Hôpital de Montceau – Les révélations du Codef, elles coupent le souffle

 

« L’heure est grave ». Ce sont par ces termes que Michel Prieur, président du Codef (Collectif de Défense des Usagers des Hôpitaux) entame la conférence de presse qui allait traiter de deux sujets :

  • une analyse sur la situation après la publication du rapport de l’IGAS, quid de l’avenir de l’hôpital ;
  • nos révélations sur les dysfonctionnements du Conseil de Surveillance, saisine de l’ARS…

 

Rien de nouveau, voici des années que le collectif du Bassin minier lance des bouteilles à la mer sans que personne ne les repêche. Michel Prieur et ses amis ont beau s’égosiller, manifester, écrire aux Présidents de la République, aux ministres de la santé, à l’ARS, remuer ciel et terre, l’hôpital de Montceau a quand même perdu sa maternité et sa chirurgie.

Le rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) dont nous avons rendu compte en juillet dernier (Santé – L’Igas a rendu son rapport sur l’hôpital de Montceau, compliqué ! – L’infoRmateur de Bourgogne (linformateurdebourgogne.com), est arrivé dans les mains du Codef il y a seulement quelques jours.

Agacé par le silence les principaux acteurs de l’hôpital

166 pages qui n’ont pas rassuré le collectif. « L’IGAS annonce la couleur, seul compte l’aspect financier » souligne Michel Prieur. « L’hôpital doit faire des économies assurer plus de soins avec moins de moyens » comprend-il.

Mais depuis juillet dernier où seuls le JSL et L’informateur de Bourgogne ont révélé la teneur du rapport et encore moins depuis quelques jours, « personne, ni les politiques, les maires, le personnel hospitalier, la direction du CH, les syndicats, n’a réagi aux propositions de l’IGAS pour que les objectifs soient réservées et que la notion de service public soit respectée » s’étonne Michel Prieur. « C’est silence radio. Qu’ils réagissent ! »

Surtout ne leur parlez pas de labellisation hôpital de proximité. « Un hôpital de proximité n’est pas un hôpital. Il est dépourvu de maternité, de chirurgie. Il ne reste que la médecine et les urgences sont en option accordées au bon vouloir du directeur de l’ARS. Les services de cardiologie, pneumologie, d’oncologie vont disparaître. Mais on nous dit, vous avez les consultations avancées ! En revanche, on veut faire de Montceau un pôle en addictologie. Je ne suis pas contre mais est-ce primordial ? » s’exclame le président du Codef.

Jean-Pierre Meneghel, membre du Codef, compare alors l’hôpital à un dispensaire de proximité  « où on va dispatcher les patients sur Paray, le Creusot, Chalon », assure-t-il. Il se demande aussi, à quoi va servir l’hôpital neuf. « Pour moi, un hôpital c’est médecine, chirurgie, l’obstétrique. Je n’ai pas envie de sortir les deux pieds devant », stipule-t-il.

Réunion commune GCS et conseil de surveillance,

une mascarade pour le Codef

Arrive le second point, les dysfonctionnements du conseil de surveillance. Déjà pour commencer, le Codef a fait un recours pour que le maire de Saint-Vallier, Alain Philibert, prenne la place de président du conseil de surveillance à la place de Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines, « une présidence qui lui revient de droit puisque le CH de Montceau est implantée sur la commune de Saint-Vallier et non Montceau ».

Ensuite, c’est le grand plongeon dans les arcanes du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) et du conseil de surveillance. Tout semble indiquer selon des photocopies transmises par le Codef, que les deux instances ont fait réunion commune jeudi 27 octobre dernier. La convocation est signée de Philippe Collange Campagna (directeur du GHT) et administrateur du GCS.

« Le compte-rendu montre que le GCS a complètement phagocyté le conseil de surveillance qui n’est plus en mesure d’assurer ses missions fixées par la loi, ni de délibérer » s’émeut Michel Prieur. « Cette réunion commune est illégale » précise-t-il dans un courrier adressé au directeur de l’ARS.

Il relate encore les votes de la séance. « A chaque fois le nombre de votants est de onze alors que le conseil de surveillance ne compte que neuf membres ». Ce à quoi répond Marie-Claude Jarrot, présidente du conseil de surveillance : « La politique sanitaire ne consiste pas à vérifier le nombre de votants dans une assemblée mais plutôt à s’interroger sur un hôpital neuf et une offre de soins visible ».

En conclusion du courrier à l’ARS, Michel Prieur demande au directeur général « de prendre les mesures nécessaires pour que cesse cette mascarade et que le conseil de surveillance puisse jouer le rôle que le législateur lui a assigné ».

Il est temps de sortir la tête de l’eau pour reprendre sa respiration !

 

Jean Bernard

 

 

 

11 commentaires :

  1. Concernant le fait que le codef réclame que ce soit mr Philibert qui soit président du conseil de surveillance, il serait bon de savoir qui était à cette place durant les mandats ou Mme JARROT n était pas à la tête de la ville de MONTCEAU…….????? Le codef devrait comprendre que depuis que ses amis socialo- communistes ont tout fait pour que le grand hôpital communautaire ne se fasse pas, et que les socialos communistes du creusot se sont « accoquines » avec le groupe SOS, l hôpital de Montceau etait en phase de torpillage…..Le coulage est lent et eneluctable…..!!!…conclusion ceux qui hurle le plus maintenant directement ou indirectement ont lancé la « TORPILLE »…….

  2. Pour les personnes qui souhaiteraient en savoir plus sur un « Conseil de Surveillance », suivez ce lien (officiel du Ministère) : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Le_conseil_de_surveillance-4.pdf?TSPD_101_R0=087dc22938ab2000a41db30287b261173bca3a379294014fb1d0eb3b2418966a9911e7e25662d48b08ba38b5bc143000b1a7a97d5ee933ba8f1b65985828b4a377e35ab3c55cde8f44000093a1f59bb53f3d285f9eba56e1fbe46b80ccf3f759
    Et ensuite, on fait ce que tout scientifique réalise dans son laboratoire : on coche les cases entre l’attendu et le réalisé. Mieux on est bien informé, mieux on s’adapte (voilà qui devrait être un bien beau dicton!)

  3. des dizaines d’années que les différentes politiques élus torpillent la France par l’abandon d’une prise de décisions claire concernant ; l’énergie, la police, la politique extérieure, la justice, et la santé
    on met en place des commissions qui ne font qu’agraver les cas, mais ou allons nous

  4. Etrange !
    Quelle est la finalité d’un hôpital si ce n’est de répondre aux besoins sanitaires de la population , donc , de ses Usagers .
    – 1 ) Combien de représentants des Usagers dans la composition du Conseil de Surveillance : 2 sur 9 membres ! Ils font donc de la figuration mais peuvent servir de caution , ou , plutôt … de bouc émissaire .
    Encore est-il souligné qu’à chaque fois le nombre de votants est de 11 ( ! ) pour 9 membres ! ( ? ) , ce qui ne choquerait pas la Présidente , ce ne serait pas un problème ! Etrange !
    – 2 ) Etrange ! Lors des élections nationales citoyennes ( quel bureau de vote d’ailleurs ne recompterait pas ses bulletins un soir d’élections en découvrant plus de votants que délecteurs inscrits ! ) , il appert que c’est l’inverse qui se dessine opiniâtrement : De moins en moins de votants proportionnellement au nombre d’électeurs inscrits !
    – 3 ) L’exemple du point 1 ( se passer de l’avis des intéressés ) ne serait-il pas l’une des multiples causes du point 2 ? Les élus parviendront-ils à ne représenter qu’eux-mêmes ? Il est vrai que les décisions sont ainsi plus faciles à prendre et … plus commodes à exécuter !

  5. A Ouistiti :
    Vous oubliez l’Education ex-Nationale ! Mais j’en oublie sans doute également !

  6. A JP
    bien d’accord avec vous ils sont toujours là et commencent à torpiller le nouvel hôpital( toujours en projet ) ces gens là ,il faut le dire ce sont des nuisibles

  7. Scandaleux que cet hôpital autrefois un fleuron soit dans cette situation. Les élus de tout bord portent chacun une responsabilité. Des titres ronflant comme président du conseil de surveillance qui ne servent à rien. Des actions concrètes au plus haut sommet de l Etat qu il faut mener. Un certain Président de la République ainsi que plusieurs ministres sont pourtant venus sur le bassin minier il n y a pas si longtemps que ça ! Quels ont été les échanges à ce sujet, il serait très intéressant de le savoir!!!

  8. Le résultat des « échanges à ce sujet » Eva , je crains que nous le vivions en direct car il n’y a plus de temps à perdre en ronds de jambes et tergiversations , il est annoncé par Mme la Présidente , mais enrubané d’une faveur rose !

  9. Eva, désolée d être très pessimiste mais l hopital de Montceau est condamné….les responsables sont ceux qui ont refusé la construction du grand hôpital communautaire….la cohalition socialo communiste de laCCM est l unique responsable , et pire ils ont fait semblant de poser une première pierre pour se faire reelire…..et maintenant le CODEF soutien permanent de cette cohalition continu de défendre l »indefendable…….!!!! MAINTENANT IL N Y AURA PAS D AUTRE CHOIX QUE DE TROUVER DES SOLUTIONS POUR AIDER LES MALADES A SE DEPLACER A MOINDRE FRAIS,IL NE FAUT SURTOUT PAS REVER…..
    ..

  10. Ne laissons pas le Codef s’emparer de la destruction de la future construction de notre hôpital. Non , non et non.
    Hospitaliers, médecins, soignants, administratifs, techniques, etc, etc, c’est maintenant à nous de prendre en main notre destin et de démontrer notre capacité à répondre aux enjeux sanitaires.
    Notre ambition et notre courage auront raison de ces détracteurs d’une autre époque!

  11. Eh bien Virucid et JP on se demande bien ce que vous avez attendu jusqu’à aujourd’hui ! Si le CODEF sonne l’alerte depuis longtemps , à part des critiques stériles , il n’y a pas eu beaucoup d’échos et de réactions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *