Saint-Vallier – Les récits historiques de Jacky Jordery, une vraie tuerie

« Je n’ai aucun talent particulier, je suis simplement passionnément curieux », lit on avant d’entamer la lecture du premier chapitre « Dans les secrets du passé I » sous la signature de Jacky Jordery.

Du talent, qu’il le veuille ou non, il en a et la curiosité transpire à grosses gouttes. C’est justement cette curiosité qui le pousse dans les tréfonds de l’histoire, là où il puise d’incroyables récits.

Jacky Jordery n’est pas un auteur comme les autres même si, indique-t-il, « j’écris mes livres comme des romans ». Il ajoute et surtout précise, « les faits relatés sont rigoureusement historiques. On ne triche pas avec l’histoire ».

Aujourd’hui, chaque jour, pratiquement à toute heure du jour et de la nuit, les chaînes d’info balancent fait divers sur fait divers, à croire que le monde ne fait que s’entretuer. Or, dans les temps plus reculés, les crimes atteignaient des degrés d’horreur inimaginables. Les histoires de Jacky Jorderi en témoignent.

Un jour, Jacky Jorderi qui par ailleurs est généalogiste, tombe sur l’avis de décès de sa grand-mère, cinquième descendant qu’on appelle quinquisaïeul. « Je découvre qu’elle est morte par assassin la nuit. Nous sommes en 1801, elle habite Sanvignes » raconte-t-il. « J’étais sur mon ordinateur et je trouve un autre avis de décès, celui de sa soeur ». Cette nuit-là, le 26 juin, le crime est horrible, les deux femmes sont assassinées ainsi que deux enfants. Seul le dernier-né âgé de deux ans, le petit Jean-Marie est vivant.

« C’est grâce à lui que je suis là, devant vous » poursuit Jacky Jorderi, sans quoi la lignée des Jorderi se serait éteinte définitivement et personne n’aurait couché sur le papier, cette macabre histoire. Dès lors, le Valloirien se passionne sur ce fait divers et engage des recherches. Il a commencé en 2014 et son livre « Histoire du quadruple assassinat de Sanvignes » paraît en 2019.

Il plonge dans le passé pour ignorer le futur

Ainsi, de fil en aiguille, des archives judiciaires de Côte-d’Or aux archives nationales de Saône-et-Loire, Jacky Jorderi remonte toute l’affaire. « C’est devenu une passion dévorante » admet-il. Ils sont deux assassins, des voisins de son quinquisaïeul, ils ont tué par jalousie et seront guillotinés. Ce fut une grosse affaire.

Ce premier livre se lit comme un roman policier et vu la somme de détails que l’auteur s’attache à relater, il pourrait fort bien faire l’objet d’une émission style « affaires criminelles ».

Le généalogiste qu’il est, s’intéresse donc de très près à l’histoire de sa famille. « Je trouve trace de la famille Jorderi à partir de 1500 à Saint-Vallier, Pouilloux et Saint-Romain » précise-t-il. Alors il s’engage à révéler les secrets du passé (tomes 1 et 2) sur Saint-Vallier, Saint-Romain, Pouilloux au temps des seigneuries aux 16e, 17e et 18e siècles, puis mène une enquête sur un complot criminel fomenté au château de Digoine en 1711. C’est passionnant.

Jacky Jorderi est le Sherlock Holmes des Bois Francs à Saint-Vallier.  Il cherche, il fouine. « J’éprouve surtout du plaisir à me projeter dans le passé car le présent est anxiogène et le futur est chargé de menaces. C’est apaisant d’aller dans le passé » stipule-t-il alors qu’il a en préparation son quatrième livre « une affaire criminelle aux Bois Francs, un règlement de compte en 1747/48. Il sortira en 2023 ».

De facteur qu’il a été pendant 38 ans, le voici historien. « On le devient » assure-t-il. Il aurait de quoi assurer des conférences, « j’ai cumulé plus de 12 000 documents sur ce que furent les sociétés féodales, les rapports sociaux à ces époques ou encore sur le fonctionnement de la justice ».

Ses livres, Jacky Jorderi, il les édite lui-même, 150 à 200 exemplaires à chaque fois ce qui lui a valu d’être invité au premier salon du livre à Perrecy-les-Forges début juillet.

Un auteur à découvrir, des récits à engloutir. Une vraie tuerie !

Jean Bernard

2 commentaires :

  1. je connais très bien jacky jorderi,mon mari,c’était un collègue de mon mari jen-luc brelaud ils travaillaient àla poste de montceau les mines,je suis très intéressée par ses livres,j’habite dans l’yonne maintenant pouvez vous me donner un lien
    cordialement liliane brelaud.

  2. Sacré Jackie bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.