Social – Jeudi 12 décembre, explication, samedi 14 décembre, manifestation baptisée « les samedis de la colère »

Que vous soyez à Chalon-sur-Saône ou à Montceau-les-Mines, ce mardi 10 décembre 2019 a vu une fois encore des manifestants défiler contre le projet de réforme des retraites. Et même si la mobilisation fut moindre par rapport au 5 décembre, elle n’en demeure pas moins évocatrice de l’ambiance générale qui règne au sein de la majorité des syndicats, en particulier la CGT.

C’est la suite qui diffère entre Chalon et Montceau.

A Chalon, à l’issue de l’intersyndicale, un appel a été lancé pour aller bloquer les sites industriels dès ce mercredi matin et empêcher la production. En somme, mettre à mal l’économie.

C’est ce que réclament notamment les gilets jaunes du Magny à Montceau et, à mots couverts, certains manifestants pour qui « les balades dans les rues sont ennuyeuses ». Passer à l’action est une volonté mais pas toutes les volontés, notamment à la CGT qui, en vieux briscard des mouvements sociaux, ne prend jamais une décision dans la précipitation.

Vous avez d’un côté les impulsifs, de l’autre on-ne-va-pas-s’engouffrer-dans-la-gueule-du-lion-sans-y-réfléchir-avant. D’un côté ceux qui veulent bloquer l’économie pour emm… Macron, de l’autre ceux qui veulent expliquer aux travailleurs, aux salariés que le projet de réforme des retraites est une aberration, d’où la demande du retrait pur et simple de la réforme.

La rue a parlé les 5 et 10 décembre, il n’empêche que ce matin, sur les radios et chaînes d’infos, les soldats Macron vont égrener le plan A ou B ou C, selon les directives du patron, en attendant la prise de parole du Premier ministres, Edouard Philippe ce mercredi à midi.

Hier soir, à l’issue du défilé à Montceau, s’est donc tenue une intersyndicale à la maison des syndicats, le fief de la CGT pour définir la suite. Jeudi 12 décembre a été décrétée journée nationale donc pas question de ne rien faire. Mais faire quoi ?

Un meeting pour expliquer aux citoyens les méfaits de la réforme des retraites par points mais où ? Première idée, le parking Leclerc, puis sur l’avenue Maréchal Leclerc, sachant que le parking est un lieu privé.. « Il faut se faire entendre et bloquer l’économie » entend-on dans la salle. « Pas question de bloquer Leclerc » rappelle la CGT, « on ne va pas se mettre la population à dos ».

Après des tergiversations, il a été décidé de se rassembler jeudi 12 décembre à 14h30, place de la mairie pour une meeting « pédagogique » et appeler la population à se mobiliser dans la foulée, le samedi 14 décembre à 10h du côté du kiosque vers l’hôtel de ville, avec logiquement, ensuite, un défilé en direction du Leclerc. Un samedi baptisé « Les samedis de la colère » ce qui laisse sous-entendre qu’il y en aura d’autres…

Jean Bernard

 

8 commentaires

  1. Posez vous la question du montant de la retraite et des salaires des délégués syndicaux

    • la même que les autres épicurien.
      Faux problème

      • Vos manifestations sont aussi un faux problème ;est-ce que vous pouvez vous faire une opinion personnelle sans écouter des syndicats minoritaires ?

        • Quels syndicats minoritaires?? La réforme fait l’unanimité contre elle, même la CFDT et l’ UNSA sont contre.
          Posez-vous les bonnes questions, Républiqun, allez vous renseigner du côté des fonds de pension américain, Black Rock par exemple.
          Des milliards d’euros sont en jeu, qui vont actuellement aux retraites pour une redistribution.
          Ces braves gens, Delevoye et Macron en tête, souhaitent récupérer ces fonds pour alimenter les financiers.
          Qui a payé la campagne de Macron?
          Il faut bien un petit retour sur investissement..
          Il a commencé par supprimer l’ISF et la flat-tax (taxe sur les produits financiers) et on continue avec les retraites..
          Comme les gens ont peur d’y perdre (et ils ont raison!!) ils vont faire des économies et alimenter le marché boursier.
          Et voilà comment l’ultra-libéralisme va bouffer tout ce que nos ancêtres ont gagné en justice sociale.

          • On croit rêver ; Madame , les retraites sont payés par les cotisations et comme cela ne suffit pas par les impôts . Comme il y a de plus en plus de retraités , l’impôt devrait continuer d’augmenter sauf si les régimes spéciaux cotisent plus (l’égalité voudrait que tout un chacun cotise pendant la même durée) Comme vous êtes très au fait ; dîtes moi comment la France pourrait vivre sans investisseurs . La suppression de l’ISF est lié à des engagements d’investir en France pour créer de l’emploi (Ce qui a commencé d’être fait) Mais pour vous contredire encore une fois ; les français n’arrivent pas à joindre les 2 bouts sauf que l’an dernier l’épargne n’a jamais été aussi importante ; cette année depuis le 1er Janvier 16 milliards ont été placés sur le livret A .
            Peur d’y perdre : si nous avions des syndicats représentatifs (certains le sont et eux vont discuter pour obtenir des aménagements ; d’autres n’y vont pas , ne signent pas les accords mais en profite quand même ( j’ai quelques exemples en tête lorsque j’étais délégué syndical ) et leur « patron » n’a rien à faire que cela ne soit pas signer https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/remuneration-salaire/les-droles-de-salaires-de-la-cgt_2068134.html

  2. les delegués et permanents syndicaux eux peuvent faire grève pendant des mois

  3. Une citoyenne,
    vous me faite bien rire, vous vous révoltez seulement quand les régimes spéciaux sont touchés. Vous êtiez oû avec Mr Martinez il y a trois ans en arrière quand ils l’ont appliqué au régime général?
    Je suis parti en retraite à 63 ans après 40 ans de TP . Si je partais avant j’avais une décote de 10%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *