En voiture pour 214 ans de remontée du temps

Alors que l’on se penche sur l’avenir de la SNCF, le 21 février vient se rappeler à notre souvenir comme le sifflet du chef de gare à l’oreille d’un passager en retard.

Il y a 214 ans pour la première fois un train a tracté sur des rails 10 tonnes de fer et 60 passagers installés comme ils peuvent dans des wagons ouverts et sans confort pendant. 4 heures et 5 minutes en parcourant 16 KM..

Où ? Dans une région minière… au pays de Galles.

Le rail était en bois depuis l’époque médiévale dans les mines qui disposaient de wagonnets tirés par des gamins, des animaux.
Avec le développement de la métallurgie, le fer ou l’acier remplace le bois. On attelle une machine à vapeur en remplacement de la traction humaine ou animale.

Après Denis Papin, Thomas Newcomen modernise l’invention et l’adapte à pomper l’eau dans les mines, James Watt l’améliore pour tous usages industriels (métallurgie, textile)

L’ingénieur Richard Trevithick conçoit une chaudière à roue, la première locomotive à vapeur. Il ne protège pas son invention et tout le monde fabrique des locomotives. C’est Georges Stephenson qui avec sa locomotive, « The Rocket » donne l’apparence que prendront ensuite les locomotives à vapeur.

Bref rails + locomotives = premier train qui circule le 2 février 1804. Et la locomotive est, elle aussi, fille industrieuse de la mine.

Le 10 août 1837 s’ouvre la troisième ligne ferroviaire en France reliant le puits du Curier à Épinac (71) à Pont-d’Ouche (21) jusqu’à une gare d’eau sur le canal de Bourgogne soit 28 km.

En 1827 sur 18 km (étendue en 1832) s’ouvre entre Saint-Étienne et Andrézieux une ligne de transport, puis en 1835 est inaugurée la ligne Saint-Étienne-Lyon (57 km).

Il faudra attendre Le 24 août 1837 pour que s’ouvre la première ligne de passagers entre Paris et Le Pecq.

Pas de mine pas de chemin de fer, pas de SNCF plus tard. Avant de casser ce qui fut et reste un des joyaux de l’aménagement du territoire sur plus de 200 ans, rappelons nous le 21 février 1804.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *