Sanvignes – Deux véhicules en stationnement percutés, les emplacements sont-ils dangereux ?

Réduire la vitesse rue de la Garenne à Sanvignes, c’est forcément une bonne idée. En montant ou en descendant, vous avez toujours des as du volant qui se croient sur le circuit des 24 heures du Mans. Donc l’idée a été de matérialiser au sol des emplacements pour stationner, un coup à gauche, un coup à droite qui font donc offices de chicanes sur une partie de la rue.

Si les automobilistes circulent à 30 km/h, cela ne pose aucun problème, deux voitures peuvent même se croiser malgré le stationnement au bord des trottoirs. Sans quoi, à vitesse plus élevée, dans un moment d’inattention, éventuellement ébloui par le soleil quand vers 19h on remonte la rue en direction de la mairie ou du cimetière, un drame est vite arrivé.

Samedi justement, au niveau du 108 rue de la Garenne, une Golf qui remontait la rue, a percuté deux véhicules en stationnement sur l’emplacement prévu à cet effet. Comment est-ce possible ?

Quand bien même le risque zéro n’existe pas, « il soulève le problème du stationnement » relève Lucie dont a 206 est en épave et le Partner de Nathanaël également.

« Nous avions alerté la mairie qui a fait intervenir la communauté urbaine qui nous a dit qu’il n’y avait pas de danger » explique Lucie. « Mais ce qui devait arriver est arrivé », ajoute-t-elle. « Et puis regardez, juste après, il y a un passage pour piétons. Là, ce n’est qu’un accident matériel mais la prochaine fois… »

D’autant plus que la rue de la Garenne est davantage fréquentée depuis que la rue Léon Blum, en contrebas, a été aménagée sur une voie avec une piste cyclable de chaque côté et un rétrécissement de la chaussée aux passages pour piétons. C’est le plus audacieux qui s’engage le premier ou le plus prudent qui laisse passer le véhicule d’en face. « Les automobilistes préfèrent donc emprunter la rue de la Garenne », remarque le conducteur de la Partner accidentée.

« Nous, nous ne voulons pas de polémique avec ces stationnements rue de la Garenne mais si on pouvait arranger tout le monde sans que ce soit dangereux. Il faut trouver une solution » espère Lucie.

Rouler très doucement mais preuve que non. « Nos véhicules ne sont pas censés servir de chicane » rappelle Nathanaël.

Jean Bernard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.