•  

Coronavirus – Parti communiste : préparer les jours heureux

  membre du Parti de la gauche européenne – Section Bassin minier.

Adresse aux salarié·e·s

Le monde du travail est en première ligne pour affronter une crise sanitaire d’une ampleur inédite. Infirmières, éboueurs, caissières, agents de nettoyage, dockers, cheminots, fonctionnaires territoriaux, ouvrier·e·s de l’industrie agro-alimentaire, médecins, livreurs…, salariés du public comme du privé, c’est vous qui maintenez la France debout, c’est vous qui êtes en première ligne face au péril. Hier ignorés, parfois pointés du doigt comme des privilégiés, vous êtes aujourd’hui nos héros ordinaires, célébrés par tous. Et pourtant, sans attendre, le gouvernement prépare les Français, et particulièrement ceux qui sont au front, à de nouvelles politiques d’austérité. Il prend aussi appui de l’épreuve actuelle pour attaquer encore le droit du travail. Pour les communistes, tout doit d’abord être fait pour protéger les salariés. Les mettre à l’abri de l’épidémie en cessant les activités non indispensables d’une part, en mettant d’autre part tous les moyens de protection à la disposition de celles et ceux qui doivent continuer à travailler, dans la production et dans les services publics. Mais les protéger également dans leurs droits, contrairement à ce qu’autorisent les ordonnances gouvernementales, en mettant en cause les droits à congés ou en allongeant gravement la durée du travail pour ne citer que ces exemples.

Le pouvoir actuel porte de lourdes responsabilités dans la situation dramatique à laquelle est confronté notre pays. Il a amplifié les politiques d’austérité au nom de la prétendue nécessité de baisser des dépenses publiques, d’affaiblissement des services publics (et particulièrement de l’hôpital public). Il a accompagné et justifié les abandons industriels, de cadeaux à la finance et aux grandes fortunes qui ont lourdement affaibli notre pays au moment où il doit affronter l’épidémie actuelle. Notre pays est devenu incapable de fabriquer les protections indispensables, les traitements et les matériels médicaux. Le gouvernement s’est aussi attaqué à vos droits de salariés, jusqu’à supprimer les CHSCT, décision dont on voit aujourd’hui l’absurdité.

Préparons les jours heureux dans les entreprises et les services publics, exigeons immédiatement : La garantie à chacun de 100 % de ses revenus, 100 % de ses congés. La mobilisation de 10 milliards pour l’hôpital public, pour répondre à l’urgence et commencer la reconstruction de notre système de santé. La mobilisation de tout le système bancaire pour défendre le maintien de l’emploi et des salaires, pour la reconquête industrielle, pour le développement de tous les services publics et la transition écologique, et pas, comme après 2008, pour reprendre des activités spéculatives. Une nouvelle démocratie dans l’entreprise pour que les salariés pèsent réellement sur les choix de gestion, qui ne peuvent plus être mis entre les mains de ceux qui ne recherchent que la rentabilité financière.

 

4 commentaires

  1. Puisque le PC se refuse à communiquer les études sur lesquelles il base ses communication, voici les chiffres de l’INSEE :
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676713?sommaire=3696937
    Force est de constater que le système de santé français est lojn d’être à la casse, et que le volume de soins augmente chaque année plus vite que la croissance du PIB.
    La comparaison des budgets santé avec les autres pays de l’OCDE est également intéressante. En pourcentage du PIB nous dépensons plus que l’Allemagne ou encore la Suisse ….. Donc si les français ont une mauvaise perception de leur système de santé (d’ailleurs est ce que les français ont une bonne perception de quelquechose ?), ce n’est pas un problème d’argent comme le clame le PC.

    • Ah bon? En êtes-vous certain? Ne pas confondre les dépenses des malades en consommation de soins, et les financements réalisés pour le bon fonctionnement du système. Ce tableau montre que la Suisse et l’Allemagne sont au-dessus!!! mais je vous l’accorde, ce sont les dépenses, pas les budgets.
      https://data.oecd.org/fr/healthres/depenses-de-sante.htm#indicator-chart

      Ici, les lits d’hôpitaux disponibles, plus révélateurs. France au-dessus de la Suisse, mais en-dessous de l’Allemagne. https://data.oecd.org/fr/healtheqt/lits-d-hopitaux.htm
      C’est là qu’on constate Italie et Espagne très bas, d’où les conséquences tragiques liées au covid-19 constatées actuellement.

      Et donc, j’ai cru comprendre que nous dépensions bien plus pour des postes administratifs, que pour du personnel soignant et du matériel!
      https://data.oecd.org/fr/healthres/medecins.htm#indicator-chart (Suisse et Allemagne incontestablement largement au-dessus de nous!)

      Voir le tableau en fin d’article pour le poids de la gestion administrative!!!
      https://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2018/02/13/29006-20180213ARTFIG00014-au-moins-trois-choses-a-connaitre-pour-cerner-le-malaise-des-hopitaux-en-france.php

      Conclusion : Nous ne sommes pas malades de nos dépenses de santé, mais de leurs orientations.

    • Pour vous le système de santé français est loin d’être à la casse? Dans quelle France habitez vous voilà plus de 12 ans que notre système de santé est dégradé volontairement par les différents régimes qui se sont succédés, sans vouloir vous embêter avec des liens ennuyeux et pour que tout le monde comprennent, y a qu’à voir les hôpitaux et services hospitaliers qui ont fermés successivement cette dernière décennie, pas une année s’est passée sans que le corps médical manifeste son mécontentement pour de multiples raison et sans qu’il ne passe en grève, donc soyez objectif à qui vous voudriez faire croire une telle chose. Le problème avec les personnes qui travaillent dans la santé est que leurs grève n’a aucune répercussion du faite qu’ils continuent tous à travailler durant leurs mouvements pas comme les autres grévistes ouvriers, cheminots etc.., qui quand ils se mettent en grève les répercussions économiques se sentent au 1er jour et qui est un sérieux moyen de pression pour les oligarques sourds et aveugles, nôtres personnel de santé ne peut pas se permettre se privilège au détriment de la population innocente qui n’a rien à voir avec les idéologies du gouvernement à ce propos. Moralité c’est en grande partie nous citoyens notre faute, car au lieu de les soutenir en unissant les syndicats et tout les françaises et français à manifester notre mécontentement unilatérale quitte à créer un mouvement de grève générale au niveau national et qu’a quel cas ils n’auraient d’autres choix que d’entrer en négociation concrète, nous restons sagement derrière nos écrans à regarder les dégâts s’empiler les uns sur les autres.

  2. Que de jolies mots; préparons, exigeons, immédiatement, garantie, 100%, milliards. Vous étiez où ces dernières années quand nos hôpitaux s’effritaient par l’ingérence de notre système, où étiez vous ces derniers 365 jours de grève de nos services d’urgences, et aujourd’hui comme par miracle vous vous souciez de nos hôpitaux et avez des exigences? Votre communiqué est adressé aux salarié.e.s, oui et..? C’est quoi la suite ? Tout ce que je sais c’est que malgré la douleur, la peine et le fardeau qui touche nôtres monde, certains politiques n’ont aucun scrupule à utiliser cette catastrophe historique pour se mettre sous les projecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *