Rassemblement National – General Electric : Belfort, le Lion est mort…

[Communiqué de presse de Julien Odoul, Président du groupe Rassemblement National au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Membre du Bureau National]

Manifestation de soutien aux salariés de General Electric : après la trahison et l’abandon du gouvernement, le sectarisme honteux des syndicats

En réponse à la catastrophe sociale annoncée par la direction de General Electric qui prévoit de supprimer 1050 emplois en France dont 800 à Belfort pour la seule entité qui fabrique des turbines à gaz, l’intersyndicale organise ce samedi 22 juin une grande manifestation dans la cité du Lion pour la sauvegarde de l’activité économique en nord Franche-Comté.

Ce plan social impitoyable, annoncé cyniquement 48h après les élections européennes du 26 mai, est le dernier épisode d’une série tragique scénarisée par Emmanuel Macron depuis 2015 et la revente de la branche Energie d’Alstom au conglomérat américain General Electric.

La suite de l’affaire a révélé la profonde irresponsabilité du gouvernement macroniste qui s’est retranché derrière les garanties illusoires de General Electric qui ne demandait pas tant de naïveté. La règle de la mondialisation sauvage, c’est qu’il n’y a pas de règles et les garanties des grands groupes ne garantissent jamais rien, car elles sont dictées par la seule rentabilité.

Finalement, les 1000 emplois promis avant fin 2018 sont passés à la trappe  et la direction de GE passe aujourd’hui à la vitesse supérieure pour engager son plan de délocalisation et sacrifier les salariés français abandonnés en rase campagne par un Etat dont l’impuissance frise la lâcheté.

Les élus du groupe Rassemblement National de Bourgogne Franche-Comté ont fait savoir qu’ils participeraient à la manifestation samedi à 14h à Belfort aux côtés des salariés, des élus locaux et des habitants.

En matinée, l’intersyndicale recevra tous les partis et responsables politiques présents dont Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud. Tous les partis ? Non. Les représentants de la CGT et de SUD ont catégoriquement refusé de recevoir une délégation du Rassemblement National, pourtant 1er parti de la région et du Territoire de Belfort. Le sectarisme imbécile de ces syndicalistes s’est illustré dans leur justification insultante : « le RN est un parti raciste, fasciste et antidémocratique ».

Cette attitude témoigne que pour ces professionnels de la lutte contre le peuple, l’union nationale pour le sauvetage des emplois passe bien après les postures idéologiques. Rappelons que les électeurs de Marine Le Pen sont nombreux parmi les salariés de GE et leurs familles.

Fidèle à son combat contre l’abandon de notre fleuron industriel, le Rassemblement National de Bourgogne Franche-Comté appelle tous ses adhérents, sympathisants et électeurs à se joindre au rassemblement de Belfort en solidarité avec les salariés de GE.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *