Blanzy en mars – L’accord majeur des gens heureux, que le cirque commence

Un accord de clarinettes qui croise celui du saxophone, les premières notes du festival Blanzy en mars en famille ont résonné samedi à la médiathèque avant d’écarter le rideau rouge sur la piste aux étoiles.

Avec l’arrivée du printemps et des beaux jours, Blanzy sourit, Blanzy se réjouit, Blanzy laisse passer les rayons du bonheur. Que le cirque commence aurait pu lancer le maire, Hervé Mazurek. Il a préféré rester les pieds sur terre, lui le funambule des mots qui touchent simplement mais sûrement. Le cirque l’inspire, « parce qu’il évoque des souvenirs. Nous sommes en accord avec notre projet commencé à l’automne dernier avec la compagnie Boumkao ».

Une compagnie qui sera de retour avec son chapiteau au stade municipale du 19 au 26 mars dont profiteront les écoles blanzynoises et les élèves qui viendront à la rencontre des artistes.

Que le cirque commence ! En musique sur des reprises de la piste aux étoiles et l’exposition, « L’histoire du cirque » implantée salle Jacques Prévert. Elle est sublime. Une trouvaille de Céline Favero, directrice de la médiathèque avec la collaboration de Gille Galera, chargé de mission à la ville de Blanzy.

Qu’il est beau l’univers du cirque avec toutes ces maquettes, affiches, photos et costumes d’époque. Le coordinateur de « Et compagnie », Denis Rougé, rappelle que « l’image du cirque n’est pas celle que l’on croit. A l’origine, c’était un spectacle réservé aux bourgeois et personnes de bonne famille. Le cirque s’est démocratisé quand il a pris la route avec ses longues files de camions ».

L’exposition raconte l’évolution du cirque entre le 18e et le 20e siècles. « Le seul but que nous recherchons est de rendre les gens heureux » avance Denis Rougé.

Une visite et vous comprendrez son message.

J.B.

Le programme de Blanzy en mars en famille  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.