Présidentielle 2022 – Fabien Roussel veille sur les fermetures de classes

Devant l’école Casanova à Saint-Vallier.

  membre du Parti de la Gauche Européenne-Section Bassin minier.

Non aux fermetures des classes !

Plusieurs fermetures de classes sont envisagées dans les écoles du Bassin minier par le Directeur académique :  Anatole France et Jules Verne à Montceau-les-Mines, Danielle-Casanova et Jules-Ferry à Saint Vallier, Marcel-Sembat à Sanvignes-les-Mines, Lucie-Aubrac à Blanzy. Sur l’ensemble des écoles en Saône-et-Loire les fermetures sont nettement supérieures aux ouvertures !

Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle, propose d’augmenter le temps de présence hebdomadaire des élèves :

Année après année, l’accès aux connaissances pour nos enfants ne cesse de se dégrader. Classes surchargées, enseignants non remplacés, matières abandonnées, violence croissante : les inégalités explosent. Or, quelle fut la réponse des précédents gouvernements face à un tel constat ? Diminuer sans cesse le temps consacré aux apprentissages essentiels.

En 2008, la droite a ainsi supprimé une demi-journée d’école par semaine pour tous les élèves de primaire. A l’échelle d’une scolarité, cela équivaut à une année scolaire en moins. Même absurdité pour les élèves en bac professionnel qui n’ont plus que trois ans d’enseignement au lieu de quatre ans auparavant. Voilà comment un tel diplôme, si important, est dévalorisé. Il est temps d’inverser cette logique.

Nous voulons une école de la République qui permette l’épanouissement personnel de tous les élèves, sans aucune distinction. Nous rêvons de leur redonner le temps d’apprendre, surtout le plaisir d’apprendre, en tenant compte du niveau de chacun. L’école de la République doit briller à nouveau. Nous voulons nous en donner les moyens.
Ma proposition est simple : allonger le temps de présence des élèves à l’école en le portant à 32 heures par semaine pour tous et en redonnant du sens à l’apprentissage, avec de meilleures conditions de travail pour tous les enseignants comme à ceux qui les accompagnent. Donnons-leur le temps de s’attaquer en profondeur aux difficultés scolaires. Nos enfants en ont besoin.

Il n’est pas question naturellement d’augmenter le temps de travail des enseignants, eux qui donnent déjà tellement à leur métier. C’est pourquoi je propose le recrutement de 90 000 professeurs durant le prochain quinquennat ainsi que l’embauche, la formation, la déprécarisation des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), d’infirmières, assistants spécialisés pour garantir, vraiment, l’école inclusive pour tous.

Mobilisons-nous pour le maintien de nos classes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.