Général de Gaulle – Chez les Chanliau, le père lui serre la main, le fils participe aux obsèques

Une partie  du 1er peloton et son EBR quia été préparé pour les obsèques du Général (plusieurs Saône et Loiriens se reconnaîtront).

Aujourd’hui, lundi 9 novembre 2020, est commémoré le 50e anniversaire de la mort du Général de Gaulle. Pour les gaullistes et même pour l’histoire de France, c’est une date hautement importante.

La grande l’histoire, elle est connue de tous. En revanche, les petites histoires concernant de Gaulle ou celles qui s’y rapportent sont souvent ensevelies dans les mémoires. Puis, soudain, elles ressortent.

C’est le cas avec Bernard Chanliau, l’ancien conseiller municipal de Blanzy. Ainsi, lui et son père Fernand, ont été liés au général de Gaulle.

« Mon père lui a serré la main et pratiquement dix ans plus tard, je l’ai, on va dire, enterré » résume rapidement Bernard Chanliau. Hasard, coïncidence ou tout simplement la destinée ont voulu que le père et le fils croisent la vie du Général dans des circonstances particulières.

Premier événement qui a marqué la famille Chanliau, la visite du Général de Gaulle à la SFAC (La Société des Forges et Ateliers du Creusot, avant Creusot Loire) en 1959. Et ce jour-là, qui voit-on sur la photo qui serre la main du Général, Fernand Chanliau.

Puis en 1970, le 9 novembre, de Gaulle meurt, il a 79 ans. « La France est veuve » dira alors Georges Pompidou, président de la République. Le 12 novembre ont lieu ses obsèques religieuses à Colombey-les-Deux Eglises devant 50 000 personnes.

Une image est a tout jamais gravée dans les mémoires, le cercueil du Général posé sur un engin blindé de reconnaissance sortant de  La Boisserie.

Sur les deux EBR, un seul arriva à Colombey-les-deux-Eglises

C’est là que la petite histoire refait surface. L’EBR (engin blindé de reconnaissance) a été préparé pour la circonstance par Bernard Chanliau et ses camarades du 4e régiment de hussards de Besançon.

« Nous avons préparé deux EBR qu’il a fallu repeindre, cirer les pneus et enlever la tourelle » se souvient le bidasse du moment. C’est son régiment qui a été choisi parce que le 4e hussards avait pour marraine madame de Boissieu, la belle-fille du Général. Sur les deux EBR, un seul arrivera à destination, le 075, « l’autre fumait trop et s’est arrêté à Vesoul » raconte Bernard Chanliau.

Le jour des obsèques, pas de Blanzynois à l’horizon. « On pensait y aller mais ce sont deux militaires _ des appelés _ , les pilotes Bernard de Paray-le-Monial et Carteret de Haute-Saône qui firent le voyage à Colombey ». Mais déjà d’avoir préparé les véhicules a été un honneur, « même si, sur le coup, nous n’avons pas beaucoup dormi ».

Autre petite anecdote, de retour à la caserne, l’EBR a été rebaptisé de Gaulle et a trôné sur la place d’armes jusqu’à la dissolution du régiment. « Aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’il est devenu » précise Bernard Chanliau.

Toujours pour la petite histoire, les hussards furent « récompensés » par 3000 litres de gazole et trois jours de manoeuvre du côté des Settons. « C’était quand même plus des vacances » reconnaît l’ancien soldat Chanliau. Dans le peloton, « nous étions une trentaine dont beaucoup étaient originaires de la région dont Autun, Etang-sur-Arroux, Paray-le-Monial ».

Sans le savoir, le Général de Gaulle a donc côtoyé de près et de loin, le père et le fils de la même famille. Alors forcément ce 9 novembre est un jour bien particulier du côté de Blanzy.

Jean Bernard

NDLR : les photos ont été fournies par Bernard Chanliau

 

 

3 commentaires

  1. le char est exposé

  2. le char est exposé au musée des blindés de Saumur
    équipage lors du convoi funéraire à Colombey :

    chef de peloton Lt HOINE Pierre
    Tireur Maréchal des Logis chef MILLION
    Pilote avant hussard CARTERET Alain
    Pilote inverseur hussard BERNARD André
    Que sont devenu ces personnes ?
    Source : musée des blindés

  3. je connais des appelés qui ne sont pas loin de moi, dont un pilote du 2 ieme ebr, mais au niveau des engagés, ???? peut être sur les copains d’avant!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *