Conseil communautaire – David Marti : « que notre société fasse Nation, c’est ce que je souhaite »

Le conseil communautaire est de retour, ce soir, à Montceau-les-Mines, salle Bourdelle à l’Embarcadère. Dans ses propos liminaires, David Marti, président de la communauté urbaine Creusot Montceau, est revenu sur l’élection présidentielle et de noter que « notre société est plus fracturée aujourd’hui qu’en 2017 », à la première élection d’Emmanuel Macron, d’où l’importance du scrutin législatif les 12 et 19 juin prochains.

Les élections sont une chose, l’image du territoire une autre. A ce sujet, David Marti s’est félicité de l’intérêt des médias nationaux qui ont relayé le renouveau de l’industrie sur le bassin creusotin et d’évoquer, aussi, sur le bassin montcellien, la revitalisation de l’ancien site Konecranes.



Discours de David Marti

 

Nous voici de nouveau réunis pour notre premier conseil après l’élection présidentielle et avant le prochain scrutin déterminant des législatives. Une élection présidentielle qui confirme qu’une partie importante des électeurs ne se retrouve pas dans l’offre politique proposée par les candidats, pourtant nombreux au premier tour.

 

Cette forte abstention ajoutée aux bulletins blancs ou nuls démontre de manière nette que notre système démocratique n’est plus adapté à notre époque et aux aspirations légitimes d’une bonne partie de l’électorat. Nier ce constat et ne rien changer ne fera que creuser encore plus le fossé qui sépare le politique du citoyen. Il y a, me semble-t-il, des signaux forts à envoyer rapidement et des actes à accomplir sans attendre pour ralentir cette défiance.

 

Emmanuel Macron, récemment réélu, a la légitimité et la responsabilité pour engager des réformes institutionnelles indispensables à un renouveau démocratique. Alors que commence sa nouvelle mandature et que la Première ministre, Madame Elisabeth Borne, vient d’être nommée à Matignon, la réalité implacable est bien que notre société est encore bien plus fracturée aujourd’hui qu’au moment de sa première élection en 2017.

 

Certes, il n’en porte pas seul la responsabilité mais il lui en revient une part non négligeable et, en tant que chef de l’Etat, c’est à lui en premier lieu qu’incombe le devoir de créer les conditions afin que notre société « fasse Nation » pour reprendre ses propres termes.

 

En ce qui me concerne, au-delà des divergences politiques, c’est bien ce que je souhaite pour notre pays.

 

Sans transition, revenons un instant sur l’actualité qui concerne la communauté urbaine. Il y a quelques semaines, notre territoire était placé sous les feux des projecteurs. Un très bel article de deux pages est paru fin mars dans le magazine Challenges sur le renouveau de l’industrie dans le bassin creusotin. Et nous avons ensuite suscité l’intérêt d’autres grands médias nationaux, avec des reportages tournés par RTL, TF1 et M6.

 

Ce qui a piqué leur curiosité ? D’une part, la baisse marquée du chômage, qui s’est replié de 15% en un an. D’autre part, le dynamisme de l’industrie, qui représente 40% des emplois sur le bassin creusotin, soit trois fois plus que la moyenne nationale, et 27% sur le bassin montcellien, ce qui constitue également un niveau tout à fait remarquable.

 

Ce qui nous différencie des autres bassins industriels eux aussi frappés par la crise dans les années 80, c’est que nous n’avons jamais cessé d’y croire. A l’époque, la France a pratiquement tiré un trait sur son industrie pour tout miser sur les services. Pas nous !

 

La réussite de notre industrie est le fruit d’une volonté politique forte de maintenir ici ce secteur d’activité, ce qui a nécessité des années de travail et d’investissements, tant de notre part que des entreprises et des partenaires publics.

 

Au fil des années, la production s’est diversifiée, ce qui lui permet de mieux résister aux crises. Mais, surtout, ce qui la distingue, c’est sa haute valeur ajoutée grâce à la recherche et l’innovation portées par les laboratoires et les bureaux d’études.

 

Inlassablement, nous nous mobilisons pour donner un nouvel avenir à des sites qui ont fermé mais aussi pour valoriser le foncier disponible. Au Creusot, citons l’arrivée du groupe Matière, qui vient d’ailleurs d’annoncer de nouveaux projets de développement, ou encore l’implantation d’un data center et d’une plateforme de recherche dans le domaine de la métallurgie des poudres sur le site Magenta. A Montchanin, le halle Henri-Paul accueille désormais le groupe Cayon.

 

La même démarche a prévalu lorsque des entrepreneurs nous ont sollicités pour accompagner le lancement de Mecateamcluster qui, depuis une dizaine d’années, redonne vie à l’ancienne plateforme de tri des Houillères.

 

Plus récemment, nous avons sollicité nos partenaires que sont l’EPF et la SEMCIB pour revitaliser l’ancien site de Konecranes à Saint-Vallier. Les choses sont allées vite puisque Metalliance y a créé deux chaînes de production dès 2021 et que les autres bâtiments seront prochainement investis par le groupe Gaussin, propriétaire de Metalliance.

 

Sur le bâtiment occupé auparavant par Eolane, le travail continue sans faiblir et des pistes très sérieuses d’activités futures sont examinées par des porteurs de projets crédibles. Nous aurons sans aucun doute l’occasion d’y revenir dans les semaines et les mois qui viennent.

 

La reconnaissance dont nous avons fait l’objet par de grands médias nationaux démontre, s’il en était besoin, que notre territoire a des atouts et des spécificités qui le distinguent de beaucoup d’autres. Il nous appartient désormais, comme nous en avons décidé collectivement dans le plan de mandat, d’en renforcer l’attractivité et le rayonnement tant au plan national qu’international.

 

Et puisque j’évoque l’international, je ne peux clore mon propos sans rendre hommage, en vous y associant bien entendu, à tout le peuple ukrainien qui souffre depuis des mois face aux assauts de l’armée russe. Nous nous sentons proches de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants et en solidarité totale face à leur agresseur qui ne montre aucune pitié pour arriver à ses fins. Demeurons unis et solidaires à leur côté.

 

9 commentaires :

  1. Et si possible que je sois Ministre ou Secrétaire d’État….. L’art et la manière de tourner le dos au PS et à ses convictions.
    Comment ne plus être crédible en une leçon.

    • Il est évident que certains ministres n’ont pas les compétences et qu’ils sont nommés par copinage .mais ĺa ce serait le maillot jaune! !!

  2. Une autre façon de voir les choses est que ce qui n’est plus adapté à notre époque n’est pas le système démocratique mais bien les hommes politiques qui une fois élus trahissent leurs engagements et donc leurs électeurs.
    Peut être que ceci pourrait expliquer le score du PS aux dernières élections.

    • je pense que la tendance à la mode en ce moment , c’est » retourneur de veste ». Une nouvelle spécialité que les politiques n’ont aucune difficulté à pratiquer . La trahison est comme l’argent , elle n’a pas d’odeur . Et ça a l’air de très bien fonctionner .

  3. la France doit rester la France , pas devenir le refuge de ceux qui viennent juste pour ses avantages financiers et ont se portera mieux!

  4. La Politique des petits copains et des petits arrangements c’est terminé? c’est le souk dans votre équipe et il faudra quelques pirouettes pour que vous retombiez sur vos pattes, il est vrai que 2% aux présidentielles aiguisent les crocs de ceux qui, en coulisse , ne se cachent plus et cherchent à prendre votre place pour y mettre un macron-compatible, en résumé : « Mon Dieu gardez moi de mes amis! Quant à mes Ennemis je m’en charge! aurait dit Voltaire
    labaraque

  5. Nous ne sommes plus une nation ?
    On en apprend tout les jours.

  6. J’espère que ce n’est pas aujourd’hui que vous vous en rendez compte. Vous avez peur être voté pour ces politiques qui ont oeuvré depuis des décennies pour qu’on en soit arrivés à ce que vous decrivez ici Mr BBR .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.