•  

Décharge – Mais où sont passées les pubs ?

Depuis bientôt une quinzaine de jours, un habitant au lieu-dit Les Porrots, entre les Baudras et Rozelay, s’étonnait de ne plus trouver des prospectus publicitaires dans sa boîte aux lettres.

Ce dimanche matin, au cours d’une petite balade non loin de son habitation, derrière la glissière de sécurité, qu’aperçoit-il ? Des tas de prospectus encore ficelés. Les voilà les pubs, elle ont fini en décharge. Des pubs pour des enseignes commerciales de Montceau-les-Mines.

Forcément, elles n’ont pas été distribuées. Elles auraient dû l’être. Plus facile de tout balancer le long de la route… même si, ce métier est ingrat _ de distribuer, pas de jeter.

Toujours dans le même coin, un autre habitant raconte que « c’est tous les jours qu’il retrouve des saloperies ». Comme des pneus notamment ou encore des sacs poubelle.

J.B.

6 commentaires

  1. Bravo le distributeur encore un qui va finir chômeur ! Quand on en marre de distribuer on le dit à son responsable on ne jette pas dans la nature .jespere que une plainte sera déposer contre le distributeur en question pour incivilité est une forte amende au passage ! Ton boulot tu l’aime ou tu le quitte mais tu fait pas de bêtises !

  2. Je conçois que distribuer ces propagandes commerciales puisse être perturbant (à plusieurs titres).
    Surtout avec des volumes aussi important :
    Ceux qui n’ont pas encore refusé la distribution de ces publicités ont-ils une idée du volume (et du poids) de papier que ça représente par an ?
    (Multiplié par le nombre d’exemplaires diffusés sur la France, je n’ose même pas imaginer !)

    Mais la solution n’est sûrement pas de les jeter dans la nature …

    Personnellement, depuis que j’ai refusé ces publicités, je ne me porte pas plus mal, j’ai beaucoup moins d’ordures à jeter, et j’ai plus de temps pour faire autre chose que lire ces « réclames » …

  3. Un bon gros fainéant courageux encore…

    • C’est vrai !
      En même temps, s’il l’avait fait « proprement », on aurait presque pu le remercier de ne pas avoir diffusé ces publicités de me*de.
      (Mais je sais que beaucoup y sont « accros » )

  4. Bonjour,

    tous d’abord les distributeurs de publicités sont des salariés avec un contrat de travail en CDI. Quand je lis métier « ingrat » sachez que certains ont choisi ce métier pour des questions d’autonomie d’organisation. Effectivement, ce métier n’est pas celui dont on rêve, mais merci de les respecter. Pour finir, effectivement nous avons parmis ces salariés, des « brebis galeuses » qui peuvent avoir ce genre d’incivilité et bien entendu ils doivent être sanctionnés. Les paquets ont été ramassé et envoyé au recyclage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *