Guerre en Ukraine – Les communistes tirent à boulet rouge sur Poutine

  membre du Parti de la Gauche Européenne-Section Bassin minier..

Ukraine : Non à la guerre.

Toutes et tous ensemble dimanche à 10h.

Déclaration du gouvernement relative à la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine – Intervention de Fabien Roussel (extraits)

« Je m’exprime devant vous avec la gravité, l’extrême gravité qu’exige la situation. Notre responsabilité est, en effet, immense. Au nom du groupe communiste, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine, je tiens d’abord à exprimer toute notre solidarité, tout notre soutien au peuple ukrainien, plongé dans une souffrance indicible depuis jeudi dernier. C’est d’abord à lui, à toutes ces femmes, ces hommes, ces enfants exposés au feu des bombes, à ces familles entières contraintes à l’exil que nous pensons. Nous sommes à leurs côtés ; la France est à leurs côtés. Je souhaite à cet égard, monsieur le Premier ministre, que nous nous organisions collectivement pour assurer, dans chaque commune de France, l’accueil des familles de réfugiés ukrainiens, et que chaque pays de l’Union européenne prenne sa part et fasse vivre pleinement le droit d’asile.

Je veux aussi dire ici ma condamnation la plus ferme et la plus implacable du choix des armes et du sang fait par le président russe. Vladimir Poutine, l’irresponsable, le va-t-en-guerre qui distille depuis des années le poison du nationalisme, qui s’appuie sur ses amis d’extrême droite partout, en Europe et en France; Poutine qui s’apprête à sacrifier les peuples, le peuple ukrainien d’abord, mais aussi le peuple russe qui aura à souffrir durement des graves conséquences de ce conflit ; Poutine qui a déjà semé dans son pays la pauvreté, les inégalités et la violence ; lui encore qui aujourd’hui ose brandir la menace de l’arme nucléaire, faisant fi des tragiques événements que furent Hiroshima et Nagasaki. Le président russe met en péril l’avenir de l’humanité, celui de nos enfants, avec cette froideur et ce cynisme qui caractérisent les régimes autoritaires. Il ne trouvera dans cette guerre que la désolation pour son peuple, l’effondrement pour son économie et le déshonneur pour son régime.

Oui, je le dis, nous le disons, la France et tous les pays mobilisés aujourd’hui, en Europe et dans le monde, doivent prendre des sanctions politiques, diplomatiques et économiques fortes afin de contraindre le président russe au cessez-le-feu, le forcer à s’asseoir à la table des négociations et à mettre un terme à son offensive. J’en profite pour saluer le monde du sport et de la culture, qui prend toute sa place dans ce combat international. L’union des nations en Europe et dans le monde, la force des peuples unanimes, le poids des sanctions, tout cela doit permettre d’obtenir un cessez-le-feu immédiat. Aucun pays, aucune nation ne peut accepter que le droit international soit à ce point violé, bafoué. D’ailleurs nous serons d’autant plus unis et d’autant plus audibles en matière de droit international que nous nous battrons aussi en même temps à le faire respecter partout et pour tous les peuples. C’est aussi la condition de l’union des nations contre Poutine.

Bien sûr, nous pourrons toujours débattre de ce qui a précédé ce conflit, de l’obstination de ces trente dernières années, de la part des États-Unis et de certains membres de l’OTAN, à toujours vouloir implanter de nouvelles bases aux portes de la Russie. Aujourd’hui, le débat n’est pas là. Le danger est de voir ce conflit s’élargir, s’étendre. Ce danger est réel, car cette guerre fait peser le risque d’une guerre mondiale. Je veux plus que jamais rappeler que, face aux armes et au risque d’un embrasement généralisé du conflit, nous devons donner toute leur force à la diplomatie, au dialogue, à la construction d’un rapport de forces politique et économique nous permettant d’éviter un engrenage fatal. Rappelons-nous qu’il est impossible de prévoir l’issue d’un conflit armé. Les seules certitudes sont la destruction, le chaos et les victimes civiles et militaires. Gardons-nous toujours des surenchères démagogiques et des postures de va-t-en-guerre. C’est pourquoi je demande que le Parlement puisse se prononcer à chaque étape sur la parole et les décisions de la France face à cette guerre. L’urgence, c’est de tout mettre en œuvre pour obtenir un cessez-le-feu et ouvrir des négociations. Parmi toutes les pressions à exercer, il y a celles, claires, fortes venant des peuples unis exprimant leur solidarité et appelant à la paix. Notre peuple, uni dans sa grande diversité, doit, avec tous les autres peuples du monde, se lever, tendre la main aux pacifistes russes. »

Rassemblement devant la Mairie de Montceau-les-Mines dimanche 6 mars à 10h

8 commentaires :

  1. Perso, je partage à 98% cette déclaration du PCF.
    Quelques nuances cependant, je cite :
    1) « Poutine qui a déjà semé dans son pays la pauvreté, les inégalités ». Non, Mr Poutine n’a pas semé la pauvreté, les inégalités. Elles y étaient déjà. Il faut quand même se souvenir de la situation de la population Russe dans les années 90. C’était une horreur, pire que dans l’ex-URSS. Je la dénonçais déjà à l’époque sur les prémices des réseaux sociaux
    ( auxquels j’ai renoncé depuis considérant la pauvreté des commentaires et surtout le flot de propos haineux qui s’y expriment). A cette époque, j’ai plaidé pour aider le peuple Russe et nous en avions les moyens, bien plus qu’aujourd’hui où la misère est omniprésente aussi chez nous. On l’a abandonné à la maffia et aux Oligarques pro Poutine.
    2) « qui s’appuie sur ses amis d’extrême droite partout, en Europe et en France ». Ceci me désole. Je ne vois aucun parti qui en France soutient en ce moment Mr Poutine. Pourquoi utiliser cette crise à des fins politiques ou pire, électoralistes ? Mr Roussel n’a t-il pas d’autres arguments à faire valoir ? Nous n’en manquons pas.
    Le bilan de Mr Macron est catastrophique. Plus de pauvres et de surcroit plus de pauvres plus pauvres, plus de riches et de surcroit plus de riches plus riches, juste ça, sans compter le reste (insultes aux Gilets Jaunes, aux anti-pass, divisions, balance du commerce extérieur, casseroles diverses et variées) doivent nous suffire pour le discréditer.
    Quant aux Le Pen, Zeimour, qui n’ont pas de programme, juste des slogans pour stigmatiser une population qui pourtant nous sera indispensable pour relever les défis de demain là aussi nous avons des arguments.
    Au final, j’ai bien peur que Mr Roussel ne recueille pas au premier tour les 5% des voix requises pour être remboursé de ses frais de campagne.
    C’est vraiment désolant parce que l’idée est belle et que nous la partagions (et continuons à la partager) communistes et insoumis depuis plus de 10 ans.

    Une dernière chose : Votre choix de la date. Déjà qu’on a du mal à rassembler les samedis jour de marché y compris pour des causes aussi cruciales que l’hôpital de Montceau, pour moi, le Dimanche s’avère problématique.
    En plus, il y a un bus affrété pour le meeting de J.Luc Mélenchon à Croix Rousse à Lyon à15 heures, ce même Dimanche.
    Par ailleurs, certains comme moi, y vont par leurs propres moyens vu que leurs enfants, faute de travail par ici, se sont vu contraints de rejoindre une grande Métropole. Ce sera l’occasion de les voir joignant l’utile à l’agréable.
    Je suis prêt à parier que dans une population de 17 000 habitants, vous serez moins de 300 (et encore, je suis large). Ce qui représente moins de 2% des effectifs de la ville sans compter toutes les communes environnantes.
    J’aurais aimé être avec vous, comme je le suis souvent depuis des dizaines d’années et autant que je peux mais pour le coup, c’est impossible.
    Je vous prie de m’en excuser.

    .

  2. Bonjour,

    PARTI COMMUNISTE !
    Le parti « frère »

    Le seul fait d’avoir gardé ce nom est déjà presque « une injure » à la face du monde, qui n’a rien oublié de noms tristement « célèbres » qui lui sont attachés.

    L’histoire comme le reste est un éternel recommencement.

    • Non, le mot communisme n’est pas un gros mot. Staline n’était pas communiste. Il faut appeler un chat un chat et Staline un tyran.
      Si on suit cette logique sémantique faudrait-il que l’église catholique renonce à s’appeler « catholique » si on se réfère aux horreurs commises par l’inquisition ou au massacre de la St Barthélémy ?
      Tout ceci n’a guère de sens. Il y aura de tous temps de tristes sires pour dévoyer à leur profit les plus beaux idéaux.
      Nous, citoyens, sommes le seul rempart à ces personnalités cyniques et perverses. Pour cela, nous devons rester vigilants et être surtout acteurs et non pas spectateurs. Voter est le premier pas pour reprendre nos vies en main.

      • Bonjour,

        Cela vous fait mal où je pense, vous êtes des rétrogrades.

        Vous voulez passer pour un érudit, vous n’êtes qu’un communiste….
        Le communisme n’a apporté que malheurs partout où il sévit !

        Comment osez vous parler des catholiques dans ces termes, on voit bien cette rhétorique communiste qui n’a ni queue ni tête et qui s’enfonce dans le mensonge pour justifier l’injustifiable !

        Que dites vous des propos de votre candidat quand il insulte le candidat ZEMMOUR avec des propos qui ont des drôles de relents ?

    • Tout à fait d’accord avec vous, et voyant le drapeau du PCF à ce rassemblement, nous avons fait demi tour !

  3. Réglez vos différends en privé et fichez nous la paix ! Réveillez-vous .
    L’heure n’est pas aux chamailleries et aux prétextes à ne rien faire mais à la solidarité humaine et à retrousser nos manches .

    Née en 1940 ! Début et fin de vie toujours avec le même refrain : Plus jamais ça !
    Pas de quoi avoir l’espoir et le moral !

  4. Poutine est un meurtrier au même titre qu’ Hitler ! Génocide en Ukraine!
    Les idiots qui prônent le communisme n ont qu’à aller en Russie !
    Que vive la France et ses libertés de choix et de paroles!
    « Vous m offrez la cité! Je préfère les bois, car je trouve, voyant les hommes que vous êtes, plus de cœur aux rochers, moins de bêtises aux bêtes ! « 

  5. @carre,
    Ce qui est frappant, c’est que Roussel, Melanchon et MLP dénoncent l’invasion de Poutine, affichent leur soutien au peuple Ukreniens mais ils se refusent à prononcer le mot « dictateur »
    En terme plus clair, ils n’approuvent pas le blocus de l’Europe ce qui revient à dire, qu’on les laisse se débrouiller pour ne pas se mètre à dos Poutine.
    Alors PCF, France insoumise etc, pas pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.