Saint-Vallier – Premier coup de canon

Comment lutter contre la grêle et éviter aux agriculteurs notamment aux viticulteurs, la perte d’une récolte ? Aujourd’hui, c’est possible grâce à l’association Anelfa et son réseau de générateurs. Le Gaec Beaudot à Saint-Vallier a déclenché la première salve de noyaux glaçogènes d’iodure d’argent le 8 mai.

Avec un quadrillage tous les 10 à 30 km, les cultures de céréales pourraient également bénéficier de l’efficacité des générateurs.

La grêle est un fléau pour les agriculteurs et dans notre région, principalement chez les viticulteurs. Jusqu’à présent, ils tiraient des fusées pour repousser les nuages de grêles… chez le voisin. Pas très académique comme façon de procéder. Ou encore pouvent-ils assurer les hectares de vignobles à des prix stratosphériques.

Désormais, ils peuvent compter sur une association, l’Anelfa (association nationale d’étude et de lutte contre les fléaux atmosphériques) qui depuis plusieurs années, quadrille les régions à risque.

« C’est l’association qui nous démarché » explique Denis Beaudot, du gaec Beaudot à Saint-Vallier. Il y a un mois, le générateur est arrivé et « ce mardi 8 mai 2018, à 9h, j’ai reçu sur mon portable, un message d’alerte: risque violent d’orage de grêle, mise en route des générateurs de 9h à 22h ».

Au gaec Beaudot, pas de trace de vignoble mais de part leur situation géographique, il contribue à sauvegarder les vignobles de la côte chalonnaise, de Saint-Gengoux et de Givry de la grêle. « Les orages viennent le plus souvent de l’ouest et avec les vents, les orages touchent le nord, nord-est du département » indique l’agriculteur valloirien.

Dès le message envoyé de Toulouse et reçu sur son téléphone, Denis Beaudot a mis le générateur en action. Ces générateurs vaporisent une molécule d’iodure d’argent de sodium qui monte à plus de 10 000 mètres d’altitude. Le générateur est composé d’une bouteille d’air comprimée, d’un réservoir de solution acétonique et d’une chambre de combustion qui a l’aspect d’une cheminée, comme un fût de canon.

Pour faire simple, le nuage d’iodure d’argent entraîne une diminution de la taille des grêlons. Plus ils sont petits moins ils seront dévastateurs sur les récoltes.

Evidemment, l’idéal serait de positionner des générateurs tous les 10 à 30 km pour une efficacité maximale. « Il faut quadriller le terrain. Un autre se trouve à Marizy, un second du côté de Martigny-le-Comte » précise Denis Beaudot. « C’est du bénévolat » poursuit-il même si le matériel est fourni par l’association.

Pour l’heure, il s’agit avant tout de protéger les vignobles du bordelais, de la vallée du Rhône (les vergers également), de Bourgogne et de la Loire.

Jean Bernard

La campagne antigrêle s’étend du 5 avril au 15 octobre période durant laquelle les orages à grêle sont les plus fréquents et les cultures les plus vulnérables.

Un commentaire

  1. http://se-preparer-aux-crises.fr/des-viticulteurs-empoisonnent-lair-volontairement/

    Réflexion peut-être un peu excessive mais qui date de 2014…
    A-t-on vraiment du recul par rapport à l’utilisation de l’iodure d’argent ??
    On peut se poser la question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *