Conseil communautaire – Un budget 2021 sur lequel plane bien des incertitudes

En cette fin de journée, se tient à l’Alto au Creusot le dernier conseil communautaire Creusot Montceau de l’année.

Voici les propos liminaires du président de la CUCM, David Marti.

 

Avant de commencer mon propos liminaire, nous allons observer une minute de silence pour honorer la mémoire du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing décédé le 2 décembre dernier.

Président de 1974 à 1981 il a incarné la modernité dans l’exercice du pouvoir sous la 5ème république marquant ainsi une rupture de style avec ses deux prédécesseurs que furent Charles de Gaulle et Georges Pompidou.

Au-delà du regard critique que certaines et certains d’entre nous peuvent porter sur son septennat, force est de constater qu’il a initié et instauré des réformes de société progressistes importantes jamais remises en cause.

Je citerai le droit de vote dès 18 ans, le divorce par consentement mutuel ou encore la très emblématique loi sur l’I.V.G. portée par sa ministre de l’époque Simone Veil.

*************

Puisque nous sommes dans les hommages et la reconnaissance du travail accompli par des femmes et des hommes politiques. Je ne peux pas omettre de rappeler la disparition de personnes qui ont œuvré pendant une bonne partie de leur vie pour les habitants de nos communes et de nos territoires.

Une femme et deux hommes disparus eux aussi il y a quelques jours.

André FAIVRE fut Conseiller général du canton de Montceau Sud de 1977 à 2001. En 1977, il fut élu Conseiller municipal de la ville de Montceau et 1er Vice-Président de la CUCM aux côtés de Camille Dufour. Il fut Adjoint au Maire de la ville de Montceau de 1995 à 2001.

Alice BESSEYRIAS fut élue 1ère Adjointe au Maire auprès de Didier Mathus en 1995. C’est cette même année qu’elle fut élue Conseillère communautaire jusqu’en 2008. Conseillère générale du canton de Montceau Nord de 1998 à 2012 elle fut Vice-Présidente du département aux cotés de Christophe Sirugue puis d’Arnaud Montebourg.

Marc BATIARD fut Conseiller municipal à Ciry, de 1977 à 1983 puis Maire de la commune de 1989 à 2001, période pendant laquelle il est élu vice-président de la communauté urbaine.

Au nom de la Communauté Urbaine et de nous tous, je rends donc hommage à la mémoire de ces anciens élus dont le parcours et le travail ont toujours été guidés par la défense de l’intérêt général.

C’est en décembre que nous votons habituellement le budget, cette année fait exception au regard des évènements liés à la crise sanitaire.

C’est donc au premier trimestre 2021 que nous débattrons et mettrons en délibéré le budget avec toutes les incertitudes qui pèsent encore sur les recettes dont nous pourrons disposer.

Sur ce sujet très préoccupent, j’ai pris l’initiative vous le savez car je vous en ai informé, de m’adresser directement par courrier au Président de le République pour l’alerter sur le fait que les EPCI ne pouvaient être les grands oubliés du plan de relance, faute de quoi la repise serait alors compromise sur un pan tout entier de notre économie.

J’insiste sur le fait que la commande publique a un rôle majeur à jouer dans cette relance et que l’Etat doit actionner différents leviers. L’anticipation de la commande publique, le lancement de grands chantiers et l’accélération de ceux qui sont déjà actés.

Et en ce qui nous concerne particulièrement je pense bien entendu à la VFCEA avec l’enjeu stratégique de l’interconnexion défendu aussi par plusieurs territoires voisins.

C’est maintenant que les décisions doivent se prendre pour impulser une dynamique de repise. En cela, la puissance publique doit être initiatrice et exemplaire.

Vous avez également constaté que j’ai exprimé la volonté de la communauté urbaine d’accueillir la future formation universitaire en nucléaire puisque le Président de la République en a fait mention dans son discours lors de sa venue sur le site de Framatome.

Cette formation aurait tout son sens ici et notamment sur la partie soudage.

Nous allons donc sans attendre en lien direct avec nos partenaires industriels et universitaires nous mettre en ordre de marche pour proposer une offre crédible et de qualité afin d’accueillir le moment venu cette formation d’avenir.

Je dis d’avenir car Emmanuel Macron l’a clairement affirmé sans ambiguïté le 8 décembre au Creusot, que ce soit pour le secteur militaire ou le civil.

Positionnant ainsi la France stratégiquement d’un côté sur le plan de la défense nationale et de l’autre sur le volet tout aussi stratégique du mix énergétique qui ne pourra devenir réalité sans l’énergie nucléaire.

Ces annonces sont de toute évidence porteuses de belles espérances pour notre tissu industriel qui voit se rapprocher des perspectives de consolidation et de développement sur des productions à forte valeur ajoutée.

Nous pouvons nous en réjouir et en être fiers car tout cela ne doit rien à la chance mais à des choix affirmés et revendiqués y compris dans des périodes sombres qui ne sont pas si lointaines.

Nous devons à présent poursuivre ce travail aux côtés des responsables industriels en stimulants notamment les écosystèmes propices au développement de la filière.

Cette ambition s’inscrit pleinement dans la démarche engagée depuis plusieurs mois avec les acteurs économiques du territoire à travers la préparation des assises territoriales de la relance économique.

Ainsi, 4 ateliers, réunissant près de 130 participants ont pu se tenir par visioconférence les 8 et 10 décembre, afin de travailler sur le plan d’action de la Communauté urbaine en matière de développement économique.

L’ensemble du travail réalisé avec l’engagement, notamment, des chefs d’entreprises du territoire, sera partagé lors des assises reprogrammées le 5 février 2021, si les conditions sanitaires le permettent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.