Anniversaire 1919/2019 – Aux larmes Polonais

Même si la ville de Montceau-les-Mines n’est pas parée de blanc et de rouge, la Pologne est à l’honneur à l’occasion du centenaire de l’arrivée des Polonais dans le Bassin minier (1919/2019).

Encore aujourd’hui, « avec l’association de jumelage Montceau  –  Zory, nous travaillons au rapprochement et à la mémoire des deux peuples. Quant on connaît ses racines, on peut construire l’avenir » fait remarquer Christiane Mathos, conseillère municipale, déléguée aux cultures partagées à l’occasion du vernissage de l’exposition « Le centenaire de la convention du 3 septembre 1919 » qui se tient jusqu’au 23 novembre à la médiathèque.

Une exposition d’une grande richesse mise en scène par Christiane Duda, présidente de Montceau – Zory et Gérard Soufflet, émient spécialiste de la Pologne, « qu’il connaît sans doute mieux que les Polonais eux-mêmes » admet le mari de madame le consul de Pologne, lui-même impressionné par la qualité de l’exposition et de glisser au passage, la reconnaissance qu’il porte à de Gérard Soufflet notamment par son investissement  en 1981 au mouvement de soutien à Solidarnosc.

Les Polonais dans le Bassin minier, c’est donc une longue histoire. C’est se souvenir de l’emprunte qu’ils ont laissé en 1919, avec leur regard distant en direction des Français. « Il n’étaient pas là pour s’assimiler mais préparer leur retour en Pologne, avant la guerre » explique Gérard Soufflet.

Les immigrés de l’Est formaient la petite Pologne aux Gautherets et à la Saule, « ils étaient enfermés dans leurs quartiers avec leurs églises, leurs prêtres et leurs écoles ». C’était la vision des Français de 19 à 39. « Ensuite, les choses ont bien changé ».

Toutes ces photos témoignent de cette vie, de la communion avec cette ferveur au catholicisme en passant par les associations où tout Polonais rêvait d’être président. Ils ont continué à penser comme au pays, participer à la CGT, un syndicat des mineurs à l’époque social démocrate des sections polonaises sans les communistes. « C’est se souvenir d’une petite frange de juifs polonais qui a été exterminée par les rafles de 1942 » rappelle Gérard Soufflet.

Des Polonais repliés sur eux-mêmes jusqu’à la guerre mais qui ont grandi dans le Bassin minier et sont restés. Ils sont arrivés Polonais et sont devenus Montcelliens puis Français.

Des larmes ont coulé, de l’émotion a saisi l’assistance quand Christiane a lu un poème Le Polonais. Les yeux bleus et la chevelure blonde, le Polak maintient la culture polonaise même 100 ans après.

Et voici un autre de poème :

Quand je pense à mon pays – alors j’exprime ce que je suis, jetant l’ancre sur mes racines.
Et c’est mon cœur qui me le dit, comme si une frontière cachée courait de moi vers les autres,
Afin de nous enlacer tous, dans un passé plus ancien que chacun de nous.
Et de ce passé j’émerge… quand je pense à ma patrie, pour la capturer à l’intérieur de moi comme un trésor,
Constamment je demande comment élargir, multiplier cet espace qui me remplit alors.

Karol Wojtyla, plus connu sous le nom de Jean-Paul II.

Jean Bernard

2 commentaires

  1. Centième anniversaire, mais pas cent ans d’indépendance.
    Actuellement la Pologne est très dépendant des commissaires bruxellois, de la puissante Allemagne, des États-Unis dont elle est le plus inconditionnel vassal en Europe (Kosovo mis à part) et surtout elle est dépendante du puissant lobby juif. L’heure est grave; ces organisations de L’INDUSTRIE DE L’HOLOCAUSTE exigent de la Pologne plus de 300 milliards de dollars en titre de récompense pour les biens juifs laissés sans héritiers.
    Exemple: Si moi, le Polonais vivant en France depuis ma naissance meurs de mort naturelle, ou assassiné et n’ai pas d’hériter, qui alors peut hériter mes biens; la France (où j’ai vécu toute ma vie), ou la Pologne (où peut-être je ne suis jamais allé) ??

  2. L’Benoît désespère… tant de complotisme dans une tête montcellienne ! A voir « le lobby juif » comme principal menace, déjà c’est mentalement grave, en plus c’est même franchement pénalement condamnable ! La Pologne a plus à craindre de l’épouvantail du CO2 qui risque d’empêcher une transition énergétique raisonnable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *