James Thierrée à l’Arc – « Un électrochoc, une crise de guérison! Une crise de vie! »

Le nouveau spectacle de James Thierrée, une fête joyeuse, un micmac musical, dansé et joué dans une seule pièce n’a pas laissé insensible le public de l’Arc au Creusot vendredi et samedi. Voici l’avis d’une spectatrice.



« Je reviens de loin….
J’ai subi une épreuve de guérison.
51 ans. C’est mon âge.
Cela n’arrange rien à la morosité dans laquelle j’étais plongée depuis deux ans et à ma double ride du lion.
Ce qui avait commencé par une révolution intérieure animée par les flammes d’une colère herculéenne, avait succédé à la conviction que l’Homme ne mérite pas sa place dans la nature, et finalement, à une sorte de lâcher prise sur la vie.
La mort? Même pas peur…
Je devenais “aride du cœur”, comme atteinte d’une sorte de syndrome qui me privait de la moindre larme, me rapprochant, un peu plus chaque jour, de l’état général d’une vieille pomme fripée.
Puis il y a eu “Hier (samedi)”…..
Une bombe multi atomique…. Une révolution astrale…. Un missile do ré mi fa Sol/ Sol…. Une éruption solaire …. Une guerre spatiale, interstellaire…. Une invasion extraterrestre….
Puis….
L’Apocalypse!
(C’est à la mode les trucs qui font peur)…
Pendant deux heures sans pitié, sans répit!
Comment dire? Comment expliquer l’inexplicable? Raconter “l’inracontable”?
Dans mon état? Etat de choc….
Mes yeux soudain se sont agrandis, puis écarquillés au point d’occuper presque l’intégralité de mon visage, écrasant littéralement ma double ride du lion et roulant dans tous les sens comme deux boules de flipper dans une course folle…
Mes oreilles se sont mises à frétiller, puis à faire des sauts de chat…
Dans mon ventre des galets qui s’entrechoquent entraînés par des vagues ivres d’espièglerie….
Et dans ma poitrine, un tressaillement, des soubresauts, puis, juste avant l’explosion, des triples axels ….
Une avalanche d’émotions, qui bombarde de toutes parts, sans relâche, dont on ne sait même pas si l’on en ressortira indemne, un peu comme un éclat de rire tellement intense, qu’il devient douloureusement insoutenable, et s’achève en cascade de sanglots…
L’explosion :
Quand le barrage a cédé, libérant un torrent dans mes artères irriguant jusqu’au moindre capillaire, ma peau s’est mise à pétiller comme une retombée d’étoiles de feu d’artifices et ….
Tout a lâché!
Tout!
Mon cœur s’est mis à déborder comme une bouteille de champagne secouée….
Un Uppercut de poésie….
Voilà ce que j’ai reçu en pleine face, dans un fracas de percussions faisant exploser mes tripes, mes rires et jaillir mes larmes….
Mes larmes…!
Des larmes de joie, d’ivresse….
Un électrochoc, une crise de guérison! Une crise de vie!
Envoûtée et sous emprise après deux heures d’émerveillement sans failles, mon regard s’est agrippé à eux, les fixant un à un , pour qu’ils ne puissent pas se défiler, les applaudissant à en “bleuir” mes mains….les rappelant inlassablement …. Les priant de revenir encore et encore, de rester encore un peu, un tout petit peu ….
La salle est devenue calme et mélodieuse, je me suis adossée au fauteuil, déterminée à rester ….
J’ai ensuite compris qu’ils ne reviendraient pas et me suis dirigée comme un automate vers la sortie, accrochée au bras rassurant de l’être aimé.
Incapable du moindre son ni du moindre geste sans faire jaillir mes larmes et trembler ma voix, je restai silencieuse et abasourdie .
Ils l’ont fait….
Ils ont rallumé les étoiles, ma vie, et toutes mes cellules par la même occasion.
Premier spectacle libre de sourire sans masque…. Et quel spectacle!
Reconnaissance infinie à James Thierrée et à tous ces génies et artistes puissants et grandioses, ces “éveilleurs” d’émotions, ces “grandisseurs” de l’espèce humaine, ces “générateurs” de Vie et d’Amour….” « 

Un commentaire :

  1. quelle merveille, j’ai encore des étoiles plein les yeux. spectacle sublime, magnifique, onirique et drôle, je n’ai pas assez de superlatifs, mais quel bonheur ! James Thierrée ne fait que nous émerveiller à chaque spectacle, une parenthèse enchantée qui fait tellement de bien en cette période bien sombre ! merci, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.