Hôpital – Le dialogue de sourd entre le Codef et Agnès Buzyn

L’hôpital de Montceau a perdu sa chirurgie voici déjà plus d’un an malgré la contestation des élus, du Codef et de la population. Un retour de la chirurgie, souhaité et envisagé, est désormais une pure invention de l’esprit à la lecture du courrier de madame la ministre, Agnès Buzyn.

Malgré les relances écrites du Codef directement au président de la République, la réponse est claire, nette et précise, l’hôpital de Montceau ne reverra pas la chirurgie.

J.B.

 

 

 

La réponse du Codef à madame la ministre

 

Madame la Ministre,

Nous accusons réception de votre courrier du 2 août référencé ci-dessus.
Dans sa première partie vous nous rappelez l’adoption définitive de la loi relative à l’organisation et la transformation du système de santé. Acteur attentif au devenir de celui-ci, cela ne nous avait pas échappé.
Dans notre démarche auprès de la présidence, notre vœu d’inclure la chirurgie ambulatoire dans le label « hôpital de proximité » était une contribution sur le fond au débat national et non pas une demande d’obtention pour notre centre hospitalier qui n’a rien à y gagner. Voire peut-être à y perdre son service des urgences qui est optionnel dans ledit label.
Il nous paraît opportun de vous rappeler que notre hôpital est doté d’un bloc opératoire qui pendant des décennies a permis une activité chirurgicale tant conventionnelle qu’ambulatoire.
Sa fermeture totalement arbitraire il y a tout juste un an constitue un véritable « gâchis » selon les termes mêmes d’un chirurgien, et a conduit la population de notre bassin de vie à l’errance chirurgicale.
Comme en attestent les différentes recommandations du Copermo, cette décision n’a été prise que sur des critères comptables : équilibre financier, taux de marge brute de 8%….
Elle a également été prise au mépris des textes fondateurs de la CHT créée en 2015, et notamment le projet médical partagé entre notre hôpital, le site pivot de Chalon et le CHU de Dijon qui prévoyait la gradation des soins et une répartition de l’offre de soins conforme au concept de proximité stricto sensu.
Elle a également été prise en contradiction avec les conclusions des travaux de la direction de l’hôpital elle-même. Dans un document intitulé “ Réorganisation de l’offre de soins ”, la directrice d’alors écrivait : » Le bassin de population drainé parle Centre Hospitalier de Montceau les Mines est une population vieillissante, isolée socialement dont le recours à une chirurgie ambulatoire de proximité reste un recours essentiel”.
Comme les textes fondateurs cités plus haut, ces travaux ont été de facto jetés aux oubliettes et la direction de l’ARS a décidé l’arrêt total de l’activité chirurgicale de notre centre hospitalier.
En prenant cette décision l’ARS se targuait de dégager un résultat comptable bénéficiaire à hauteur de 600 000 voire 800 000 euros suivant les modalités de restructuration retenues. Non seulement il n’en a rien été, mais le déficit a été aggravé. Le
dernier chiffre communiqué par la direction est de -7,5M€.
La fermeture autoritaire de toute activité chirurgicale au sein de notre hôpital est donc un non-sens sanitaire et social. C’est ce que ne cessent de dénoncer le Codef et 52 maires de notre bassin de vie.
Les conditions de sécurité auxquelles vous faites allusion à la fin de votre lettre sont parfaitement réunies pour permettre une activité de chirurgie ambulatoire dans notre CH.
Avec ou sans label.
Par contre, la sécurité en question risque d’être mise en cause du fait qu’aucune urgence chirurgicale ne peut être assurée et que notre hélistation est toujours inaccessible la nuit. Croisons les doigts pour qu’aucun drame ne survienne.
Nous regrettons vivement, Madame la Ministre, que vous n’ayez pas pris les mesures des enjeux locaux en matière de vraie proximité et nous ne manquerons pas de tenir au courant tous les acteurs concernés.
Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments citoyens.

Copie à :
Ø Monsieur Alexandre Leroux Directeur de l’Hôpital Jean Bouveri
Ø Aux 52 Maires de notre territoire
Adresse Postale :
M. Michel PRIEUR
Président du Codef
161 rue Anatole France
71230 Saint Vallier
P° la Direction Collégiale du Codef
Michel PRIEUR

Un commentaire

  1. La pugnacité de Michel PRIEUR a beau être de mise, tous les professionnels de santé savaient qu’on ne r’ouvre pas un bloc opératoire sans en mesurer le réel enjeu.
    La décision du ministère peut paraître brutale, mais elle ‘est pas dénuée de sens. On peut cependant s’interroger sur le principe de concertation!!
    La loi santé est intransigeante avec les critères de qualité et de sécurité et heureusement, sinon nous serions exposés en tant que patient, c’est évident.
    Je l’ai exprimé à de nombreuses reprises en conseil municipal à Saint-Vallier, ville siège de l’Hôpital Jean Bouveri.
    Depuis Avril, en tant qu’élu de cette cité, j’ai obtenu l’adoption de mon voeu pour créer une instance relative à la santé afin d’ apporter un regard différent sur ce domaine complexe bien trop éloigné de nos concitoyens. Ayant déjà largement exprimé mon objectif dans la presse, je ne vais pas y revenir…
    Alors, unissons nos savoirs pour le bien de notre bassin minier, la santé de chacun le vaut vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *