Journée du patrimoine – Le lavoir des Chavannes respire à nouveau

Ils sont un peu fous. Voire même carrément. Voilà pourquoi ils se démarquent des autres, les normaux, les pas comme eux. Heureusement qu’ils existent ces fabuleux fous du lavoir des Chavannes qui, au sein de l’association, ont décidé contre vents et marées, de tenter de sauvegarder ce monument du patrimoine montcellien, « notre Tour Eiffel » aime reprendre madame le maire.

Leur âme est chevillée à cet enchevêtrement de ferraille rouillée, à ce béton qui soutient ce fantôme de lavoir délabré où le moindre recoin, la moindre parcelle, leur rappelle ces gouttes de sueurs dégoulinantes et crasseuses de ces gueules noires de surface qu’ils ont été. Personne ne pourra leur faire oublier leur passé d’une industrie minière qui a fait vivre cette cité de Montceau-les-Mines.

Certes, le passé est le passé. Quel intérêt ont-ils à se plonger à nouveau dans ce qui fut leur purgatoire si ce n’est d’y voir le couloir où la lumière jaillit dans leurs yeux, les illumine d’une considération que bon nombre de Montcelliens est si fier d’évoquer à la moindre occasion.

Tout l’été, ils se sont acharnés à redonner à ce lavoir des Chavannes, un brin de vie avec pour objectif de « le » présenter sous un meilleur aspect aux journées européennes du patrimoine. Un travail de dingue.

Ils en sont tellement dingues justement, que Jean-Philippe Pierre qui a travaillé au chargement du charbon dans les péniches, a décidé de réaliser une fresque. Il a même poussé le bouchon très loin. Sa fresque, il l’a réalisée sur une tôle récupérée dans le lavoir. Il lui a fallu plus de quatre-vingts heures de travail. Tout est noté au dos de l’oeuvre. Elle mesure 2.40 m sur 0.85 m. Elle est prête.

A partir du vendredi 21 septembre 2019, elle prendra place à l’entrée du lavoir, sous la marquise des bureaux. Une belle entrée en matière.

Le lavoir des Chavannes ne renaît pas de ses cendres, il est simplement mis en valeur par des hommes et des femmes conscients de l’intérêt qu’on lui porte.

Ces deux jours qui arrivent, les 21 et 22 septembre, vont démontrer que sur une simple volonté, impossible n’est pas « lavoirien ».

Les journées du patrimoine n’auront jamais aussi bien porté leur nom.

Un conseil, ne manquez pas le spectacle samedi soir et même de passer dans la journée. Midi et soir, un chef gaulois de la restauration, Michel Lacroix propose son jambon braisé. Il aime aller au charbon.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. franchement c est super ce que vous faites moi qui passe tout les jours devant je vois bien le changement quant je pense que mon arriere grand mere était contremaitresse au lavoir ca fait plaisir je suis sur que vous y avez pensez mais je serait vous je metterais une tirelire pour l association et préparez vous ils va venir beaucoup de monde en tous cas chapeau et bon courage a vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *