Déconfinement – Comment bien réussir l’étape du 19 mai

Les visites guidées sont autorisées.

Information de la préfecture de Saône-et-Loire

 

Le Président de la République a annoncé le 29 avril dernier la stratégie de réouverture qui doit permettre à tous les Français de progressivement retrouver une vie la plus normale possible.

                                                                                                                                                                                   

Le calendrier de l’assouplissement des mesures obéit à une stratégie en quatre phases. Le 19 mai en est la deuxième.

 

À compter du 19 mai 2021, un certain nombre de restrictions sont allégées :

  • couvre-feu décalé à 21h ;
  • terrasses : 50% de la capacité, tables de 6 personnes maximum ;
  • commerces, marchés couverts : 8 m² par client ;
  • musées : 8 m² par visiteur ;
  • cinémas, salles des fêtes, chapiteaux : 35% de l’effectif, jusqu’à 800 personnes par salle ;
  • télétravail maintenu ;
  • rassemblements de plus de 10 personnes interdits dans l’espace public, sauf visites guidées ;
  • bibliothèques : 1 siège sur deux ;
  • parcs zoologiques en plein air : 50% de l’effectif ;
  • lieux de culte, mariages ou pacs (cérémonies) : 1 emplacement sur 3, en quinconce entre chaque rangée ;
  • cérémonies funéraires : 50 personnes ;
  • enseignement supérieur : 50% de l’effectif ;
  • danse : reprise pour les mineurs ;
  • activités sportives de plein air : 10 personnes, uniquement sans contact ;
  • compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 50 personnes, uniquement sans contact ;
  • établissements sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) :
    • pour les spectateurs : 35% de l’effectif, jusqu’à 1 000 personnes (assises, pas debout) ;
    • pour les pratiquants : publics prioritaires comme les scolaires ;
  • thermalisme : 50% de l’effectif ;
  • reprise des festivals de plein air assis : jauge de 35% jusqu’à 1 000 personnes.

 

Cette nouvelle étape est aujourd’hui possible grâce à l’amélioration de la situation sanitaire et hospitalière, ainsi qu’aux progrès enregistrés dans la campagne vaccinale, qui devront se poursuivre dans les prochaines semaines pour sécuriser la maîtrise de l’épidémie.

 

La Saône-et-Loire peut se féliciter d’avoir su prendre part à cet effort national.

En effet, au 15 mai 2021, 185 407 personnes étaient vaccinées (première injection) soit 38,8% de la population totale et 36 % de la population adulte du département.

Pour le mois de mai, plus de 40 000 créneaux de rendez-vous pour des premières injections ont pu être ouverts à la réservation au cours des trois premières semaines. La prise de rendez-vous peut se faire par téléphone (03 85 90 87 41) ou sur le site Doctolib.

Julien Charles, préfet de Saône-et-Loire, a demandé aux forces de l’ordre du département de maintenir leur mobilisation pour s’assurer du bon respect des mesures sanitaires dans le cadre de cette deuxième étape.

 

Les efforts individuels et collectifs doivent se poursuivre. La réussite de la réouverture repose sur l’implication de chacun. Cela suppose le respect par tous, pour un temps encore, des gestes barrières et des règles de prudence qu’ils ont su adopter depuis plus d’un an.

Un commentaire

  1. La liste des contraintes est longue. Pourtant, j’ai entendu maintes fois le proverbe : « En Mai fait ce qu’il te plait ». (Lol). Ben quoi ? N’en déplaise aux pisse-froid, On a encore le droit de plaisanter et de rigoler sous notre masque (hier inutile, aujourd’hui obligatoire (sic)) en dépit des politiques qui par masse-médias interposés font tout pour nous plomber le moral en instillant la peur.
    Comme le chantait Henri Salvador dans sa chanson humoristique « Nos ancêtres les gaulois », j’invite tous les gaulois réfractaires ou non à suivre son conseil :
    « Faut rigoler, faut rigoler avant que le ciel nous tombe sur la tête. Faut rigoler, faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber ». Le rire n’a pas encore été breveté par le lobby pharmaceutique. Il ne coûte rien à la SECU et préserve notre santé mentale. Bonnes soirées futures à toutes et à tous en terrasse. Faire travailler restos et bars devient à partir de ce soir un devoir National pour éponger le déficit prévisible de la France. Au bistrot citoyens, le jour de boire est arrivé !
    Avec modération bien entendu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *