Découverte – A Ciry-le-Noble, la maison de Floréline est une parenthèse dans le temps

Qui de Léon Zitrone ou Stéphane Bern aurait été le mieux à même de commenter la visite de la Maison de Floréline à Ciry-le-Noble ? La voix mondaine de Big Léon ou celle, truculente du passionné des familles royales et du patrimoine français ?

« Nous allons pénétrer grâce aux caméras dans cette suite Greuze, ce peintre né à Tournus le 21 août 1725, où vous allez découvrir le charme de cette demeure qui date des années 1810/1820, construite par un fabricant de bateaux » lancerait Stéphane Bern en début de reportage.

Située le long du canal du Centre en plein coeur de la bourgade de Ciry-le-Noble, elle n’attire pas forcément l’oeil par son aspect extérieur. Toutefois, elle interroge. Que cache-t-elle derrière les murs ?

Chantal et Patrick Brun sont heureux de vous accueillir dans leur demeure qui a ouvert au public en 2017. Des Lyonnais qui ont vécu dans le Charolais et le Brionnais pendant plus de trente ans avant de chercher le bien rare, une maison avec un parc. « Il n’y avait que celle-là et quand nous l’avons visitée, nous avons eu immédiatement un coup de coeur » raconte Chantal Brun encore toute émoustillée par ses souvenirs. D’ailleurs, sur la grille d’entrée, un signe ne trompe pas. « J’ai découvert en majuscule la lettre D, l’initiale de mon nom de jeune fille et aussi un B pour Brun. Cette maison était faite pour nous ».

Un mélange baroque et Shabby chic

Ils en feront des chambres d’hôtes, « quand Patrick sera à la retraite » lui qui a été 14 ans directeur de l’école à Ciry-le-Noble. Bien entendu, il a fallu la restaurer, la déco était des années 70, mais la surprise a été belle de « découvrir de beaux planchers sous le lino » mentionne madame.

Ils mettront pas loin de 10 ans pour requinquer les lieux. Une première suite au rez-de-chaussée est prête en hommage à Jean-Baptiste Greuze. Splendide, raffinée, on dirait que le peintre vient juste de quitter la bibliothèque. A l’étage, Alphonse de Lamartine renaît sur les murs, ses poèmes embaument cette deuxième suite. La troisième prend le nom de Floréline. La boucle est bouclée.

Trois suites qui sont toutes aussi inattendues que ciselées dans le temps. C’est un mélange de baroque et Shabby chic. Les clients y trouvent calme et volupté. Ils viennent de Paris, de Bretagne, de Strasbourg, d’un peu partout, beaucoup de cyclistes qui empruntent l’EuroVélo 6. Ils passent une nuit, parfois plus. Ils visitent le coin. « Ici, il n’y a rien à voir, tout est découvrir » argumente Patrick Brun. « D’ailleurs nous sommes reconnaissants à Destination Saône-et-Loire, les messages du Département qui s’affichent en ce moment à Paris, ça nous aide énormément » affirme Chantal.

Madame est aussi cuisinière, elle propose une table d’hôtes en soirée et les petits déjeuners mais en ce moment avec la covid, ils sont pris dans des espaces privatifs dans chaque suite. « Et monsieur fait le service » précise-t-elle.

La maison de Floréline est une parenthèse dans le temps. Pas de télévision, que des livres et un parc avec des arbres centenaires meublent et rythment la vie des convives. La vie y est douce et très agréable.

 » C’est là qu’environné de ses foudres sublimes
Il vole, il descend, il s’assied« .

Jean Bernard

La maison de Floréline, 8A rue Philippe Martin à Ciry-le-Noble (06 78 44 39 73 – 03 85 79 06 15)

 

4 commentaires

  1. Une demeure splendide, quel romantisme !

  2. que tout est beau et emprunt de poésie, merci d’avoir donné à nouveau le charme et la quiétude au havre de paix de cette demeure.
    grandezoreille

  3. Et merci à l informateur de nous faire découvrir cette demeure…

  4. Vraiment très beau lieu, je suis émerveillée devant les photos de la déco, félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.