Le Creusot – Sur la butte, ils luttent

René Chalier, président de l’association Les Hauts Creusot : qualité vie.

De sa cour, il aperçoit le parc des Combes.

La route d’accès au parc. Bientôt des véhicules garés « des deux côtés » rappelle le président.

Entre le parc et l’habitation du président, le stand de tir.

Vue imprenable. Au bas, les quartiers du Creusot semblent bien paisibles. En haut, du côté du parc touristique des Combes, c’est une autre histoire pour une cinquantaine de riverains réunis en association « Les Hauts Creusot : qualité vie » ou tout simplement HCQV.

Là-haut donc, le parc mais également la société de tir et la piste de karting parfois dérangent la tranquillité des membres de l’association créée le 22 avril 2017.

Le président, René Chalier habite rue des Pyrénées, c’est-à-dire vraiment à proximité du parc et encore plus près du stand de tir d’où parfois des balles viennent survoler son espace aérien.

Ouverture du parc ce week-end

D’entrée il affirme, « les membres de l’association n’ont jamais été contre les activités notamment du parc mais nous sommes contre les nuisances ». Evidemment, l’hiver, tout est beaucoup plus calme mais si le président remue ciel et terre, c’est justement parce que le parc des Combes ouvre ce samedi 30 mars 2019.

C’est un tout. Certes il y a le bruit des attractions mais aussi la fréquentation qui « engendre de l’insécurité dans le quartier » précise René Chalier. « Selon mes estimations, il faut compter en moyenne sur 1880 visiteurs par jour et 621 véhicules ce qui pose un problème de stationnement et de sécurité pour les piétons qui empruntent la même voie que les voitures ».

L’association HCQV a pourtant une oreille attentive à la mairie du Creusot, un groupe de travail a été mis en place mais « les retours sont loin d’être satisfaisants » indique encore le président. « Le parc des Combes est devenu une entreprise commerciale gérée par une association loi de 1901 qui ne communique en aucun cas avec les riverains ».

Trop de voitures, trop de nuisances, peu de solutions…

Concernant les nuisances sonores, le sous-préfet a été alerté en février dernier. « Une étude du bruit devrait être conduite par un organisme agréé » précise René Chalier.

Un président qui a bien pris note de l’idée du maire, David Marti, de créer un téléphérique pour relier  la plaine des Riaux (où doit se construire le complexe cinématographique notamment) au parc des Combes. Une réflexion. « C’est une bonne idée » note le président-riverain. « Mais comment créer des stationnement suffisants au coeur de ville » soupire-t-il. « Encore un effet d’annonce ».

Là-haut, « les gens sont excédés. Gardons plutôt les pieds sur terre et faire le nécessaire pour le mieux vivre ensemble » estime René Chalier.

Belles paroles, en attendant le parc des Combes reprend ses activités ce week-end.  L’attraction du Creusot.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *