

Le fait du jour – La mystérieuse fuite d’une urne funéraire

Régulièrement, depuis le décès de son fils en mai 2020, sa mère se rend au cimetière, toujours minée par le chagrin. Voilà une dizaine de jours, elle s’aperçoit qu’à la base de l’urne funéraire qui contient les cendres de son fils, se répand un liquide blanchâtre sur la pierre tombale.

Elle ne comprend pas, s’interroge, « alors j’ai pensé que ces traces étaient les cendres de mon fils ».

Rien que d’y penser, « c’est traumatisant » dit-elle encore toute bouleversée par cette histoire. Elle appelle alors le crématorium qui dans un premier temps « rejette la faute sur l’entreprise des pompes funèbres ».

Pour comprendre, à la sortie du crématorium, les cendres sont rassemblées dans un sac lequel est introduit dans l’urne et le couvercle scellé avec de la colle.

Ce jeudi matin, le marbrier a procédé à l’ouverture de l’urne. Même si le sac est humide, les cendres sont intactes. « Quelqu’un au crématorium m’a expliqué que ces traces étaient normales, avec le gel et de dégel, les cendres produisent de l’acide » raconte la maman du défunt. Ce que confirme par téléphone un homme avec 20 ans d’expérience. Il appelle du crématorium. « Au bout de deux ans, il se forme une condensation dans l’urne. Les cendres son acides et cela provoque de petites coulures ». Mais il s’empresse d’ajouter : « Ici, ce n’est pas le cas, les coulures proviennent de la colle ».

« Mais vous vous rendez compte, j’ai pensé que je nettoyais les cendres de mon fils », nous déclare-t-elle à l’issue de la conversation.

Toujours au téléphone, l’homme du crématorium assure : « Nous sommes bien désolés. C’est involontaire, on ne pouvait pas savoir que cette colle n’était pas adaptée pour ce genre d’urne. Vous êtes la seule à vous être manifestée. Je tenais à m’excuser pour ce petit souci ». Quel manque d’empathie !

« Mais ce n’est pas un petit souci » lui répond madame. « L’urne de mon mari n’a pas bougé depuis 2011 ».

Ce jeudi matin, le marbrier a refait le joint avec du silicone et frotté la pierre tombale.

« C’est vraiment traumatisant » répète madame.

Jean Bernard

 

5 commentaires

  1. Avec un joint silicone et un sachet d’absorbeur d’humidité (sachets de « silica gel ») dans l’urne il n’y aurait jamais eu ce phénomène, c’est du travail bâclé réalisé par une entreprise incompétente.

    Max

  2. A mon humble avis, je peux me tromper, mais cette urne ressemble à celle qu’on fournit pour dispersion des cendres.
    Si c’est le cas, elle n’est pas faite pour résister aux intempéries et à un hiver sans abri.
    A première vue, les composants de ces urnes peuvent être à base de sables, de sels et de cartons. Comme toutes les autres catégories, ce type d’urne funéraire se doit d’avoir une dimension aux normes afin de recueillir les cendres – Soit une capacité moyenne de 3 litres minimum et 180 à 220 cm cubes d’espace disponible.

  3. je rajoute ceci pour info.
    C’est une urne à base de sel, ce qu’on voie, c’est du sel.

  4. Cela met arrivée , j’ai appelé les pompe funèbre qui se son occupé du défunt. IL m’ont dit, c’est du a une mauvaise pose du silicone ou d’un mauvais silicone et son venu réglé le problème trois jours après, cela fais déjà 5 ans, ras depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *