Konecranes – Neuf jours de grève, record égalé et sans doute dépassé

 

Du côté de la Saule à Saint-Vallier, même les « monstres » sont rentrés à la niche. Ils ne rugissent plus depuis vendredi dernier. Les cinq stackers, fruit du savoir-faire des salariés de Konecranes, ont été mis à l’abri surtout pour rassurer la direction finlandaise.

En ce mardi 14 juillet 2020, cela fait neuf jours que le personnel est en grève. C’est autant qu’en décembre 2017. Record égalé et probablement battu car à écouter les représentants syndicaux, le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) n’est pas prêt d’être signé.

Du côté de la Finlande où se trouve la maison mère, les négociations n’ont pas évolué depuis mercredi. Et ce n’est pas le long week-end du 14 juillet qui allait favoriser la reprise du dialogue.

La direction campe sur ses positions, les salariés en grève campent sur le parking. Pas question de lâcher prise, de céder aux tentations, « surtout que nous ne sommes pas loin d’un accord » soulignait Ralph Blindauer, l’avocat du personnel.

Depuis lundi dernier, le piquet de grève est toujours en place. Certains arrivent, d’autres repartent. Ils se relayent. Sous le barnum, ils sont prêts à tenir le siège. Le soir, ils se retrouvent plus nombreux et partagent le repas.

De leur avenir, ils n’en parlent pas trop. Ils savent qu’ils l’ont derrière eux avec 116 licenciements programmés d’ici la fin de l’année sur un effectif totale de 142.

Perdre leur emploi, ils ne l’acceptent pas, mais quitte à tout perdre, « autant de faire dans les meilleures conditions » affichent les syndicats.

Personne, pourtant, ne comprend la décision finlandaise de fermer ce site de production. Vendredi dernier, alors que le nouveau Premier ministre recevait une à une les formations syndicales, une délégation de Solidaires a évoqué le cas de Konecranes devant Jean Castex.

Si le Premier ministre pouvait encore aller plus loin… Car même le préfet de Saône-et-Loire a condamné la décision du groupe finlandais.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *