Coronavirus – Une certaine stabilisation dans les hôpitaux mais gare à la détresse du confinement

Le point avec l’ARS (Agence Régionale de Santé). Grand public et professionnels de santé de la région ont accès à un soutien psychologique mis en œuvre en Bourgogne-Franche-Comté par de nombreux acteurs de la santé mentale.

Les hôpitaux de la région prennent en charge ce 2 mai 1 139 patients atteints de formes graves du coronavirus, dont 172 en réanimation ; près de 2 500 personnes (2 492) sont désormais sorties d’hospitalisation.

850 décès en établissements de santé sont attribuables au COVID-19 dans la région qui demeure toujours en rouge ce 2 mai.

Par ailleurs, et plus généralement indique le ministère de la Santé, quatre mois après l’alerte de la Chine auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé, la pandémie d’infection COVID- 19 poursuit son extension mondiale et concerne 187 pays dans le monde. 3,36 millions de personnes ont été touchées par le virus, 239 345 personnes en sont décédées, mais plus d’un million de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec 1,3 million de cas et 137 047 morts.

En France, ce 2 mais 2020, SOS médecins a réalisé 363 interventions pour suspicion de COVID (soit 5% de l’activité totale). Les services d’urgences ont noté 618 passages, soit 3% de l’activité. Dans les laboratoires, le taux de positivité des tests PCR réalisés reste stable à 17%. 25 827 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 453 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures. 6 426 patients sont hospitalisés en réanimation (126% de taux d’occupation par rapport à la capacité initiale qui est de 5 065 lits), dont 3 827 atteints de COVID-19. 64 nouveaux cas graves ont été admis, le solde reste négatif en réanimation avec 51 patients atteints de COVID-19 en moins. 4 régions (Île-de-France, Grand Est, Auvergne Rhône Alpes, Hauts de France) regroupent à elles seules 72% des cas hospitalisés. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte) , on relève 75 hospitalisations, dont 21 patients en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 92 491 personnes ont été hospitalisées. Plus de 50 562 personnes sont rentrées à domicile, sans compter les dizaines de milliers de personnes guéries en ville. Depuis le 1er mars, nous déplorons 24760 décès liés au COVID 19, 15 487 décès dans les hôpitaux et 9 273 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

L’épidémie, sa mortalité, la période de confinement, sont susceptibles d’entraîner des situations de détresse ou d’inquiétude rappelle l’ARS.

L’Agence Régionale de Santé salue le travail engagé dès le début de la crise par l’ensemble des acteurs de la santé mentale, pour proposer des solutions accessibles à chacun, en fonction de sa situation.

Le dispositif de l’urgence médico-psychologique en particulier, a été activé avec l’appui des CUMP (cellules d’urgences médico-psychologiques), qui reposent sur le volontariat de psychiatres, psychologues et infirmiers.

De nombreuses initiatives portées par les centres hospitaliers spécialisés de la région, les professionnels libéraux, les associations … permettent de proposer au grand public comme aux professionnels directement confrontés à la maladie, des numéros d’écoute et de soutien.

La pluralité et la diversité de ces réponses en Bourgogne-Franche-Comté complète le dispositif national organisé par le ministère des Solidarités et de la Santé (numéro offrant un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000).

Un commentaire

  1. Bonjour

    cette carte , sous le prétexte de protéger la population n’est que de la flûte
    pour preuve la haute corse passe du rouge au vert en 2 jours , après coup de gueule des élus.
    je vous laisse le soin d’imaginer l’objectif de tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *