Déconfinement – Il était une soie, « on se fait une ligne maillot de bain »

Parfois, mieux vaut rester couchée, a pensé très fort Claudine. Deux mois pratiquement que le soleil brille, que les températures sont déjà presque estivales. Un temps à rêvasser, penser aux vacances qui approchent, au sable chaud et à l’apéro.

Quand soudain, une saleté de virus vient tout remettre en question. La plage, le maillot, tout tombe à l’eau.

Claudine a fait comme tout le monde, comme tous ses camarades de la rue Carnot à Montceau-les-Mines. Sa boutique de lingerie est restée confinée dans l’ombre.

En lingerie, l’accessoire tendance du printemps, c’est le maillot de bain, sauf que « le début de saison est déjà bien entamé et nous ignorons si les gens vont partir en vacances » précise Claudine. Déprimant, enfin pas tout à fait. Il y a tant de nouveautés dans les maillots de bain que les sortir de la réserve lui redonne du tonus et le sourire. Samedi, avec Véronique, étalagiste de l’Univers enchanté, la vitrine de Il était une soie baigne dans les couleurs chaudes de l’été. Envoyer du rêve, c’est aussi un métier.

Comme beaucoup de commerçants, à quelques heures de la réouverture, Claudine est dans l’expectative. Les clients vont-ils répondre présents ? « Sans doute vont-ils se lâcher sur les fringues dans un premier temps puis sur les accessoires et notamment les sous-vêtements » se persuade-t-elle. « D’après mes fournisseurs, en Allemagne où le déconfinement a commencé avant nous, la lingerie réalise de bons chiffres ». On se rassure comme on peut.

Toute l’année, la vente de soutiens-gorge est régulière. « Mes clientes sont très attachées au confort et à la qualité » note Claudine. Alors après deux mois d’abstinence d’achat et une mode toujours très inventive, il est temps de soutenir le commerce local. « J’ai bénéficié des bons de soutien grâce au site « soutenons les artisans et les commerçants. J’ai même livré des clientes à domicile » rapporte-t-elle. Mais ce qui est perdu est perdu.

Ces derniers jours ont été intenses depuis l’annonce de la date du déconfinement. Nettoyer la boutique, prévoir l’accueil en toute sécurité, « pas plus de cinq articles par cliente », investir dans le matériel pour désinfecter les articles…

Claudine est fin prête pour lundi à partir « de 14 heures pétantes » lance-t-elle pleine d’énergie. Sauf que lundi, et c’est Louis Bodin, monsieur météo, qui l’a annoncé, « il va pleuvoir ». Décidément, pas de bol !

Jean Bernard

Et en prime…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *