COFEF – Rien ne va plus à l’hôpital public

 

 

Communiqué du CODEF.

Danger majeur pour l’accès aux soins !

La prise en charge aux urgences est menacée
Cet été 2021 bat tous les records de fermetures de services d’urgences et de SMUR, totales ou nocturnes, en cours ou annoncées pour les jours à venir : Senlis, Toul, Montaigu, Sarlat, Nérac, Luçon, Pont à Mousson … . La liste est d’autant moins
exhaustive que l’on apprend parfois seulement à posteriori le non fonctionnement d’un SMUR une nuit, un week end ou plus. C’est une mise en danger de la vie des populations concernées avec des retards inévitables de prise en charge et l’aggravation des
conditions d’accueil dans les services d’urgences ouverts, tant dénoncée par les personnels.
Un manque de médecins entretenu malgré les discours sur le numerus clausus
Si les causes du manque de médecins urgentistes sont anciennes, le gouvernement actuel ne fait rien pour les retenir à l’hôpital public, laissant les ARS valider des projets de services d’urgence privés dans les grandes villes, attractif pour les médecins car sans fonctionnement 24h/24 et avec de meilleures rémunérations, comme pour les centres de vaccination. Il ne prépare pas l’avenir en se contentant de jouer sur les mots, tout en renforçant la sélection des étudiants en médecine en fin de première année.
Tous les services de soins de l’hôpital public sont en crise
Ces fermetures de services d’urgences ne sont d’ailleurs que la partie la plus voyante du manque de professionnels de santé tant à l’hôpital que pour les soins de premiers recours. Des services comme les SSR ferment faute de personnel et des malades sont
dirigés vers le secteur privé lucratif, avec des restes à charge élevés. Le gouvernement aurait-il fait une croix sur l’hôpital public pour favoriser les chaînes de cliniques privées ?
La Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, les comités locaux dont le Codef, exige des moyens pour les hôpitaux, des mesures d’urgence et la formation de personnels de santé en nombre suffisant. Elle demande la transparence sur toutes les fermetures même temporaires de services d’urgence et de SMUR. Elle refuse toute privatisation des hôpitaux publics, que ce soit en les mettant en concurrence avec les établissements privés, existant ou en cours de création, ou de façon rampante par l’introduction à l’intérieur de l’hôpital public de structures de droit privé (maisons de garde, Happytal, etc.) ou par l’externalisation de certains services

8 commentaires

  1. ma mere (81 ans)est rentrée aux urgences le 9 juillet . Grace a l apport d oxygene ,son rein defectueux s est remis a fonctionner et son état général s amélioré. nous etions rassurés. 10 jours apres son hospitalisation,le pneumologue decide que ma mère peut rentrer chez elle SANS OXYGENE ,résultat 24h plus tard elle décédait .Chacun fera son opinion de l hopital de Galuzot

    • Son état de santé s’est rapidement dégradé à son domicile, et même si son état était satisfaisant à l’hôpital c’est du court terme, il faut comprendre que votre mère ne peut pas rester hospitalisée pendant des mois surtout si celle-ci va bien.
      Malheureusement les antécédents de votre mère étaient bien présents et sont irréversibles.

  2. Estelle, votre commentaire démontre tout ce que j ai écrit.

  3. Jojojo, votre peine est compréhensible mais par votre parole publique, vous mettez en cause le diagnostic de praticiens hospitaliers de Montceau.
    Souhaitons que votre écrit soit réfléchi, avez-vous mesuré la portée de votre propos ?Quel manque de considération pour le corps médical. C’est inacceptable.
    Quant à Estelle, c’est carrément de la violation du secret professionnel, tout professionnel de santé doit s’y astreindre.
    Ne pas respecter cette obligation est condamnable!

    • Je ne travaille pas à l’hôpital donc je ne viole rien ! Je travaille dans la comptabilité d’une entreprise sur le bassin minier 😁
      c’est juste du bon sens, de la logique mais faut arrêter de toujours mettre la faute sur l’hôpital, les gens ne peuvent pas rester toute leur vie dans une chambre et avoir du personnel médical à leur chevet jour et nuit.

  4. Très bien Estelle.
    Mais alors que représentez vous par rapport à cette défunte?
    Lien professionnel, familial, social, autre?
    Peu importe, les comptables savent prédire le devenir des patient(e)s et bien mieux que les médecins!!!!!

  5. Je ne représente rien, il est juste arrivé la même chose à ma belle mère (antécédents rein défectueux) en revanche elle est décédée à l’hôpital et elle avait refusé l’acharnement thérapeutique mais en aucun cas on a tapé sur l’hôpital….
    Pas de prédictions que de la logique

    • Merci pour ces explications!
      Sachez qu’il existe des réseaux bien structurés pour venir en aide aux familles dans de pareilles situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *